Archives de tags | concepts

Vie et mort

Vie et mort
Vie t mort Texte de RollandJr St-Gelais Réalisation photo par cable9tuba Source : https://www.deviantart.com/cable9tuba/art/Dead-and-Alive-827224283

Vie et mort

Vie et mort? Deux entités qui forment une seule réalité, l’existence tant de l’être humain que de la nature. Une existence qui est si chère à toutes personnes possédant un bel équilibre mental. En effet, nul ne peut envisager de mettre un terme à ses jours si ce n’est qu’à la suite de pressions douloureuses où l’issu positif pour y remédier est absent.

La vie est sacrée car elle est limitée dans le temps. Un temps défini par une volonté divine ou aléatoire par le jeu inlassable des circonstances entremêlés par le fruit de nos actions et de nos inactions? Je ne saurai pas répondre à cette question. À vrai dire, chacun d’entre nous fabrique sa propre réponse au fil de ses expériences personnelles. Qui plus est! Il est bien qu’il en soit ainsi puisqu’une expérience de vie en vaut bien une autre.

Vie et vivre incluent deux réalités toute aussi deux différentes l’un de l’autre. La vie est cette flamme, parfois faible, parfois forte, qui anime chaque être vivant alors que vivre consiste à ce que nous faisons de cette flamme. Ce qui est le cas notamment des êtres humains qui pour des raisons d’une extrême diversité opteront soit pour accomplir de grandes choses soit pour s’accommoder d’une vie somme toute bien ordinaire. Que puis-je dire des chemins qu’ils prendront au cours de leurs vies? Simplement qu’il y a là deux facteurs à retenir. En premier lieu, les hommes font leurs époques tout comme les époques font les hommes. En second lieu, les hommes ont en tout temps le libre-arbitre dans leurs actions. En résumé, la vie est ce qui se trouve au plus profond de soi alors que vivre est l’agencement de nos actions tout au long de notre vie.

Mais, que serait la vie sans la présence de sa plus fidèle compagne? Une compagne qui l’a suivi sur les routes sinueuses de l’existence. En effet, la mort confère à la vie toute son importance. Imaginer un seul instant que l’on vous annonce que vous, et vous seul, ne mourrez jamais. Certes, vous vivrez un moment d’extase devant une telle nouvelle. Mais, soyez convaincus d’une chose, ce sera d’une durée très brève.

Et pour cause puisque d’une part, les journées que vous vivrez les unes à la suite des autres perdront lentement mais sûrement de leur importance, et d’autre part, être à la l’abri de la mort ne garantit pas être exempté des fléaux qui accablent les êtres humains et ce, depuis la nuit des temps. À cela s’ajoute le fait qu’il vous faudra être suivi par les meilleurs psychologues afin de passer une bonne partie de votre vie à tenter de donner un sens valable à votre existence. Vivre éternellement a un prix bien plus élevé que l’on puisse penser. Veuillez noter que je parle ici avec un point de vue purement philosophique et non pas théologique. Ne mélangeons pas les deux.

La vie perd tout son sens sans la mort et, de manière paradoxale, cette dernière tire la sérénité des hommes en espérant qu’elle se retrouve en elle une fois le pont traversé. Il est vrai que les êtres humains sont comme les fourmis, ils ont horreur du vide. Voilà pourquoi il existe toute une série de concepts pour sécuriser la crainte face à l’inéluctable depuis que les hommes et les femmes ont découvert leur caractère temporel. Attention ! Tous les concepts ont leur importance puisqu’ils ont souvent, et le permettent encore, permis de formuler un cadre moral aux actions permettant une vie en société. Autrement dit, pour reprendre une phrase célèbre du compositeur Félix Leclerc : « La mort, c’est plein de vie dedans. »

Bref, je termine ce texte de réflexion au sein de mon blogue artistique en empruntant cet extrait de l’une des plus belles prières composée par St-François d’Assise : « Loué sois-tu, mon Seigneur, pour notre sœur la Mort corporelle à qui nul homme vivant ne peut échapper. » Et puisque nul d’entre nous pouvons y échapper, hé bien d’ici notre heure venue vivons!

Merci de m’avoir lu

De RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Je pense donc je suis

Photo réalisée par Phylactère Séance du 2 décembre 2019

Je pense donc je suis

 

Devant ma fenêtre,
M’envahit un mal-être,
Surgit en moi une idée, une réflexion.
À laquelle je dois réfléchir avec appréhension.

 

Qu’est-ce qui fait de nous des hommes?
Bien des sages ont tenté de résoudre cette question.
Certains essayèrent d’y répondre par le culte des religions,
D’autres élaborèrent des concepts assez semblables en somme.

 

Serait-ce par les idées que glapissent ces gens tels des hiboux?
De ces idées saugrenues dont s’énorgueillissent ces savants et ces fous,
De ces savants fiers de leurs théories et de ces fous pas si fous que ça,
Car il faut bien que certains des pauvres gens pensent à ce qu’ils voient.

 

À vrai dire une seule question demeure,
Que je me dois de répondre avant que je meure,
Ce que je suis en mon fort intérieur existera-t’il ?
Face à l’éternité qui nous attend tous, semble-t-il.

 

Avouons-le même si cela nous dérange,
Aucun de nos aïeux est venu nous raconter,
De l’autre côté de la porte une fois qu’elle est fermée,
Pas même un saint, pas même un pécheur, encore moins un ange.

 

Mes pensées divaguent au fil des années,
Parfois elles vont, elles viennent, elles ne font que se répéter.
Des pensées parfois nobles, parfois vilaines souvent coquines,
Surtout en la présence de quelques femmes blondes ou rouquines.

 

Mais d’où vient cette incroyable faculté?
Celle de pouvoir penser la nuit jusqu’en matinée,
Au risque de passer nuit blanche avec des idées noires,
Alors qu’à l’aube apparait de la splendeur de la vie sa gloire.

 

Même si je pense, plus je comprends tard,
Oui, c’est une situation si étrange et si bizarre,
Puisque devant tant de questions nulle réponse tienne bon,
Devant la bêtise des hommes j’ai constaté depuis jeune garçon.

 

Parfois, je pense à des blessures profondes et jamais guéries,
À de nombreuses cicatrices béantes et jamais refermées,
Ne serais-je qu’un vagabond sur cette terre damnée?
Voilà là une énigme maintes fois posée.

 

Quelques fois je me demande ce qu’est l’amour,
Serait-ce qu’un vœu pieux digne d’un conte de fée?
Un conte des mille et une nuit que Shahrazade aimait raconter,
Mais trop vouloir y songer m’a fait craindre le pire pour toujours.

 

Car, croyez-le ou non, trop penser peut tuer.
Tuer nos rêves, nos espoirs, nos illusions et nos désirs,
Voilà la raison pourquoi je préfère et de loin simplement vivre,
Pour me sortir de ce parcours ténébreux, je vais plutôt aller me balader.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Naturel

Humeur
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de Probablement la plus belle photo de sa collection.

Naturel

 

Bien des poses sont recherchées,
Davantage de concepts sont approchés,
Pour y trouver quel angle une beauté sera présentée,
Pour y dénicher sous quel aspect un charme sera dénudé.

 

Chose beaucoup plus facile à dire qu’à faire,
Parfois, pour un artiste, c’est un véritable enfer.
Mais avec de la persévérance, tout peut être possible,
Car l’imagination est souvent aussi claire comme de l’eau limpide.

 

Souvent, c’est dans les choses simples de la vie,
Que se retrouvent les plus belles sources de la poésie,
Une pose inattendue dans un moment jusque-là habituel,
Un instant de quiétude où l’on découvre comme la femme est belle.

 

Point de maquillages à prix coûteux,
Pour s’apercevoir comme son éclat est merveilleux,
Un peu de créativité et de lumière pour voir comme elle est adorable,
Car rien de plus élogieux pour une dame de voir au naturel sa beauté remarquable.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Hommes de tendresse

received_10214850669532018

Hommes de tendresse

 

Hommes bafoués par les temps qui courent
Hommes qui désirent vous faire la cour
Vous offrir une simple écoute
En cette vie tellement courte.

 

Hommes d’une époque bizarre
Où règnent gens éduqués mais ignares
Fiers de leurs théories mais sans avoir connu la vie
De leurs concepts venant des nuages au loin à l’infini.

 

Hommes de fleurs à la boutonnière
D’une ère où l’on pouvait aimer la jardinière
Faire l’amour avec passion de cœurs à en atteindre la petite mort
Hommes de tendresse! D’une richesse précieuse comme de l’or.

 

Est-ce encore permis d’être homme viril?
Sans passer pour un être tellement vil?
Mais je préfère encore être de ce nombre
Avant de perdre mon âme en devenant qu’une ombre.

 

Non, jamais je ne m’excuserai de ma masculinité
Comme jamais je ne manquerai de respect à la féminité
Car je suis de cette race d’hommes capables d’aimer
Sans être obligés au plus profond de leurs êtres se renier.

 

De

 

RollandJr St Gelais
Québec (Québec)
Canada