Archives de tags | enfants

Tu te tiens devant le monde.

New Image 68

Tu te tiens devant le monde.

 

Brave louve,

Toi qui es loin du Louvre,

Témoin des époques de la Rome glorieuse,

Sans oublier des foules meurtries par la vie furieuse.

 

Attendant le temps voulu,

Où tu reprendras ta vie dévolue,

Tu feras périr tous ces gens de leur arrogance repus,

En épargnant de par leur pureté de coeur tes enfants nus.

 

Relève-toi de tes cendres,

Dans les flammes des enfers fais-les descendre,

Ceux qui bafouent ta mémoire sans gêne et sans honte,

Car depuis la nuit des temps et à jamais tu te tiens devant le monde.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Dans mon âme est l’espoir

3102954725_1_3_hmfvOFQK

Dans mon âme est l’espoir

 

Regardant l’avenir de nos enfants,

Qui s’engouffre dans l’obscure néant,

Que pourrais-je bien faire pour les protéger,

De tous ces ennemis derrières leurs visages voilés ?

 

Dans nos veines coule un si précieux sang,

Que nos transmirent nos tendres et lointains parents,

Souvenez-vous Ô mes amours de tous ces valeureux combats,

Où par grand amour de notre patrie nos aïeux passèrent à trépas.

 

Pourquoi reniez-vous notre langue si belle ?

Pourquoi vendez-vous nos terres en de nombreuses parcelles ?

Pourquoi détruisez-vous nos églises là où s’unirent de tendres époux ?

Pourquoi avez-vous honte des hommes qui affrontèrent le courroux ?

 

Mon cœur saigne par amour,

Car je voudrais tellement vous voir fiers,

Que vous laissèrent hommes de ces bois cette belle terre,

En mon âme est l’espoir de vous voir réveillés pour toujours.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Courage au ventre, rage au cœur !

Wounded-wolf-in-the-winter_1920x1200

Courage au ventre, rage au cœur !

Qu’avez-vous fait à ma terre ?

Qu’avez-vous fait à notre mère ?

Le sol crie vengeance à mes oreilles,

Attendant avec hâte que mon peuple se réveille.

Dans nos veines coule le sang,

Celui de nos ancêtres pour nos enfants,

Dans la profondeur de nos âmes brisées,

S’élèvent les voix de nos aïeux du temps passé.

Ô mon peuple ! Gens d’ici ! Réponds-moi !

Contre l’infâme ennemi d’une seule et même voix.

Ne sens-tu pas monter en toi la fièvre de l’honneur bafouée ?

De notre chair offerte en pâturage pour y être fouettée ?

De mes yeux sortira grande colère,

Afin de faire à ces barbares cette guerre.

De mes dents acérées, davantage je les affuterai,

Et dans la peau de ces belligérants avec délice je les planterai.

Croyez-moi mes frères! Que l’on se tienne pour dit,

Que pour le loup rien n’est aussi sacré que sa patrie.

Devant tous les assauts pernicieux il vaincra ses peurs,

Car en lui réside le courage au ventre et la rage au cœur.

De

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le mur

New Image97

Le mur

 

Le mur,

Là où tout est dur,

Pourtant, rien y est mûr,

Sans avoir les couleurs des mûres.

Comment le détruire ?

Serait-il pire d’un autre en construire ?

Car les hommes ont de tous temps vécus sous leurs ombres,

Malgré la splendeur et la beauté du soleil jusqu’à la pénombre.

Sommes-nous devenus insensibles ?

Depuis les temps racontés dans nos bibles ?

Mur de la honte séparant pays, parents de leurs enfants,

Et tout çà pour des idées ne valant guère plus que la bise du vent.

De mur à mur !

Dites-moi cette vérité que vous en êtes sûres,

Mais, avant toute chose répondez-moi avec sincérité,

Qu’est-ce donc ce qui vous fait si peur, quelle est votre vérité ?

De

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

À la portée de ta main !

New Image64

À la portée de ta main !

 

Depuis la nuit des temps,

Après sa grande victoire sur le Léviathan,

En Dieu se trouva le désir de créer milliers de galaxies,

  Afin d’y implanter avec amour toutes les germes de la vie.

 

De la lumière naquit l’existence,

Et de son labeur, il donna forme à l’innocence,

Animaux divers et belles plantes couvrirent plaines et vallées,

Sur l’herbe verte des prairies, ses créatures pouvaient en tout temps y aller.

 

Des eaux, il les soustrait à sa divine volonté !

Les séparant des terres, il leurs donna avec magnanimité,

Vastes multitudes de bestioles pour y puiser nourriture à volonté,

Pour celui qui allait devenir en ce paradis, la manifestation de sa divinité.

 

Homme il le créa assurément,

Et lui donna en la femme sa compagne fidèlement,

D’une simple côte, il en tira l’égale de sa chair et de son sang,

Afin de peupler cette magnifique terre par leurs nombreux enfants.

 

Voyant la tristesse dans les yeux d’Adam,

Il lui demanda ce qui le tourmenta en ces jours-là,

Avec espoir de trouver solution, c’est alors qu’il lui confia,

Des joyaux de la terre, il ne savait pas quoi offrir à Ève qu’il aimait tant.

 

Après mûres réflexions,

Dieu avec grande bonté lui sourit,

Et de sa douceur paternelle, dans ses bras, il le prit,

Et lui promit de trouver à son inquiétude légitime la solution.

 

Au gré de la bise matinale,

Il appela son fils de sa voix proverbiale,

Adam bondit dès cet instant pour accourir vers son paternel,

C’est alors qui lui dit cette sage parole qui lui sera éternelle.

 

Dieu avait dit que la lumière soit,

Et elle sortit des limbes car il en est le roi,

Et par son incomparable bonté, il en extirpa toutes les couleurs.

Pour les déposer avec grande délicatesse sur ce bouquet de fleurs.

 

Tu vois mon fils ? Lui demanda-t-il.

Voilà ce que tu devras avoir à chaque heure et en ton cœur,

Pour celle qui t’accompagnera jour après jour tel sera ton destin,

Ce présent, témoignage de ton amour, sera à la portée de ta main.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Besoin de solitude

New Image39

Besoin de solitude

 

Besoin de solitude,

En cette froide journée d’hiver,

En cette glaciale nuit comme celle d’hier,

Où silence et poésie rythment le battement d’un cœur rude.

 

Serait-ce un péché contre Dieu ?

De vouloir se soustraire quelques temps de tous ces yeux ?

De faire comme ce « Fils de l’homme » de ces saintes écritures,

De s’éloigner sur des plaines désertiques et le soir venu si obscures ?

 

Point de croix à supporter,

Si ce n’est que toutes ces illusions perdues,

De ces paysages mirifiques et de ces contrés à perte de vue,

Car sur cette colline devant petit peuple ma tendre chair fut fouetté.

 

Aujourd’hui, mon âme criait !

Cette nuit, mon corps me suppliait !

Un peu de répit ! Un peu de repos bien mérité !

Sans vouloir se plaindre et encore moins se lamenter !

 

Hommes se plaignent du manque de temps,

De ces manques pour combler des désirs si absurdes,

Et pourtant, bien des gens vivent sous des cieux si rudes,

Ne serait-il pas le moment de cesser d’agir comme des enfants ?

 

J’avais simplement envie d’être seul,

Pour remettre dans ma vie et en mon esprit,

Un peu d’ordre, un peu de vision et sans causer de souci,

Besoin de savoir où j’en suis dans ce monde si en décrépitude.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Que le spectacle commence !

new-image34

Que le spectacle commence !

 

Approchez ! Approchez ! Mesdames et messieurs ! Approchez !

Jamais du reste de votre vie, quel être vivant vous ne verrez.

Approchez ! Et vous discernerez derrière ce corps difforme,

Bien des bizarreries et autre chose sans forme.

 

Installez-vous ô spectateurs confortablement,

Et prenez garde à vos enfants, les petits comme les grands.

Éloignez de la pureté de leurs yeux cette grossière erreur de la science,

N’ayez-vous jamais eu de votre vie la moindre parcelle de conscience ?

 

Que cet être immonde soit l’objet de votre curiosité,

Et n’ayant de cesse de satisfaire votre désir de voyeurisme à satiété.

Qui sait ? Peut-être y verrez-vous un de vos semblables en l’humanité ?

Un homme comme les autres qui a besoin d’amour et combler sa virilité.

 

Tendez les rideaux et faites silence,

Voici celui qui vous offre sa nudité en toute humilité,

Avec simplicité et sincérité, il vous donne cette chance incroyable,

Qu’à vos yeux, il s’est rendu si vulnérable qu’il en est presque palpable.

 

Sur vos chevalets branlants,

Déposez-y crayons de vos bras chancelants,

Prenez quelques instants pour méditer un petit moment,

Sur ce que vous voyez vraiment et ressentez intensément en ce temps.

 

Ah, Et puis ?! Approchez ! N’ayez pas peur.

En lui, en réalité réside bon vivant et adorable rieur,

Au plus profond de son cœur se trouve Félix et son petit bonheur,

Gaieté dès l’aube jusqu’au soir ! Voilà sa raison de vivre à toute heure.

 

Du savoir-faire de son art ancestral,

Il le partage avec un grand dévouement proverbial.

De son habileté innée en son âme depuis un temps immémorial,

Ayant prouvé courage et force, il n’a que faire de tous ces vandales.

 

Se tenant droit tel un chevalier dans toute sa splendeur,

Il n’a pourtant ni épée ni monture mais garde toute son ardeur,

Homme fier de sa masculinité, il a su toujours faire face à l’adversité,

Du don que lui fit Dieu, c’est se pencher vers son prochain pour l’aider.

 

Assez maintenant de discuter,

Silence, c’est le moment de vous mettre à travailler,

Écoutez bien, ô artistes, tout ce qui suit telle une ordonnance,

C’est moi qui vous le dis de mon porte-voix : que le spectacle commence !

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

 Canada