Archives de tags | vent

Je suis une fille-joueuse

Je suis une fille-joueuse Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/I-m-a-playful-girl-937617217

Je suis une fille-joueuse

 

Je suis une fille-joueuse.

Et, grâce à mon ami, je suis aussi rieuse.

J’ai appris à ne pas trop m’en faire.

À rêver d’un avenir meilleur sans penser à hier.

 

J’aime bien me promener en ces bois.

À l’aube du jour alors que personne ne me voit.

Je profite de l’occasion pour retirer mes sous-vêtements,

Car, il n’y a rien de tel pour se rafraîchir qu’un peu de vent.

 

Quel plaisir de ressentir le souffle embrasser mes lèvres,

Quelle sensation étrange de croire être une prude vierge !

Même si j’ai connu bien des hommes de tous les pays,

Des blancs, des noirs qui me firent sentir tellement jolie.

 

Mais, il y en a un qui m’a sans cesse étonnée.

Il sait avec tact, au septième ciel, m’amener.

Voilà pourquoi, en ce lieu, je pense toujours à lui.

Et, à chaque coup, je ferme les yeux et je souris.

 

Je suis une femme à l’esprit libre.

Me faire plaisir jusqu’à tout mon corps vibre.

Imaginez le voir explorer avec ardeur mon intimité,

Chaque fois, j’ai l’impression de perdre ma virginité.

 

Vous comprenez maintenant pourquoi je suis tant heureuse.

Quand il m’offre d’être avec lui dans son lit douillet, je suis preneuse.

Mon bon Rolland ! Avec lui, je ne m’ennuie jamais, car il sait me distraire.

Il possède un petit quelque chose avec lequel il maîtrise l’art de me plaire.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Se souvenir

Belle Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par he3rti Source : https://www.deviantart.com/he3rti/art/Beautiful-933943381

Se souvenir

 

Il suffit de prendre un temps, 

Pour se rappeler des jours d’antan, 

De ces journées passées avec les êtres chers, 

Qui était à nos côtés parfois pas plus tard qu’hier.

 

Ce n’est pas une question de regret.

Même si, parfois, en nous, le mal est,

De ne pas avoir exprimé l’amour de cet instant,

Alors qu’ils partirent pour le firmament.

 

Il est bon de revoir leurs visages. 

Alors que nous avançons en âge, 

Cela nous permet d’apprécier la vie, 

En espérant qu’une autre sera infinie.

 

Pensez à nos aïeux, 

Qui ont fait de leur mieux, 

Avec leurs mains pour construire, 

Un meilleur demain avec des larmes et des rires.

 

Se souvenir de ces gens face au vent,

Qui allèrent à contre-courant et contre le temps,

Garder en nos cœurs une parcelle fragile de leurs âmes, 

Et comprendre qu’ils étaient des hommes et des femmes.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais 

Québec (Québec)

Canada

Errer

Errer Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par cine-M-mania Source : https://www.deviantart.com/cine-m-ania/art/Wander-932232755

Errer

 

J’étais seule dans cette forêt avec mes nombreuses illusions.

Tant de rêves entretenus par tes paroles qui ont alimenté mes émotions.

Tant d’espoir de trouver, un jour ou bien une nuit, un avenir meilleur.

Je t’avais confié mes projets, mes joies, mes craintes et mes peurs.

 

Le soleil a fait place inexorablement à la noirceur éternelle.

Pourquoi m’as-tu à jamais détruite, m’avoir brisé les ailes ?

T’avais-je fait quelque chose pour mériter un tel châtiment ?

J’étais prête à vivre avec toi n’importe où, à tout moment.

 

Que me subsiste-t-il de tes beaux mots, de tes promesses ?

Devrais-je les mettre, comme toujours, avec tout le reste ?

Qu’avais-je fait pour que tu agisses ainsi envers moi ?

Mon corps et mon âme étaient depuis toujours à toi.

 

N’entends-tu pas le battement de mon cœur ?

S’être à jamais arrêté pour cause de ce terrible malheur.

J’ai découvert enfin la vérité te concernant.

Cela fait si longtemps que tu me mens.

 

Que me reste-t-il de nos tendresses d’adolescence ?

Nous nous sommes connus depuis la douce enfance.

Dans la cour de récréation, nous nous sommes rencontrés.

Plus tard, sous le vieux chêne, sur la joue, tu m’avais embrassé.

 

Quel souvenir extraordinaire que tu m’as laissé !

Si tu savais à tel point dès cet instant magique, je t’ai aimé.

Le vent soufflait un arôme féérique qui embellissait le paysage.

Une contrée de notre patrie sortie tout droit du moyen-âge.

 

Maintenant que j’ai appris ce qui s’est réellement passé.

Que puis-je faire d’autre, si c’est que de pleurer ?

Et demander au ciel ce que j’ai pu avoir fait.

Ô, mon Dieu ! Réponds-moi, s’il te plaît.

 

Suis-je pour toujours condamnée à cette malédiction ?

Je t’avais tout offert jusqu’à en perdre ma raison.

Seule dans le sentier, je fais que marcher.

Dans ma tristesse, je continue à errer.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Entre la noirceur et la lumière

Entre la noirceur et la lumière Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Samo19 Source : https://www.deviantart.com/samo19/art/in-darkness-809142685

Entre la noirceur et la lumière

 

Mon père me disait qu’entre la noirceur et la lumière,

Se trouve à la fois le temps de la paix et celui de la guerre.

Une frontière entre la confiance absolue et le désespoir sans fin.

Où chacun fait de son mieux pour tirer du meilleur de son destin.

 

Que l’enfance se transforme inévitablement à l’adolescence,

Puis peu à peu, lorsque vient l’âge adulte, l’être perd de son innocence

Que le théâtre de la vie offre tant de chapitres interprétés sur le plancher,

Il lui est impossible d’empêcher, une fois la fin arrivée, le rideau de tomber.

 

La nuit cache bien des secrets tout en dissimulant autant de chagrins,

Mais, quand vient le jour, toute vérité met en fuite même les plus malins.

Le brouillard camoufle, de nos yeux épuisés par l’âge, le lointain horizon.

Allant jusqu’à créer tant de chimères qui nous font perdre la raison !

 

Mais, heureusement qu’il y a la douceur du vent qui dissipe le crépuscule.

Qui de nos âmes, nos craintes et nos illusions, lentement reculent.

Je ne peux guère, malgré moi, choisir qu’entre ces deux ultimes réalités.

Car, je l’avoue avec un grand étonnement, elles ont chacune une vérité.

 

Il faut avoir expérimenté les deux consciences de la nature mortelle,

Si l’on veut avoir un avant-goût de ce que connaissent les dieux immortels.

Comme j’aimerais posséder le savoir des anciens et des sages d’autrefois.

Et, malgré cela, j’affronte la noirceur avec la lumière que me procure la foi.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Quel beau bijou !

Quel beau bijou ! Poème de Rolland Jr St-Gelais Dessin par Umciaumcia1 Source : https://www.deviantart.com/umciaumcia1/art/FEMALE-NUDE-AKT-GIRL-1789-PUSSY-PIERCING-743540574

Quel beau bijou!

 

Quel beau bijou!

Quel chef-d’œuvre j’ai découvert

Après t’avoir embrassée sous le sapin vert

Tu avais rougi lorsque je t’ai fait la bise sur tes joues.

 

Toi et moi, nous étions seuls pour la première fois.

Quel plaisir d’avoir partagé avec toi ce moment magique !

En cette période des fêtes, ce temps de joie et de contes féériques.

Je t’avais fait présent de ce cadeau qui, je l’avoue, un peu m’étonna.

 

Je te connaissais bien pour savoir quels étaient tes goûts.

Nous avons vécu tellement d’étranges secrets pour l’éternité.

Depuis la soirée en un lieu interdit où toi et moi avons été invités.

Tu avais si souvent des idées coquines qui m’amusèrent beaucoup.

 

Que pourrais-je bien t’offrir pour Noël ?

Quelque chose de bien spécial qui serait un pur joyau.

Mais qui serait aussi très fragile et bien pour ta jolie peau.

Et qui saurait plaire à celle que j’aime, ô, toi, ma chérie, ma belle.

 

En me promenant sur les rues de Paris.

J’ai trouvé une joaillerie qui m’était inconnue.

J’y suis entré et là il y avait tout ce que j’ai voulu.

Un bijou qui rendrait honneur à ton charme qui éblouit.

 

Une dame aux allures libertines avec une silhouette divine.

S’est approchée vers moi afin de répondre à mes nombreuses questions.

Elle écouta avec calme à mes interrogations et me donna entière satisfaction.

Elle me proposa ce bijou aux contours si délicats et à la taille tellement fine.

 

Voilà mon humble cadeau pour souligner la nuit.

Où toi et moi avons fait l’amour sous la lune et les étoiles.

Alors que nous voguions sur la mer, le vent murmurant sur les voiles.

Un souffle si doux que nous nous sommes avec lenteur assoupis.

 

Un bijou que tu porteras en secret

Pour te souvenir comme je t’ai aimée

Et, pour le reste de la vie, je ne pourrai t’oublier

C’est avec toi que je veux être maintenant et à jamais.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada