Archives de tags | savoir

Feuilles mortes

Feuilles mortes Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo de la collection de Appetitive-Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/Fallen-Leaves-937434817

Feuilles mortes

 

Marchand dans les bois de Bavière jusqu’au matin.

J’ai découvert ce qui allait être la source de mon chagrin.

Quelle horreur ! Je n’en croyais pas mes yeux.

Qu’avais-je donc fait aux dieux, aux cieux ? 

 

Quelle calamité s’est accablée sur mes bien-aimées !

Pour mes chéries adorées, j’aurais tout fait, tout donné.

Avec toute ma ferveur et ma plus grande tendresse.

Quel malheur ! Voici que j’éprouve une détresse.

 

Dix femmes que j’ai tant désirées.

De ces muses que j’ai tant favorisées.

De ces dames que j’ai emportées en cette forêt.

En mon royaume pour réaliser tous leurs souhaits.

 

N’avais-je pas été généreux envers chacune d’elles ?

Elles pouvaient à leur guise voler de leurs ailes.

Une rivière de sang au clair de lune les abreuvait.

Si vous pouviez savoir comme je les aimais.

 

Nous faisions à la nuit tombée une sublime orgie,

Dès que sonnèrent du clocher de l’église les douze coups de minuit.

Avec bonté et attention, j’invitais à l’occasion de nouvelles recrues.

Pour la dernière fois face au miroir elles virent leur beauté nue.

 

Par expérience, devant la méchanceté des êtres soi-disant humains.

Je les avais souvent prévenues de ne pas croiser une seule fois leur chemin.

En effet, il n’y a rien de plus vil et cruel que les individus avides de pouvoir.

Surtout lorsqu’ils utilisent la religion pour égarer leurs frères dans le noir.

 

J’apprécierais savoir : qu’ai-je donc fait à mes amours pour avoir désobéi ?

Je vous avais gracieusement donné ce qu’il y a de plus sacré en cette vie.

La possibilité divine de ne jamais connaître la froideur pestilentielle de la mort.

Pour vous, j’aurais amené dans les enfers le prédateur même le plus fort.

 

Pour vous préserver des affres de la guerre et des conflits à venir.

Face à tous ces fléaux, je souhaitais ardemment vous prémunir.

Sans relâche, j’ai bâti de mes mains glaciales cette forêt maléfique.

J’y ai mis par mon savoir tant d’herbes et de fleurs aux propriétés magiques.

 

Mais, hélas, mes pouvoirs sont loin d’être tout à fait fantastiques.

Tout comme vous, je ne peux guère affronter sans péril l’astre cosmique.

Ses rayons plongeront inexorablement nos corps vivant pourtant sans âme,

Nous serions alors jetées telles que des feuilles mortes, dans les flammes.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Quelle soirée endiablée

Quelle soirée endiablée

Bonjour tout le monde,

J’espère que tout se passe bien pour vous et que vous ne subissez pas trop des contrecoups du retour à l’heure d’hiver. Pour ma part, je dois avouer que j’ai eu la chance d’assister au dernier spectacle présenté à l’heure d’été au centre Vidéotron de Québec.

Je vous confierais que ce spectacle allait haut de là mes attentes. Deux raisons expliquent une telle situation. En premier lieu, mon savoir à propos de ces orchestres sont assez limités. Ce n’est pas parce que l’on entend leurs pièces musicales être diffusées à la radio que l’on en a une réelle connaissance. En second lieu, je craignais assister à une cacophonie. Or, c’est tout le contraire !

Que de rythmes enjoués ! Que de vie à chacune des chansons jouées par les deux groupes à l’occasion de cette soirée mémorable ! En effet, The Offspring a offert un spectacle digne de sa réputation sans oublier l’appui, en première partie, de Simple Plan. Que pouvais-je demander de plus en l’entrée du mois de novembre du bon pied ? Chacun d’eux a interprété leurs plus grands succès pour le plaisir des nombreux amateurs présents sur les lieux. 

Rien n’était laissé au hasard afin que l’on puisse avoir droit à une soirée endiablée, et ce, du début jusqu’à la fin. Un public assez considérable s’exclamait d’une joie indescriptible dès les premières notes du récital. Et quel concert ! Pour être franc avec vous, j’entends de nouveau certaines des pièces dans mes oreilles au moment même où j’écris ces lignes.

Un élément qui m’a beaucoup plu réside dans l’occasion que le chanteur du premier groupe ait parlé à la foule dans la langue de Molière. C’est là un aspect important pour votre humble serviteur, car rien ne les forçait d’agir ainsi, mais, par respect à l’égard des gens de la belle ville de Québec, ils ont eu la décence de l’avoir fait. Oui, je suis un fier partisan de la protection du fait français même si j’adore écouter des mélodies interprétées en d’autres langages.

En résumé, nous avons eu droit à un « deux pour un » hier soir puisque deux formations extraordinaires ont offert une performance magique. Je pourrais même affirmer, pour reprendre le titre d’une chanson de Simple Plan, que c’était « Perfect ». 

Que la vie est belle !

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Entre la noirceur et la lumière

Entre la noirceur et la lumière Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Samo19 Source : https://www.deviantart.com/samo19/art/in-darkness-809142685

Entre la noirceur et la lumière

 

Mon père me disait qu’entre la noirceur et la lumière,

Se trouve à la fois le temps de la paix et celui de la guerre.

Une frontière entre la confiance absolue et le désespoir sans fin.

Où chacun fait de son mieux pour tirer du meilleur de son destin.

 

Que l’enfance se transforme inévitablement à l’adolescence,

Puis peu à peu, lorsque vient l’âge adulte, l’être perd de son innocence

Que le théâtre de la vie offre tant de chapitres interprétés sur le plancher,

Il lui est impossible d’empêcher, une fois la fin arrivée, le rideau de tomber.

 

La nuit cache bien des secrets tout en dissimulant autant de chagrins,

Mais, quand vient le jour, toute vérité met en fuite même les plus malins.

Le brouillard camoufle, de nos yeux épuisés par l’âge, le lointain horizon.

Allant jusqu’à créer tant de chimères qui nous font perdre la raison !

 

Mais, heureusement qu’il y a la douceur du vent qui dissipe le crépuscule.

Qui de nos âmes, nos craintes et nos illusions, lentement reculent.

Je ne peux guère, malgré moi, choisir qu’entre ces deux ultimes réalités.

Car, je l’avoue avec un grand étonnement, elles ont chacune une vérité.

 

Il faut avoir expérimenté les deux consciences de la nature mortelle,

Si l’on veut avoir un avant-goût de ce que connaissent les dieux immortels.

Comme j’aimerais posséder le savoir des anciens et des sages d’autrefois.

Et, malgré cela, j’affronte la noirceur avec la lumière que me procure la foi.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Par ces pinceaux

« Par ces pinceaux » Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Noble Roro de la France

Par ces pinceaux

 

Je suis un simple artiste.

Parfois joyeux, parfois bien triste.

Quelques fois, je lève les yeux au ciel.

Et je demande « pourquoi ? » à l’Éternel.

 

Pourquoi tant de haine et de rage ?

Au cœur des hommes depuis le fond des âges.

Devant une question j’ai eu pour réponse ceci :

« Mon ami, je t’ai donné la chance d’embellir la vie. »

 

Il dit encore : « Regarde tout ce que tu as fait de beau,

Grâce à ce talent de savoir manier ces pinceaux.

Par ces pinceaux, tu ajoutes de la couleur.

Tu ravives en ces gens bien des cœurs.

 

Tu as là, crois-moi, un formidable talent.

Tu peux en parler à ton ami Rolland.

Tes créations sont des sources de belles poésies.

Sans cesse, il en est tout simplement ébahi.

 

Par ces pinceaux, tu lui fais revivre de beaux souvenirs.

Il revoit certaines dames avec qui il a partagé du plaisir.

Par les couleurs que tu mets sur la toile chaste,

Les mots lui viennent tel un océan si vaste.

 

Par tes pinceaux, tu embellis à ta façon la création.

Tu donnes à ces êtres à la fois la vie et la raison.

Continue, je t’en prie, tes œuvres si magnifiques.

J’en connais un qui y mettra des mots magiques. »

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada 

Avoir la foi

Magnifique réalisation de mon ami Michel T. Desroches de Montréal

Avoir la foi

Avoir la foi? Quel don extraordinaire que bien des hommes et des femmes ont su développer au cours des siècles. Un don qui les a incités à se surpasser, à aller au de-là des horizons, à gravir des montagnes et surtout à se porter vers leurs semblables. Un don que bien des théologiens ont essayé d’étudier, d’analyser et de comprendre selon des approches dites intellectuelles.

Mais, peut-on étudier un tel don? Peut-on analyser l’imperceptible? Peut-on comprendre ce qui est essentiellement incompréhensible? Tenter de mettre une grille d’analyse sur un tel don est semblable d’essayer de mettre toute l’eau de l’océan dans un dé à coudre. On a beau essayer maintes et maintes fois, le résultat restera le même.

Avoir la foi relève de sa nature profonde, celle qui est enfouie dans le cœur et non pas dans la raison de l’être humain. Un peu à l’image des amoureux qui à première vue seraient de part leurs styles de vie, leur façon d’être, à l’opposé l’un de l’autre mais qui, contre toutes attentes, vivent une relation sentimentale tout à fait harmonieuse.  En effet, on voit souvent des témoignages de foi chez des individus qui auraient toutes les raisons du monde de ne pas l’avoir alors qu’elle est totalement absente chez des gens qui auraient tant de raisons de l’avoir. Les êtres humains sont ainsi faits.

Devrions-nous pour autant vivre une foi aveugle? Bien sûr que non. Une foi aveugle, tout comme une science enorgueillie par son savoir au détriment des valeurs humaines, peut commettre l’irréparable. L’histoire abonde de récits où des gens ayant une foi aveugle ont commis des atrocités envers leurs semblables. Toutefois, et en particuliers au siècle dernier, certains admirateurs de la science ont aussi réalisé des actes de monstruosité au nom de la science. Le cas des scientifiques œuvrant pour différentes puissances militaires en est une preuve irréfutable, malheureusement. Bref, savoir établir des limites tant sur le plan de la foi que de la science, voir ici la raison, me semble être une mesure judicieuse pour éviter le pire.

 La foi est-elle incompatible avec la raison? Bien au contraire. Tout comme nous avons besoin de deux jambes pour marcher, de deux poumons pour voir et de deux mains pour fonctionner, la foi et la raison vont de paire à la condition sine qua none qu’un équilibre s’installe tranquillement. Mettre l’emphase sur l’une au détriment de l’autre mènera l’individu vers des abysses d’où il sera difficile d’en sortir. Ici, la loi du juste milieu est requise en tout temps, en chaque instant.

Je vous souhaite d’avoir la foi. Celle qui vous anime, qui vous porte vers l’autre, qui vous invite à entrer en vous-mêmes et qui vous mènera vers un chemin illuminé par la beauté. Cette beauté qui est en vous. Avoir la foi se vit avant tout.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada