Archives de tags | amours

Te sentir vivante

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Te sentir vivante

 

Dans le silence de ta chambre,

Je suis allé à pas feutrés, à pas de loup,

Pour embrasser avec tendresse ton joli cou,

Dans la lumière atténuée y donnant une couleur d’ambre.

 

Apercevant tes yeux à demi-fermés,

Tu me laissas admirer ton corps ravissant,

Un corps de femme étendu sur un drap blanc,

Alors un désir si coquin, j’ai aisément deviné.

 

Ton sourire en disait long,

Sur tes intentions en cet instant,

Un instant d’intimité partagé tendrement,

Un moment où nos cœurs, sous la passion, s’uniront.

 

Mettant la main sur tes cuisses chaudes,

Je les ai avec légèreté l’une de l’autre écartées,

Me laissant découvrir cette zone propre à la féminité,

Une zone qui, par mon savoir-faire, te fera chanter des odes.

 

Des odes d’amour! Des odes d’exclamation!

Des cris de joie! Des cris d’un bonheur incomparable!

Des sensations de plaisir qui te seront pour toujours inoubliables.,

Tu connaîtras des émotions qui mettront ton cœur et ton corps en communion.

 

Mais, pour l’instant, j’ai une seule ambition qui me hante.

Une volonté de t’amener par la souplesse de ma main,

Un lieu connu que par mes amours qui ont croisé mon chemin,

En cette nuit, oui je le veux, de tout mon être, te sentir si vivante.

 

De ces dames de toutes les nations, de toutes ces nuits sans lendemain,

Quelques-unes resteront bien sûr gravées en ma mémoire à jamais,

Car par leur beauté, une raison de vivre, elles m’offraient,

Une raison de plus pour te plaire jusqu’à demain.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Paysage enneigé

Paysage enneigé Par Maryse Veysseyre Poème de Rolland Jr St-Gelais

Paysage enneigé

 

Je me souviens,

De ce pays lointain,

Où je suis né et j’ai grandi,

Un pays tout blanc nommé la Russie.

 

Je suis né dans un village près de la Volga,

Comme nous étions fiers en ce temps-là,

Mes frères étaient de valeureux soldats,

Mes parents s’occupèrent tout ce temps de moi.

 

Que de beaux souvenirs !

Qui me font encore sourire,

Quand je marche dans le sentier blanc,

À chaque hiver qui revient tous les ans.

 

J’entends le vent souffler,

Souffler dans les branches enneigées,

Des arbres qui recouvrent nos modestes maisons,

Dans lesquelles sortent en chœur de vieilles chansons.

 

Des chansons d’amour,

Des amours et des peines de toujours,

Aux paroles transportées par des douces mélodies,

Qui voguent à travers les plaines vides de l’oubli.

 

Je suis un enfant de la Mère-Patrie,

Une patrie riche d’histoires à l’infini,

Parmi ces histoires, il y en a une qui est la plus belle,

C’est celle que me raconte les vents de ma contrée éternelle.

 

C’est un conte mystérieux, avec grand regret.

Que le vent m’a fait promettre de le garder secret,

Car pour le comprendre il faut écouter le vent d’hiver,

Le vent de ce paysage enneigé, protégé à jamais des Enfers.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Sur un banc

Sur un banc
Sur un banc Poème de RollandJr St-Gelais Dessin par CapitaPerdu Source : https://www.deviantart.com/capitaperdu/art/Villa-Borghese-Rome-845449480

Sur un banc

 

Il y a de cela quelques années,

Dans un temps où nous pouvions voyager,

Je suis allé découvrir la ville magnifique de Rome,

Y voir les monuments, goûter les mets, voir femmes et hommes.

 

Car il est inutile de voir du pays sans discuter avec les gens qui y sont,

En effet, j’adore écouter les accents qui me font penser à des chansons.

Ces chansons me font rêver au soleil de la Mer Méditerranée,

Tandis que d’autres me font voir tant de coins étrangers.

 

C’est en allant au Vatican,

Qu’épuisé je suis allé sur un banc,

Ouvrant les yeux de mon cœur, je vis des êtres humains.

Des gens venus en pèlerinage pour se rassurer face à leur destin.

 

Un enfant me regardait plein de questions,

Qu’il posa à son père près de lui avec raison,

Son père le prit dans ses bras et lui dit tout bas,

Une réponse en me souriant qu’avec facilité je repéra.

 

Puis vint à mes côtés un vieil allemand,

Avec lequel j’ai entamé une discussion me connaissant,

Il me raconta quelques péripéties de sa vie et de ses amours,

De sa jeunesse, de son expérience, et ce sans trop de détour.

 

J’ai tiré à travers ces deux exemples, un grand enseignement.

Que la vie est ainsi faite pour tous car on agit pour son bien,

On fait tout son possible pour de meilleurs lendemains,

Assumer son passé, vivre le présent à pleines mains.

 

Sur un banc, je me suis reposé.

Avec un pur étranger j’ai pu discuter,

Par la tendresse d’un père répondant à son enfant,

C’est là que j’ai appris que nous sommes fils de Dieu assurément.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

 

 

Dansons jusqu’à la fin de la nuit

Dansons jusqu’à la fin de la nuit
Dansons jusqu’à la fin de la nuit Poème de RollandJr St-Gelais Réalisation par Craig Gum Photography Modèle : JenovaxLilith & alii Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/Coven-593201186

Dansons jusqu’à la fin de la nuit

 

Allez mes sœurs,

Cessez d’avoir peur,

Nous rassembler c’est l’heure,

Cessez de craindre ces tous ces menteurs.

 

Le soleil est depuis longtemps couché,

Tout là-haut, la lune est dans le firmament levée.

La nuit est fraîche mais sous les flambeaux, vous serez réchauffées,

 Maintenant vous pouvez vivre sans devoir aux yeux de tous vous cacher.

 

Allez ! Venez près de ce feu.

Dansez et chantez sous un air joyeux.

Débarrassez-vous de vos vêtements si encombrants,

Savourez tout ce temps comme le feraient de vilains garnements.

 

Mais sachez que je vous ai invitées mes amours,

Pour vous dire un secret que vous devrez garder pour toujours,

Dame nature, devant tant d’abus, a décidé qu’elle en avait assez

 Pour corriger les hommes de leurs avidités un malheur elle leur a envoyé.

 

Mais soyez rassurées mes tendres chéries,

À vous et à vos êtres chers, elle vous préserve de tous les ennuis.

Car depuis la nuit des temps, elle vous a tant nourries et tant éduquées,

Devant le danger des hommes, vous avez toujours été là pour la protéger.

 

Réjouissez-vous chères sorcières,

C’est maintenant que débute une grande guerre,

Un combat où vous êtes enlevées au rang de nobles guerrières,

 

Sors mortels, poisons inodores et subtils charmes,

Deviendront par votre expérience d’incroyables et efficaces armes,

Mais, je vous ai préparé une potion qui fera trembler l’humanité entière,

Pour lui apprendre une bonne leçon qui le jettera pour longtemps à terre.

 

Trop souvent de Mère nature, il en a abusée.

Abusée, surexploitée pour assouvir son insatiable avidité.

Oui, les hommes auront la leçon qu’ils méritent depuis tout ce temps,

Car par leurs fautes, nos frères les animaux sont disparus dans le néant.

 

Dansons et célébrons jusqu’à la fin de la nuit,

Échangeons nos élixirs sous le regard de sœur lune notre amie

Car dès que l’aube arrivera sur notre clairière vous devrez ce lieu quitter,

Afin de rendre aux hommes la justice qui leur est due jusqu’au dernier.

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Ne cachez point ces seins

Sein de Bérangère 2
Ne cachez point ces seins Photo gracieusement offerte par une amie de la France

Ne cachez point ces seins

 

En ces jours sombres,

Où je ne vois que mon ombre,

Où les journées ensoleillées sont terminées,

Où me promener dans la nature est chose du passé.

 

Que me reste-t-il à admirer ?

Que me reste-t-il à gentiment cajoler ?

Que me reste-t-il pour ma tête y appuyer ?

Que me reste-t-il en mes nuits contre moi serrer ?

 

Tout ce que l’on voit aux nouvelles télévisées,

Ce n’est que des gens si attristés, si chagrinés et si accablés.

Que puis-je accomplir pour redonner enfin un sens à ma vie ?

Dites-le-moi, mes amours, mes maîtresses, mes tendres chéries.

 

Mais, j’ai devant moi ce doux souvenir d’une amie.

Un souvenir de ce temps où il faisait vraiment bon de vivre,

Loin de cette époque dans laquelle je tente seulement de survivre,

Ne cachez point ces seins qui me font par leurs souvenirs tellement sourire.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada