Archives de tags | pensées

Je me repose

IMAG0018 1

Photo prise à Montréal lors d’un de mes voyages professionnels de modèle nu

Je me repose

 

Je me repose

Tout simplement entre deux poses,

Fatigué de lutter contre l’image sans cesse véhiculée,

Qu’un homme handicapé ne peut être synonyme de virilité.

 

Et pourtant combien ont-ils laissé de leurs vies,

Sur les champs de bataille des peuples libres ou conquis ?

De leur sang sont abreuvées rapides rivières,

Et de leur chair nourries terres lointaines et étrangères.

 

Corps fatigué ! Corps épuisé !

Âme blessée par toute cette méchanceté inépuisée,

Que me reste-t-il devant tant de cruauté si ce n’est mon désir d’amour ?

Que puis-je faire pour sortir à jamais des flammes de cet infernal four ?

 

Je ne suis ni Hercule à la force gigantesque,

Ni un troubadour jouant de sa flûte aux motifs arabesques,

Je ne suis qu’une âme parfois sage parfois frivole,

Incarnée en cet être fragile aux pensées qui au gré du vent s’envolent.

 

Se reposer nu sur ce drap,

Afin de libérer son âme de ce qui le rend las,

Être là et simplement là et sans chercher à comprendre,

Car de son bon vouloir rien en la vie ne peut réellement en dépendre.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Dès …

Protect4245_rectangle

Dès…

 

Dès le petit jour je pense à toi

Dès le matin je fredonne ce refrain

À ce que j’aimerais avoir des mains

Pour te serrer dans mes bras avec joie

 

Dès le jour venu tu es dans mes pensées

Offrir ce qui a de plus beau ? Un doux baiser

Dès cet instant où je t’ai vue mon cœur s’est emballé,

Car il n’y a rien de plus beau que ton visage étoilé.

 

Dès le soir venu, mon souffle d’amour est pour te redonner vie

Car sans toi mon existence serait depuis longtemps fini

Dès le crépuscule annonçant le temps du doux et suave repos

Mon désir de te combler grandi telle une vague venue des eaux.

 

Dès je te vois que tu es là

C’est mon âme qui vibre et mon cœur qui bat

Mais dès ton départ, ton absence et que tu t’en vas

Au plus profond de mon corps, je l’avoue plus rien ne va en moi.

 

De

 

RollandJr St Gelais de Québec Canada

Adossée

27972777_10156285722098919_6531673757471374170_n

 

Magnifique dessin réalisé par mon ami Eri Kel de la France

 

Adossée

 

Silencieuse !

Quelque peu anxieuse !

Soucieuse dans ses pensées,

Perdue dans ses idées éparpillées.

 

Certes nue,

Mais de sa peau délicate,

Avec une grâce de cette beauté écarlate,

Elle sait bien en être maîtresse et bien vêtue.

 

Regard fixé vers le mur,

Rêvant aux jardins de son enfance,

Aux arbres fruitiers de sa lointaine adolescence,

Où elle savourait fruits aux saveurs exquises et mûres.

 

Mais les temps ont si changé,

Hélas ! Rien n’est plus comme avant,

De ces jeux innocents quand elle était enfant,

De ces baisers interdits de ses amis adolescents.

 

Maintenant avec son cœur blessé,

Elle ne sait que faire, ne sait que dire,

Point la peine de médire et encore moins de maudire,

Alors avec grande sérénité sur cette chaise, elle s’est adossée.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Corps présent ! Regard absent !

Regard absent II

Dessin de mon ami Eri Kel de la France

Corps présent ! Regard absent !

 

Je pense en silence,

Sans prononcer un mot,

Sur ce qui ce passe sur les eaux,

Comme je le faisais durant mon enfance.

 

J’ignore quoi penser de ce monde,

Qui blesse notre sainte mère Dame Nature,

Qui nous offrait ces milles merveilles si pures,

Et maintenant, comment ne point avoir honte ?

 

De nos actions destructrices ?

De nos paroles mensongères et séductrices ?

De nos pensées pernicieuses nous précipitant ?

Dans les flammes de l’Enfer et dans les abîmes du néant ?

 

Peuples aux désirs inassouvis,

Qui exploitent sans arrêt celle qui donne la vie,

Depuis la nuit des temps où Chronos cessa de manger ses enfants,

Labeur des hommes fut le lot de nos ancêtres des terres d’antan.

 

Ne savaient-ils pas notre précarité ?

Où chaque jour de nos pauvres vies est compté ?

Que notre terre est aussi notre unique mère des mers ?

De ces mers découvertes par hommes de paix et hommes de guerre.

 

Oui, mon corps est de plein gré présent.

Oui, mon amour pour cet art est toujours vivant.

Mais, je m’inquiète pour vos enfants les petits et les grands.

Que sera ce monde sans leurs yeux si ce n’est qu’un regard absent ?

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Elle y prit place …

 

10388629_10153081918298919_2888865537263255003_n

Dessin par Eri Kel de la France

 

Elle y prit place …

 

Pose nue !

Pose sans retenue !

Poser tout simplement !

Poser sans artifice assurément !

 

Tâche ardue,

D’être là tant attendue,

Sans bouger devant une foule,

Sous son regard qui se déroule.

 

Tête lourde de pensées,

S’appuyant sur une main agitée,

Main frêle supportant lourd passé,

D’un amour d’été depuis longtemps terminé.

 

Perdue dans ses rêves,

Où elle joue le rôle d’une nouvelle Eve,

Celle qui ne passera jamais à la postérité,

Même si avec coeur et passion, elle leur offrit sa nudité.

 

Être nue et avoir osé,

D’avoir posé ses pieds fatigués,

Sur la sellette telle une modeste statue,

Elle y prit place en deux temps et s’est tue.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Nuit blanche

 

nuit blanche

Source photographique : https://photonoirblanc.com/

 

Nuit blanche

 

Glissant dans mes draps de satin,
En souhaitant tant dormir jusqu’au petit matin,
Fatiguée ! Épuisée ! Par tant d’efforts et de chagrin,
Je ne voulais que renaître dans un doux sommeil avec entrain.

 

Mais, voilà !
Tu étais simplement là.
Dans mes pensées et dans mes songes,
Trottant dans ma tête telle un souris qui me ronge.

 

Pourquoi ne voulais-tu pas partir ?
Pourquoi étais-tu là à toujours me sourire ?
Tu étais beau tel l’astre du jour valsant dans le ciel,
Sans geste brusque, tu me fis découvrir mille merveilles.

 

Me transportant dans tes bras musclés,
Notre amour serait-il en fin de compte notre clé ?
Celle qui ouvrira la porte de notre destin, de notre route ?
Maintenant, je le sais. Je le crois et même je n’en ai aucun doute.

 

Ne tarde pas, Ô mon amour, à me revenir,
Car pour toi, Ô mon chéri, mon coeur soupire,
Je te sens tout en moi au plus creux de mes hanches,
Voilà la raison de tous mes fantasmes en cette nuit blanche.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Ô mystérieuse

 

15032639_158956527905443_8982724031840438232_n

Dessin de Sylvie Verhoye

 

Ô mystérieuse

 

Me glissant dans mon lit,

En voulant oublier cette journée enfin finie,

Mes pensées divaguèrent sans répit, sans relâche,

Voyant tous ces gens les bons, les braves comme les cons et les lâches.

 

Puis vint une légère brume,

Où apparue la silhouette d’une brune,

Une dame d’une éternelle jeunesse à la peau de satin,

Devant moi, un homme aux milles regrets et cents chagrins.

 

Est-elle un ange envoyé du Ciel ?

Pour m’amener bonne ou triste nouvelle ?

Ou un démon venu me tenter par des désirs d’impureté ?

Afin de me faire succomber et dans les Enfers m’y précipiter ?

 

Femme si belle ! Femme idéale !

Dites-moi ! Vous aurais-je fait du mal ?

Pourtant, mon coeur serait nul autre qu’à vous.

Si vous le voulez car, en réalité, vous me rendez fou.

 

Femme de mes rêves,

Seriez-vous la nouvelle Ève ?

Je reconnais que de votre splendide féminité,

Je ne saurais maintenant et à jamais m’en passer.

 

Laissez-moi déposer sur vos lèvres un baiser,

Laissez-moi caresser votre peau si fragile si veloutée.

Sans vous brusquer, je vous serrerai avec joie dans mes bras.

Non, que de cette nuit au clair de lune bleue, je ne me réveille pas.

 

Que mes paupières restent fermées pour toujours,

Car je sais maintenant que vous serez à jamais mon amour.

Tel un amour impossible dans ce monde si insipide et si morose,

Ô mystérieuse ! Votre grâce n’a d’égale que la plus belle des roses.

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Pourquoi me regarde-t-il ?

 

19642627_10156222380803919_596639514811353194_n

 

Dessin réalisé par Eri Kel de la France

 

 

Pourquoi me regarde-t-il ?

 

Marchand calmement dans un magnifique jardin,

Je déambulais  parmi ces humbles gens tels des pantins,

Voyant au loin un modeste banc blanc esseulé qui m’attendit,

Comme on attend avec hâte un être cher, un parent, un vieil ami.

 

Quelques pas amplement me suffirent,

Pour m’y rendre avec gaité et avec le sourire,

Confortablement assis tel un César avec ses lauriers,

Mes pensées me firent plonger dans les songes des lointains étés.

 

De ces temps où féminité et coquetteries,

Allèrent si bien avec virilité et nobles galanteries,

Quel plaisir de courtiser jeunes dames afin d’être leurs élus,

Et de les accompagner dans ce lieu interdit où nous étions nus.

 

Soleil généreux de ses rayons,

Fit couvrir quelques têtes de chapeaux melons,

C’est alors que vinrent à moi les notes d’un piano jouées,

Qui ont voyagé par la douce brise d’un bistro et ses arômes de café.

 

De ces saveurs veloutées,

Et parfois corsées que je savourais,

Au lit avec celle que j’admirais et que j’aimais,

Ah ! Ce que nous étions heureux en ces temps reculés.

 

Perdu dans mes coupables pensées,

Je n’avais point vu l’étranger assis devant moi,

Me fixant du regard en silence et sans geste tel un roi,

Je voulais aller le trouver simplement pour parler, pour discuter.

 

Allais-je le déranger, l’importuner, le blesser ?

Car une simple parole peut parfois guérir ou  bien tuer,

Mais, au fait,  que me veut- il ? Pourquoi diable me regarde-t-il ?

C’est alors que glissa sur sa joue une larme de ses yeux tels des îles.

 

Point de mots pour exprimer ses douleurs,

Point de sons pour décrire la vie et ses couleurs,

Parfois l’instant saisi suffit à deux âmes pour communier,

Pour partager mille bonheurs qu’on ne peut ni nier ni oublier.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le départ

 

 

Le départ

 

C’est qu’un départ,
Vers d’autres cieux ! Vers d’autres terres !
Où irais-je ? Contrés paisibles ou pays en guerre ?
Allons ! Partons ! Maintenant avant qu’il soit trop tard.

 

Là ? J’attends le moment.
Où je vivrai un autre présent,
Présent sans retour et sans regret,
Peut-être dans mes pensées ? Qui le sait ?

 

Partir ?
pour ne plus revenir,
Dans les cœurs que j’ai brisés,
De tous ceux que j’ai jadis aimés.

 

C’est le temps.
Temps de vous dire au revoir,
Avant que vienne la pénombre et le soir,
Avant la fin de cette vie et dire adieu à mes amours d’antan.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Je suis fier

20171129_152040

Je suis fier

 

Je suis fier

De mon corps de fer

Fer blanc forgé avec force

Et viril d’un amour si féroce.

 

De ce tendre visage

D’un homme pas toujours sage

Aimant la vie mais ne craignant pas la mort

Car c’est-là où chacun connaîtra son sort.

 

Heureux en mon sein

Car bien des maîtresses m’offrirent leurs siens

De ces femmes aux courbes magnifiques

Et que dire de leurs regards si féeriques ?

 

Amoureux d’un soir

Ou d’une vie sans espoir

Amours de cette lointaine jeunesse

Où elles adorèrent m’offrir leurs chaudes caresses.

 

Que pourrais-je vous offrir ?

Pour vous faire à nouveau jouir ?

Que je suis heureux en mes pensées

Car j’ai su à la fois vous combler et vous aimer.

 

De

 

RollandJr St Gelais

Québec (Québec)

Canada