Archives de tags | vent

Femme de feu

 

Femme de feu

Gracieuseté de mon amie Paule Jean de la France

 

Femme de feu

 

Femme de ce temps,

Femme d’hier et d’aujourd’hui,

Femme qui donne l’existence par la vie,

Femme à aimer pour une nuit de pluie et de vent.

 

Ouvre-moi tes bras,

Laisse-moi t’enlacer avec ardeur,

Laisse-moi te combler avec grande douceur,

Ouvre-toi avec confiance comme si j’étais ton roi.

 

Embrasser l’auréole de tes seins,

À en faire damner les anges et les saints,

À en faire tourner les têtes les moines des monastères,

Qui ne connurent que les seins de leurs tendres mères.

 

Que je ressentes la chaleur de ta peau,

Lorsque je serai en ton intimité avec des mots suaves,

Tu connaitras ces plaisirs car je serai ton esclave,

Jamais homme n’a su te satisfaire en évitant ces maux.

 

Car bien des mouvements profonds,

Saccadés dans les instants où nous nous unissions,

Peuvent être brutaux si nous l’oublions par notre passion,

De ces gestes inavouables par la pudeur comme de la raison.

 

Femme rouge de désir,

Femme qui boira de mon blanc elixir,

Qui assouvira ton besoin d’amour et de volupté,

En attendant la prochaine nuit où tu me dévoileras ta nudité.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Échouée

 

c3a9chouc3a9e-gerhart-thompson

Photo : Gerhart Thompson Source : https://voyageonirique.com/2018/01/09/echouee-3/

 

Échouée

 

Sous le chaud soleil,

Malgré ce vent qui n’a pas de pareil,

En y cherchant ma respiration perdue la veille,

Je suis étendue sur le rocher telle une sirène toute belle.

 

Que m’est-il donc arrivé ?

Souvenirs d’un navire par la mer balloté,

Quelques vagues froides et un silence horrible,

Malgré ces cris d’effroi et ces bruits si terribles.

 

Me tenant nue sur le pont,

Ne craignant point Neptune et son don,

De rendre la mer si furieuse mais aussi calme,

Soumise j’étais prête à lui rendre ma si précieuse âme.

 

Pourtant ma beauté me protégea,

Bien doucement, dans ses bras, il m’emporta.

Vers ce pays mirifique et ces incroyables berges,

Il m’y déposa avec la fragilité que l’on accorde à une vierge.

 

Présentée telle une offrande sur ce rocher,

J’attends  mon amour qui viendra m’embrasser,

Pour me soutirer de mon sommeil si nébuleux si agité,

Oui ! Ô mon Dieu ! Ô mon amour ! Je suis à toi. Viens me combler.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ainsi est la vie. Ainsi va le temps.

 

25674391_2249030348657415_1461557093_n

Remerciements à Carrolanne Bois pour sa permission

 

Ainsi est la vie. Ainsi va le temps.

« Ce n’est pas nécessairement de faire le bien qui importe le plus, c’est d’éviter le moindre des maux. On peut vouloir faire le bien mais en bout de ligne les résultats sont aux antipodes de ce que l’on souhaitait. L’essentiel, c’est de faire de notre mieux. Tout le reste n’est que du vent… Ainsi est la vie. Ainsi va le temps. »

de

RollandJr St-Gelais de Québec

Contre vent et …

22046006_502797656747503_6440676234961666562_n

 

Inspiré de ma correspondante  Laura L. 

 

Contre vent et …

 

Contre vent et

Contre le temps,

Que malgré moi je fuis,

Et malheureusement elle me suit.

 

Par  ce vent, je m’envole.

Et de ces contrés, je survole.

Vers ces grands et étranges pays,

Je tiendrai en mes mains mon parapluie.

 

Regardant ici et là ces gens,

Qui vont et viennent gaiement,

Ne sachant que faire de cet instant,

D’une valeur inestimable assurément.

 

Triste constat d’une telle vérité,

Que pour bien des peuples hébétés,

Ne point savoir profiter de la vie avec joie,

Leur semble être de bonne aloi et force de loi.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

L’esclave

Capture 3

L’esclave

 

Pensée d’autrefois,

Prier Dieu avec aveugle foi,

Devant ma destinée je me suis révolté,

Refusant plier l’échine devant ces effrontés.

 

Né homme libre sur une terre ancestrale,

Combattant envahisseurs des contrées australes,

Ayant fait vœu de détruire legs que firent nos aïeux,

Ne se doutant que armes aux poings nous serions courageux.

 

Hommes braves du nord,

Sifflant avec le vent qui mord,

Vent froid qui pénétrera vos corps,

Vous accordant avec l’épée que votre mort.

 

Homme faisant la fierté de son père !

Homme faisant la joie de sa bien-aimée mère !

Sachez-le pour toujours, il luttera tel un brave !

Tenez-le pour vérité,  il ne sera jamais votre esclave.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Sur le rivage

Sur le rivage

 

Sur le rivage,
Je me suis échouée,
Entendant les vagues frapper,
Mon corps nu avec mes larmes au visage.

 

Ne sachant que faire,
Je me laissa caresser par le vent,
Vent du sud ou vent du nord et de tous ces gens,
Face à la fatigue je ne puis que de fermer mes paupières.

 

Mes tendres seins,
Ressentent l’inéluctable besoin,
D’être cajolés par vos tendres mains,
Mains de coupables ou bien de grands saints.

 

Ô mes chéris, je vous y attends,
Écoutez-moi ! Ne me faites point languir,
Je ne peux hélas, de votre absence, en souffrir.
Sur ce rivage, à votre bon plaisir, je vous en donnerai tellement.

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Le fruit défendu

Capture 2

Le fruit défendu

 

Au jardin d’Éden vivait un couple,

Amoureux dans l’âme et le vent en poupe,

Faisant sans cesse l’amour du matin au soir,

Ils ne vivaient qu’un peu d’eau fraîche et d’espoir.

 

Homme nu devant sa bien-aimée,

Celle-ci remarqua ce fruit et il voulu y goûter,

Goûter et savourer à en tirer son précieux nectar,

Allez ! Allez ma belle ! Lui dit-il, avant qu’il ne soit trop tard.

 

Ô toi, le fruit défendu !

Fruit d’un amour à jamais perdu,

Comme ce couple à jamais banni de leur jardin,

Saurions-nous revenir à ce temps où la nudité se vivra au matin ?

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada