Archives de tags | oeuvres artistiques

Droit au respect et à la dignité

artsy_by_cable9tuba_ddllu12-pre
Avec la permission de John K. des États-Unis

Droit au respect et à la dignité

Bonjour tout le monde,

Je souhaite que vous allez bien et que la période de l’Avent se déroule selon vos espoirs tout en adhérent à diverses festivités de bureau en cette fin d’année 2019. Pour ma part, tout est beau fixe. En effet, j’ai humblement participé à petit quelque chose en collaboration avec Phylactère, une femme magnifique et photographe extraordinaire, pour une publication sur son site personnel. À cela vient s’ajouter la composition de poèmes, l’une de mes passions privilégiées, lesquels sont largement inspirés par les photos prises dans le cadre d’une séance de nudité artistique. Ladite séance a eu lieu dans mon appartement à Québec et ce, en compagnie de la photographe et de deux assistantes.

Comme j’aime bien le mentionner à l’occasions d’un reportage journalistique ayant eu lieu en 2015, il m’est un devoir de ne rien exhiber ni de ne rien cacher lors des séances où la nudité est requise pour une session de dessins, de photos ou de tout autre support visuel. En l’occurrence, ceci signifie tout simplement que chaque partie intégrante de mon être possède la même dignité et a le droit au même respect. Ce qui est aussi le cas, cela peut vous sembler étrange, pour ma jambe artificielle sans laquelle il m’est impossible de me déplacer. Voilà pourquoi elle fait partie intégrante de tout mon être.

Toutefois, et c’est pour moi un élément fondamental dans mon analyse en tant que modèle masculin, les parties intimes reflètent une image de la nudité chez l’homme trop souvent pervertie dans le monde actuel. Serait-ce une conséquence indirecte de l’accessibilité à la pornographie auprès de la masse populaire? Je peux le croire.

Or, il est à souligner que le phallus possède ses lettres de noblesse dès l’époque de la Grèce antique. Nous pouvons penser, à titre d’exemples démontrant la véracité de mon propos, aux œuvres artistiques grecques d’une valeur inestimable qui ne cherchèrent en aucune occasion à occulter cette partie de l’anatomie masculine. Mais attention ! Ne pas les occulter n’indique pas non plus le désir d’y mettre l’accent. Nuance à toujours se souvenir!

En effet, l’essentiel était de mettre l’emphase sur le contrôle de l’esprit sur le corps humain. Un tel contrôle visait à démontrer la supériorité de l’être humain sur l’animal, voire l’homme civilisé sur le barbare ou bien le citadin sur le paysan. Voilà pourquoi le sexe masculin demeurait en état de flaccidité dans la majorité des reproductions artistiques où la nudité de l’homme était exigée. Et dans le cas contraire, voire les rares réalisations artistiques où l’érection y était présentée, souvent de manière grotesque, l’objectif se résumait à prouver l’infériorité du barbare, du fait de son incapacité à contrôler ses pulsions animales, à l’égard de la civilisation hellénistique.

La magnifique photo présentée en début du présent texte constitue l’exemple parfait de mes propos, et ce pour deux raisons majeures. En premier lieu, la présentation du corps du modèle masculin y est faite de manière tout à fait exceptionnelle. En effet, tout y est impeccable : la posture, le choix, l’agencement des teintes du corps avec l’ensemble de la photo. Une telle réalisation rend notre regard tout à fait confortable. En second lieu, la nudité du modèle correspond en tous points à ce que l’on a le droit de s’y attendre, c’est-à-dire de tout voir sans pour autant y dénoter une parcelle de vulgarité, aussi minime soit-elle. Bref, elle respecte ce dont j’ai pour mot d’ordre : Pouvoir tout découvrir, sous un angle artistique et respectueux envers le modèle, mais aussi en évitant toute provocation visuelle.

En résumé, le droit au respect et à la dignité peut très bien se réaliser dans l’éventualité d’une séance-photos. Respect qui se manifeste entre les parties concernées, voire ici le modèle et le créateur de l’œuvre en question. Et dignité envers chacune des parties du corps du modèle qu’il soit une femme ou bien un homme. Mais, dans le cas présent, le modèle masculin est le seul qui possède un phallus.

Je vous remercie infiniment de votre attention.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Les goûts et les couleurs se discutent.

Les goûts et les couleurs se discutent.

Bonjour tout le monde,

20171129_154119Comment allez-vous en cette période de la mi-janvier ? Avez-vous l’occasion de profiter de la belle saison hivernale ? Pouvez-vous pratiquer une quelconque activité propre à cette saison magnifique ? Préférez-vous, au contraire, les activités intérieures afin de combler vos moments de loisir ? Pour ma part, je suis plutôt porté à meubler mes temps libres, si je ne compte pas les heures que je passe à enrichir mon blogue artistique par mes nombreuses publications, en assistant soit à des présentations cinématographiques ou bien, plus rarement, à des soirées théâtrales ou encore, à des matches de hockey qui constitue notre sport national au Canada. Je sais bien que chacun d’entre nous préfère une activité qui puisse le satisfaire. Après tout, les goûts et les couleurs ne se discutent pas.

Mais, est-ce bien le cas ? En ce qui me concerne, il est fondamental que20171129_150920 les goûts et les couleurs puissent se discuter et même que nous pouvons le faire très bien. C’est d’autant plus le cas en ce qui touche le monde artistique, à priori la nudité artistique. D’ailleurs, sans de telles discussions, l’art perdrait à la fois de son mordant, de sa recherche d’excellence et de son ouverture sur le monde environnant. À la limite, j’oserais même ajouter que sans cette possibilité de discuter des « goûts et des couleurs », les arts perdraient leur raison d’être qui est de susciter l’intérêt dans l’intimité de la personne. Il est toutefois primordial de retenir que le respect  un pré requis, et ce en tout temps et en tout lieu, dans les échanges afin de justement faire avancer le domaine artistique telle que soit son orientation.

26231811_338498853299665_6067423322810350198_nIl est certes facile de critiquer pour le simple plaisir de le faire. Cependant, il est bien d’avoir à l’esprit que ce que nous trouvons un tant soit peu fade, sans saveur, dénué d’intérêt selon nos critères personnels peut être perçu comme une oeuvre remarquable selon des points-de-vue diamétralement opposés aux nôtres. Il en est ainsi des oeuvres présentées dans certains groupes présents sur les réseaux sociaux tels que, pour ne pas le nommer, Facebook. Tout le monde a le droit indéniable de ne pas aimer telle ou telle réalisation artistique présentée sous quelconque support que ce soit. Mais, dans ce cas, il me semblerait d’une grande utilité de le faire d’une manière à exprimer certes ce sur quoi on est en désaccord mais en mettant aussi l’accent sur les points positifs que l’on peut découvrir au sein de l’oeuvre concernée. En d’autres  mots, une critique peut être réalisée de manière positive et négative. C’est dans une telle optique, un peu comme la nécessité d’avoir deux jambes pour avancer sinon on risque de tomber sur le cul, que la possibilité de découvrir des voies tout à fait inconnues jusque-là se fera de manière libre et sans crainte d’être mis à l’index.

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Le hasard fait bien les choses.

19601516_1964311793799921_4920796799856431853_n

Renée-Rose Pelletier-Martineau (artiste) et votre humble serviteur

Le hasard fait bien les choses.

Bonjour,

19247901_1964311660466601_2719506659746753434_nVous savez que j’adore alimenter mon blogue artistique afin de le rendre à la fois instructif et intéressant. Voilà pourquoi j’y publie divers articles portant sur ma passion en tant que modèle nu que sur la poésie et la photographie. Par ailleurs, je tente par tous les moyens mis à ma disposition pour trouver des sujets dignes d’intérêts. Je pense notamment à visiter des galeries d’art à la recherche de ce petit quelque chose qui inciterait votre curiosité, surtout si le thème de la nudité artistique y est présent. Il va de soi qu’être à l’affût d’événements artistiques d’envergure régionale ou internationale sans oublier mes nombreux contacts sur les réseaux sociaux du web constitue un élément important dans le succès de mes recherche. D’ailleurs, c’est grâce à la page Facebook de la galerie d’arts « Alfred-Pellan » que j’ai pris connaissance d’un tel vernissage.

C’est ainsi que j’ai profité d’un vernissage présenté au sein de la galerie d’arts « Alfred-Pellan » de Québec pour tenter d’y découvrir de véritables petits chef-d’œuvres réalisés par des artistes aux talents, c’est le moins que je puisse dire, remarquables. Toutefois, serait-ce par mon intérêt pour le nu ou bien suite à mon expérience personnelle de modèle vivant ?, une artiste-peintre est sortie du lot. En effet, je n’ai que de l’admiration pour cette grande dame qui a su de manière plus que respectable transposer la vie de ses modèles vivants sur du bois mort. Deux mots complémentaires que sont « vie » et « mort » et qui, par l’entremise des mains de madame Renée-Rose P.-M., furent à l’origine d’œuvres artistiques tout à fait dignes de mention.

Il m’est impossible de nier que le fait de trouver quelques-unes de ses19642333_1964311680466599_3348242670596018282_n créations faites avec des modèles nus féminins a été un facteur incitatif dans ma démarche de faire plus ample connaissance avec cette artiste. Au fil de notre discussion, nous avons convenus que le domaine des arts, même si elle se trouve derrière le tableau et moi devant, relève presque de la vocation. Une vocation qui se vit au quotidien, qui vibre à chaque seconde de notre existence et qui tente avec une passion fébrile de se transmettre à nos semblables. Il est ici à noter qu’une telle transmission peut se faire de multiples façons. L’on a qu’à penser au domaine musical où des centaines de jeunes gens, et parfois des moins jeunes, essayent de connaître le succès. Il en est de même du théâtre, du cinéma et bien d’autres activités artistiques. Mais, comme dit si bien un homme célèbre dans l’histoire de l’humanité né en Palestine, il y a beaucoup d’appelés mais peu d’élus.

19511177_1964311710466596_3145573755220110355_nPersonnellement, j’ai adoré discuter avec cette artiste. C’est ainsi qu’elle m’a appris qu’elle sera en Europe, plus précisément au Louvre de Paris, lors d’une exposition qui se tiendra du 7 au 10 décembre prochain. « Wow! » me suis-je alors dit. Quelle chance inouïe de rencontrer une telle artiste, au sein même de mon beau Québec que j’aime tant, qui exposera dans ce haut-lieu de l’art. Avouons-le ! Le Louvre est au domaine artistique ce que le Vatican est au catholicisme. Les deux sont devenus au fil des siècles le symbole par excellence du champ qui leur est dévolu. Dans le cas du nu artistique, je peux affirmer avec certitude que cette artiste possède un sens inouï à la fois du détails mais aussi d’une patience que je qualifierais de monastique. D’ailleurs, vous pouvez vous-mêmes le constater en regardant ces quelques photos, lesquelles ont été prises avec sa permission pour fin d’utilisation au sein de mon blogue, où minutie et beauté vont de pairs dans chacune d’entre elles.

Je tiens à vous informer que par un souci de respect du droit d’auteur à son égard qu’un lien menant vers son site professionnel se trouve en annexe du présent article. C’est ainsi que vous trouverez plus amples détails sur cet artiste et sur son projet de présentation au Louvre de Paris. N’hésitez surtout pas à l’encourager.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Site officiel: http://www.reneerose.com/fr/reneerose.html

Site de la campagne de financement: http://www.reneerose.com/fr/reneerose_contact.html

À l’occasion du vernissage « Décadré »

18010707_1259825327468890_7074810042241770762_n

À l’occasion du vernissage « Décadré »

La censure, avec l’intention de contrôler et de supprimer, est immorale.

-Dalaï-Lama

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon cœur que vous allez bien. Pour ma part, je me relève d’un problème de santé qui a bousculé mon quotidien de manière assez importante. Toutefois, tout semble se régler graduellement. Après tout, Rome ne s’est pas bâti en un jour. Laissons donc le temps suivre son cours et tout ira mieux. 

New Image103Sous un autre ordre d’idées, vous le saviez probablement déjà, j’avais participé en la fin de 2016 à une séance de nudité artistique à laquelle un jeune étudiant en photographie, du nom de Simon Douville, m’avait invité dans le cadre de son projet de fin d’année intitulé «Décadré». Une telle invitation m’avait fait grandement plaisir pour deux raisons majeures. En premier lieu, il m’est un devoir de venir en aide à tout artiste qui désire explorer des avenues susceptibles de remettre en question nos idées sur notre monde environnant. Et, en second lieu, favoriser les échanges entre l’artiste et votre humble serviteur. Des échanges pouvant porter bien entendu sur le monde de la nudité artistique, mais également sur des sujets divers tels que la conception du monde, sur l’évolution social et encore bien d’autres.

Bref, c’est avec une grande joie que nous avons travaillé ensembleNew Image97 dans le but de produire un résultat susceptible soit, de plaire au grand publique, soit de susciter des interrogations auprès du plus grand nombre possible. Allons-nous réussir à atteindre ce double objectif ? Qui plus est! Comment Simon Douville allait-il juxtaposer les quelques photos choisies parmi toutes celles faites en cette après-midi, croyez-moi sur parole qu’il y en a eu plus ce à quoi on s’y attendait, au sein du lot des autres participants qui ont voulu aussi y collaborer ? Et, le plus important, quel est le message que ce jeune photographe voulait-il transmettre chez le public-cible ? Que de questions aux multiples réponses.

New Image98Un élément important à retenir ! Simon Douville a subi une censure de la part des professeurs sur certaines de ces œuvres artistiques. Pour quels véritables motifs ? Avaient-ils raison ou pas d’avoir agis ainsi ? Quelle image renvoient-ils auprès du public présent en salle lors dudit vernissage ? Je ne crois pas avoir le droit d’émettre mon opinion sur le sujet. Après tout, j’ai servi de modèle nu pour son projet et mon rôle doit s’arrêter là. Par contre, la censure est une lame à double tranchant. En effet, à trop vouloir protéger le peuple contre lui-même, on en vient à l’infantiliser, l’empêchant ainsi à franchir le pas menant vers un monde plus adulte et responsable. Enfin, je ne ferai pas le monde. Ce qui est fait a été fait.

J’ai beaucoup aimé participer à un tel vernissage puisque d’une part,New Image99 l’opinion des gens rencontrés à cette occasion a été somme toute favorable à la démarche de Simon Douville. J’imagine qu’il y a bien eu des voix dissidentes, mais c’est leur droit le plus stricte. Ne vit-on pas dans une démocratie? D’ailleurs, plusieurs personnes m’ont d’une part félicité pour ma participation à un tel projet, même si la majorité d’entre elles savaient que je suis modèle nu pour des écoles d’art et des artistes tant à Montréal qu’à Québec, et d’autre part, pour me dire qu’elles ont été émues par mon texte de réflexion sur ma perception de mon corps et surtout sur le fait que je ne me voyais pas comme une victime de la vie. Bien au contraire !

Quelles réponses puis-je apporter aux questions posées en début d’article ? Je l’ignore totalement. Pour être franc avec vous, il y a fort probablement autant de réponses à ces questions qu’il y a eu de visiteurs venus assister à ce vernissage. Un vernissage où la diversité était de mise.

Merci infiniment de m’avoir lu !

Portez-vous bien.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

En cette dernière journée de septembre 2016

En cette dernière journée de septembre 2016

Bonjour tout le monde,

dscn1567J’espère que vous allez bien. Pour ma part, j’ai vécu une belle expérience à l’occasion d’un évènement en arts visuels axé sur l’imaginaire et la création intitulé : État d’art 16. Un tel évènement a lieu les 30 septembre et 1er et 2 octobre dans la belle agglomération de Beauport. Une ville vraiment très jolie et qui me fait vraiment plaisir d’y aller lorsque l’occasion se présente. En effet, elle possède un charme tout à fait remarquable digne d’y attirer diverses activités à caractère culturel. Il ne faut donc pas s’étonner qu’un tel évènement ai lieu ce weekend à cet endroit.

Ce qui rend la chose vraiment amusante pour votre humble serviteur, c’est d’y avoir été invité par l’artiste Jérôme Bertrand. Celui-là même qui voilà un peu plus d’une11235251_676422929152119_142811643_o_thumb.jpg année a réalisé une oeuvre originale au sein d’une revue de type dit « underground » connu sous le vocable de U-289 et qui a connu un succès au-delà de ce dont nous, lui et votre humble serviteur, nous attendions. Une série inspirée de la liturgie catholique dite « célébration eucharistique », présentée sous le titre de Sacré-Coeur. Je vous prie de n’y voir aucune intention de notre part de vouloir blasphémer ce rite, ni de nous moquer de la foi chrétienne. Chaque foi, chaque religion et chaque croyance méritent le respect. Un point, c’est tout. D’ailleurs, qui sommes-nous pour juger tout ce qui donne un sens à la vie pour près du trois quart, sinon plus, de l’humanité? Se poser la question, c’est un peu y répondre. N’est-ce pas?!

Bref, j’ai passé une après-midi tout fait extraordinaire où mes yeux ont pu dscn1577contempler de véritables chef-d’oeuvres. Bien entendu que, l’occasion était trop belle pour la laisser passer, j’ai pu discuter avec quelques-uns des artistes qui y ont présenté certaines de leurs réalisations. Des réalisations tout à fait remarquables, faut-il le préciser. Il va de soi que je me suis attardé à faire plus ample connaissance avec mon bon ami Jérôme Bertrand puisque plusieurs de ses oeuvres étaient présentées à son kiosque, mais aussi en certains endroits de la galerie d’arts. Des oeuvres vraiment originales.

Toutefois, j’ai décidé de retranscrire un texte de présentation publié au sein même du magazine vendu pour la modique somme de 2.00$ à l’entrée de la galerie d’art afin de vous permettre d’en apprendre davantage sur cet artiste au grand talent. Je vous souhaite une bonne lecture.

« Originaire de Montréal, Jérôme Bertrand est impliqué dans le développement de l’art imaginaire depuis plusieurs années déjà. Après des études en photographie professionnelle au Collège Dawson, il s’affirme par une production picturale personnelle réalisée à l’acrylique, également dans le créneau de l’art imaginaire.

Les compositions qu’il développe s’inscrivent fréquemment dans des formats verticaux. Les éléments visuels qu’il utilise dialoguent entre les univers organiques et mécaniques et son propos vise la réflexion sur l’emprise sociale qui confronte l’humain et son potentiel créatif de par ses règles sclérosantes et ses dictats régimentés.

Jérôme Bertrand a surtout exposé lors de projets collectifs, au Québec, mais aussi au Pérou, en France et en Allemagne. De plus, il enseigne le dessin aux Ateliers Créations à Montréal depuis 2015. »

Pour en savoir plus ou tout simplement pour admirer ses oeuvres, rendez-vous sur son site web: www.jeromebertrand.com

Voir aussi la page concernant quelques-unes de mes plus belles photos prises à l’occasion de ma visite à cet évènement: https://modelevivantaquebec.com/etat-dart-16-un-evenement-en-arts-visuels-axe-sur-limaginaire-et-la-creation/ 

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada