Archives de tags | guerre

Souvenirs d’école

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Souvenirs d’école

 

J’ai parmi mes nombreux souvenirs d’école,

Le doux visage d’une fille qui s’appelait Nicole,

Était-ce Nicole ou bien Justine ou encore Marie?

Quoiqu’il en soit, je la trouvais tellement jolie.

 

À mon âge, je commence à avoir des troubles de mémoire.

Ce qui ne m’empêche guère de me rappeler tard le soir,

Ces belles jeunes filles qui ont peuplé ma tendre enfance,

Sans oublier toutes celles qui ont éveillé mon adolescence.

 

Mais, il y en a une que je n’oublierai jamais son visage.

Car sous ses airs angéliques, elle n’était pas toujours sage.

Elle et moi aimions souvent faire l’école buissonnière,

Nous prétextâmes que nous partions à la guerre.

 

Alors qu’en réalité, nous allions nous conter fleurette.

En marchant main dans la main dans les champs de pâquerettes,

Sans dire un mot sous le ciel bleu et en entendant les oiseaux chanter,

En souhaiter de tout notre cœur que cet instant allait durer pour l’éternité.

 

Que c’est étrange de ne pas pouvoir me rappeler de son prénom,

Ah que le fait d’avancer en âge peut quelquefois faire de moi un con.

Mais jamais je n’oublierai cet instant de pure joie, de pur bonheur.

Voilà ce qui m’apaise, me rassure, face à ma dernière heure.

 

Il y a pire dans la vie que le fait de ne pas avoir vécu,

C’est de ne pas avoir aimé celle que nos yeux ont vue,

Oui, j’ai avec grande tendresse aimé cette jouvencelle.

Mais, j’étais trop prude pour lui dire comme elle était belle.

 

Le temps de vivre sera bientôt terminé,

Mes beaux souvenirs, dans le néant, j’emporterai.

Sans effort, mes yeux fatigués, à jamais je fermerai.

Seul regret : mon amour dans mon cœur, l’avoir gardé.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Sur les bords de la Loire

Sur les bords de la Loire Poème de RollandJr St-Gelais Peinture de Maryse Veysseyre de la France

 

Sur les bords de la Loire

 

Je suis un vieux marin,

Alors, n’essayez pas de jouer avec moi

Pour savoir qui d’entre nous est le plus fin

Car, sur ce long fleuve de la France, je suis le roi.

 

Certes, je n’ai peut-être pas fait mers et océans.

Mais, pour bien des gens, je suis devenu leur père.

Je me suis fait des amis qui sont devenus au fil du temps des parents,

Des amis qui ont comme moi connu des amours volés par la misère.

 

Je ne parle pas ici de la Der des Ders

Mais celle qui m’a fait découvrir ce fleuve majestueux

Qui m’a permis de sauver des gens qui fuyaient les horreurs de la guerre

Des gens qui portaient l’étoile jaune et, face à leur destin, si soucieux.

 

La victoire des Alliés et la libération de ma chère patrie

M’ont permis de poursuivre mon désir de naviguer

Et de connaître à chaque port, une femme à aimer.

Car bon nombre d’entre elles ont perdu leurs maris.

 

Sur ce long fleuve de mon doux pays

J’y ai vu des maisons aux peintures bariolées

J’y ai entendu le bel accent de ma belle Sylvie

Cette femme pour qui mon cœur a craqué.

 

Après nos noces, j’ai continué de naviguer.

Tout en me promettant de lui rester toujours fidèle

Inutile d’aller voir celles que jadis j’ai fréquentées

Car à mes yeux, elle était vraiment la plus belle.

 

Après tant d’années à naviguer du sud au nord

Il serait peut-être le temps de tirer ma révérence

Avant que mes forces s’épuisent et qu’il soit trop tard

Sur les bords de la Loire, j’ai réalisé mes rêves d’enfance.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

La danse classique

La danse classique Poème de RollandJr St-Gelais Dessin par Maryse Veysseyre de la France

La danse classique

 

Je me rappelle mes précieux cours de danse

Que me donnait une enseignante venue d’un lointain pays

Un pays qui ressemble beaucoup au Canada à ce que l’on m’a dit

Avec ses montagnes enneigées et ses ruisseaux gorgés de poissons en transe.

 

Un pays peuplé de gens aux accents bien étranges

À l’alphabet que seuls pouvaient transmettre les anges

Un peuple fier et courageux qui a traversé les épreuves de la guerre

Un pays aux vastes contrées, la Sainte Russie, des orthodoxes, leur mère.

 

De cette enseignante à l’allure stricte, mais si tendre en son for intérieur

Allure causée par une jeunesse difficile où elle devait combattre ses frayeurs

Calmer sa faim et lutter face à un ennemi qui était devenu le pire des envahisseurs

Mais avec tendresse envers ses élèves qui lui faisaient confiance de tout leur cœur.

 

C’est sous ses ordres que j’ai appris les rudiments du ballet

Ces pas de ballerine, qu’à ma grande surprise, avec joie j’apprenais

Ô bien sûr! J’étais encore qu’une simple enfant avec bien des maladresses.

Mais sous l’œil attentif de mon guide, j’ai appris à intégrer en moi ces souplesses.

 

Ces virevoltes, ces cabrioles et ces bonds que j’exécutai au-dessus du plancher verni

De ce plancher qui est devenu aussi sacré que celui d’une église par les cieux bénie,

Car tant de joie en mon âme d’enfant j’y ai connue en cette période magique

Hélas, vu mon âge, je n’ai de cesse de revivre en pensées la danse classique.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Promenade sous la pluie à la nuit tombée

Promenade sous la pluie à la nuit tombée Poème par RollandJr St-Gelais Peinture par Maryse Veyseyre

Promenade sous la pluie à la nuit tombée

 

Tout en marchant avec lenteur sous les réverbères,

Je me rappelle les paroles que m’a dites ma défunte mère,

Quand elle me raconta comme la vie était ardue pendant la guerre,

Une époque où bien des gens de mon pays connurent que faim et misère.

 

Je me remémore ces paroles afin de me donner un peu d’espoir

Alors que je me promène seule en profitant du calme du soir

Fuyant les médias et leurs nouvelles incessantes

Avant qu’ils parviennent à me rendre démente.

 

Quelle sérénité retrouvée en ces lieux,

Où jadis, des inconnus s’y promenèrent en amoureux,

Main dans la main, sourire aux lèvres, témoins de leur bonheur

Avant que n’arrivent ces tristes jours où tout semble être que des leurres,

 

Pluie glaciale et sans saveur du frais automne

Qui abreuve les âmes accablées par une douleur monotone

J’entends chacune des gouttes de pluie résonner sur le trottoir

Telles les notes d’un piano dansant sur ses touches blanches et noires.

 

Je réfléchis sur le sens véritable de ma vie

Je revois en pensées mes vilains coups et j’en ris

Quel étrange sentiment de bien-être soudain m’envahit

C’est sous les réverbères que j’ai compris que rien n’était fini.

 

Que chaque goutte de pluie apaise les âmes en peine,

De la terre endormie, elle sillonne ses invisibles veines

Pour lui permettre de se ressourcer avant que l’hiver soit arrivé

Et ainsi, face aux rigueurs hivernales, en être bien préparée.

 

Je garderai la foi bien vivante en l’avenir

Quoique l’on puisse écrire que l’on peut dire

Tel que m’a dit ma mère : Dans la vie tout ne fait que passer

C’est ce que j’ai compris pendant ma promenade sous la pluie.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Masque improvisé

Masque improvisé poème de RollandJr St-Gelais Photo de Gfriedberg Source: https://www.deviantart.com/gfriedberg/art/Improvised-mask-863352583

Masque improvisé

 

Quelle époque vivons-nous?

Où pour survivre nous devons être à genoux,

Où pour exister, il faut savoir bien se camoufler.

Où pour survivre contre vent et marée, on doit se dissimuler.

 

On nous oblige à porter un masque pour nous protéger,

Mais, pour ne pas être jugés, un masque nous devons en porter.

On a simplement ajouté un masque d’étoffe sur notre masque de chair,

Un masque qui nous coupe de nos frères et nos sœurs et de tous nos pairs.

 

Que reste-t-il de la pure vérité?

Que reste-t-il de notre authenticité?

Dans ce monde où tout doit être aseptisé,

Dans ce monde où toute accolade est à jamais condamnée.

 

On a remplacé les poignées de mains,

Par des rendez-vous virtuels sans lendemains,

On a remplacé les relations intimes par des écrans cathodiques,

Usant nos mains à faire cet acte tant jugé par la morale catholique.

 

Vous trouvez vraiment qu’en écrivant ceci j’exagère?

Ne croyiez-vous pas plutôt que nous sommes en guerre?

Contre un ennemi peut-être plus imaginaire que réel,

Car avant cette pandémie, on ne savait que faire des dames vieilles.

 

De ces hommes abandonnés à leur triste sort,

Que l’on avait entreposé en attendant leur mort,

Mais, il a suffi d’un tout petit être invisible à l’œil nu,

Pour que de nos illusions édifiées, nous en tombions des nues.

 

De ces illusions où tout allait bien,

Dans ce monde qui n’est pourtant pas si lointain.

Mais par un étrange virus venant de l’Empire du Milieu,

Nous a fait saisir comme par magie que tout n’allait pas pour le mieux.

 

Que nos masques de chair nous firent perdre la réalité,

Que pour nos êtres si chers, tout n’était pas que beauté,

Après avoir affronté de la mer du destin vagues fortes et bourrasques,

Nous les avons placés en portant sur notre conscience un beau masque.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada