Archives de tags | vent

Remonter le temps

Remonter le temps Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo : Auteur inconnu Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/00-1647-897994734

Remonter le temps

 

Ah ! Ce que j’aimerais remonter le temps,

Le temps de jadis, de mon enfance, de mon adolescence.

Entendre les mots d’amours que mes parents se disaient dans leur romance,

Mais, à quoi bon revenir sur les pages noircies du passé qui s’envolent dans le vent?

 

Je me rappelle une très jolie fille,

Que j’ai connue au début de la vingtaine,

Une fille aux cheveux couleur d’ébène, prénommée Hélène.

Une femme que les yeux de mon cœur avaient remarquée au cinéma dans la file.

 

À ma grande surprise elle était rarement accompagnée,

Chose étrange car sa beauté fragile rayonnait son visage angélique.

Une femme si mystérieuse qui par son éclat avait quelque chose de féérique.

Devrais-je lui parler ? Je me suis souvent demandé car au fond de moi j’étais gêné.

 

Les weekends ont au fil des saisons passé,

Comme à l’habitude, nous étions des âmes perdues,

Dans cette foule béate croyant avoir dans ces films de la vie tout vu,

Une foule à la recherche de sensations afin de leurs émotions les disperser.

 

La vie m’a appelé à vivre en une lointaine cité,

Une ville où j’ai fait ma vie comme je le pouvais,

Une ville où j’ai construit une vie avec ce que j’avais,

En développant le goût pour les photos, ces témoins du passé.

 

En parcourant des albums chez un antiquaire,

Un des rares qui existent en ce monde aseptisé,

Un monde qui renie tout ce que les aïeuls ont réalisé,

Et qui censure les détracteurs pour à jamais les faire taire.

 

J’ai porté mon regard sur une photo en particulier,

Une photo en noir et blanc qui ma foi était bien conservée,

Je me suis penché pour avec douceur de la poussière la préserver,

Malgré mes yeux fatigués par l’âge, j’y ai reconnu un visage familier.

 

Assise dans son plus simple apparat,

Une jeune dame fixa une horloge de manière tranquille

Et de son doigt, elle arrêta le mouvement perpétuel des aiguilles.

Un éclair traversa mon esprit lorsque j’ai compris qu’elle était la dame du cinéma.

 

Ah ! Ce que j’aimerais être à ses côtés en cet instant

Simplement pour sa beauté sans dire un mot l’admirer,

La vie a fait en sorte que nos chemins ne se soient jamais croisés.

Quelle tristesse de constater que je ne peux pas remonter le temps.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

 

À travers les champs

À travers les champs Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. D’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/The-runner-897691959

À travers les champs

 

Écoutant le vent souffler,

Je me suis mise à respirer,

Sentant monter en moi l’envie de courir,

Éprouvant en mon être le désir irrésistible de vivre.

 

Ayant pour seul vêtement.

Ma peau douce comme le satin blanc,

Regardant sans cesse droit devant moi,

Contemplant cette nature avec tant d’émoi.

 

De cette nature à la fois simple et merveilleuse,

Qui sait si bien rendre une âme pure tellement heureuse.

Pieds nus courant sur la terre éloignée de toutes les guerres,

Je passe à vive allure sous les arbres qu’avait plantés mon père.

 

À travers tous ces champs,

Je laisse entrer en mon être l’air du temps,

Être comme je suis, et simplement moi-même.

Je laisse fuir tout ce qui en moi me donne le flegme.

 

Je cours sans cesse avec joie à travers l’herbe.

Courir ! Vivre ! Respirer ! Quels beaux verbes !

À travers ces champs parsemés de blé,

De la vie, j’en suis tellement émerveillée.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Baiser du matin

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Baiser du matin

 

Moment vécu en toute quiétude,

Grâce à toi, en mon cœur plus de solitude.

Dans les draps tellement soyeux de satin blanc,

De ces draps où nous avons dormi comme des enfants.

 

Entendant le rugissement de la brise automnale,

De ce vent frappant à la fenêtre de manière si brutale,

Je souris, car loin de moi sont toute crainte et toute peur.

En jetant un coup d’œil au réveille-matin afin de connaître l’heure.

 

Neuf heures moins le quart?

Ho ! Il commence à se faire tard.

En silence, je vais aller faire le petit-déjeuner.

Un bon café, des rôties préparées pour débuter la journée.

 

Une journée, certes pas comme les autres.

Car de mon amour de ma bien-aimée, je suis son hôte.

Une dame au corps si divin et aux cheveux légèrement dorés,

Allongée sans gêne ni pudeur sur le lit sur lequel sa féminité j’ai admirée.

 

Sous un air si joyeux d’une chanson qui jouait sur les ondes,

Sur les ondes d’une radio d’une autre époque d’un autre monde.

Une époque où l’on vivait d’amour et de belle espérance,

Ce temps de mon bonheur et de mon adolescence.

 

Mes pas feutrés, vers mon amour, j’ai dirigé.

Je sentais battre mon cœur pour ma bien-aimée.

Avec une douceur digne d’un beau roman d’amour,

J’ai fait le baiser du matin qui restera gravé en moi pour toujours.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Près de l’écorce

Poème inspiré par une très belle photo prise par mon ami Eri Kel de la France.

Près de l’écorce

 

Me promenant au vent,

Un vent d’automne surprenant,

Un vent qui annonce la venue de l’hiver,

Un hiver de neige blanche et d’un frais air.

 

Sur un sentier fraîchement battu,

Avec sérénité et prudence, j’ai parcouru.

Me préoccupant à la fois de tout et de rien,

Car d’un pas sûr et heureux, j’y allais de bon train.

 

Je regardais à travers les bois,

Cherchant un souvenir pour mon toit,

À travers les nombreuses branches tombées,

Sous l’effet du vent, un peu partout éparpillées.

 

J’y ai découvert une petite merveille de la nature,

Une de ces merveilles qui me rappellent ce qui est pur.

Quelques feuilles menues de teintes rougeâtre et cuivrée,

Qui par leur présence ravive en moi la notion même de la beauté.

 

Quelques feuilles ont suffi,

Pour me rappeler l’importance de la vie,

Une vie qui défit même le vent le plus féroce,

Quelques feuilles se tenant en silence près de l’écorce.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Sous les couleurs

Sous les couleurs Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Pajunen Source : https://www.deviantart.com/pajunen/art/Lazarus-Tree-849876865

Sous les couleurs

 

En cette belle journée,

En un lieu calme, je suis allé.

Pour me souvenir, me rappeler,

De ces gens qui sont venus en ma vie essaimer.

 

Des souvenirs tendres, des souvenirs éternels,

Qui me fait prendre conscience comme la vie est belle.

Qui me fait apprécier chaque journée qui passe sous le soleil,

Jouir tout autant de celle sous la pluie telle une merveille.

 

Sur des pierres grises,

J’y ai découvert quelques surprises,

Des mots et des écrits soufflés par la brise,

Des paroles qui me revinrent en mon âme éprise.

 

Ne jamais revivre dans le passé,

Ce qui n’interdit pas de se rappeler,

De tous ces gens qui à jamais nous ont quittée,

En espérant qu’un jour, nous les rejoindrons pour l’éternité.

 

Vivre l’instant présent,

C’est aussi en nos vie penser à ces gens,

De nos aïeux, qu’ils étaient chevaliers ou paysans.

Une journée en leurs noms n’est-elle pas consacrée une fois l’an?

 

C’est dans la quiétude de ce lieu,

Que j’ai compris qu’il ne faut jamais dire adieu,

Car, de toutes les richesses en ce monde, la vie est un don de Dieu.

En cette journée, c’est avec mon cœur que j’ai pu contempler les cieux.

 

Sous les couleurs d’automne,

Qui, ma foi, sont loin d’être monotones.

Et que le vent à travers les branches ronronne,

Qu’en chaque endroit une certaine beauté m’étonne.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada