Archives de tags | appareil

À tes côtés

À tes côtés Poème de Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/00-1669-899403267

À tes côtés

 

En fouillant dans une armoire,

Lieu qui sert à raviver ma mémoire.

J’y ai découvert des photos d’une autre ère,

Une époque où je vivais avec mon père et ma mère.

 

Il y avait tant de photos de toutes les variétés,

Certaines m’ont fait rire, quelques-unes m’ont attristée.

La plupart d’entre elles m’ont rappelé de beaux souvenirs,

Fait étrange ! Une d’entre elles m’a fait tellement sourire.

 

Elle a été prise lors de notre voyage dans la ville de Paris,

Un séjour qui m’a fait découvrir comme tu es belle, ma chérie.

Nous avions parcouru les rues, vu tellement de gens.

Nous avions découvert des lieux si différents.

 

J’aimais entendre ta voix,

Alors que nous étions dans un café toi et moi,

Sur l’une des nombreuses terrasses qui jalonnèrent ces lieux,

Ces lieux où de pauvres bougres faisaient pour vivre de leur mieux.

 

Certains vendirent des cartes postales,

D’autres écrivirent des poèmes tant bien que mal,

Mais, parmi tous ces gens, un possédait un étrange appareil.

À ce que l’on disait à cette époque, il s’agissait d’une vraie merveille.

 

Je me suis approché d’un jeune homme.

J’ai demandé pour une photo, c’est quelle somme.

En lui expliquant que je souhaitais être photographiée avec mon amie,

C’était pour nous deux, la première fois que nous visitions une ville si jolie.

 

Portant alors son regard vers nous deux,

J’étais fort impressionnée par la douceur de ses yeux,

Des yeux bleus comme l’azur qui m’a transportée vers un monde pur.

Il répondit : « Avant de vous faire un prix, essayez-vous sur le banc près du mur. »

 

Ce que nous avons fait sans dire un mot comme il se doit.

Avec confiance, nous lui avons obéi à l’œil et au doigt.

J’avais placé mon bras sur tes épaules telle une voile,

Afin d’immortaliser cet instant sur une imaginaire toile.

 

Nos joues collées montraient notre profonde complicité,

Et, je le reconnais d’emblée, une si particulière amitié.

Quelques clichés réalisés faits par des mains expertes en deux temps,

Et quelques poses suggérées par notre hôte, nous avons fait en un mouvement.

 

Quand fut venu le temps de régler l’addition,

J’ai alors demandé, pour ce travail, combien nous lui devions.

Rien du tout, je vous offre cette photo, charmantes dames.

Car jamais de ma vie, je vous le jure, je n’ai vu de si belles âmes.

 

Avec délicatesse, il me tendit cette pièce précieuse,

Qui me rappelle maintenant comme j’étais avec toi heureuse.

Ce que je donnerais pour être en ce lieu en ce temps transportée.

La vie m’avait tellement comblée lorsque j’étais assise à tes côtés.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ce collier de perles

Ce collier de perles Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo : Auteur inconnu Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/1003b-853055240

Ce collier de perles

 

Assis sur le divan de mon salon,

J’ai ouvert une de mes boîtes de savon,

Qui me servait à entreposer de vieilles photos,

À une époque où tout me semblait tellement beau.

 

De ces photos qui immortalisèrent des jours heureux,

De ces moments de pur plaisir et de ces instants si joyeux.

De ces femmes si belles que j’ai croisées pour des séances,

Avec lesquelles, parfois, j’ai eu des nuits de passion et de romance.

 

Parmi elles, l’une m’avait tellement impressionné,

Par sa simplicité et par son authentique féminité,

Que je lui avais offert un présent soigneusement choisi,

Une offrande en gage d’admiration à ce modèle chéri.

 

En début de séance alors que je préparais le lieu,

Lui expliquant les différents styles de poses si précieux,

Ma réputation se basait, avant toute chose, sur mon savoir-faire.

Et d’autres qualités que m’avait enseignées feu mon père.

 

Les heures passèrent aussi vite que des secondes,

Car, il y avait en cet endroit, une céleste onde.

Une atmosphère de travail tellement agréable,

Vous la décrire, désolé, j’en suis incapable.

 

Je lui ai alors demandé une faveur,

Afin de terminer en beauté la dernière heure,

De porter ce collier de perles à son cou,

Elle m’avoua alors qu’elle adorait ce bijou.

 

Disposant à son gré de ce collier,

Elle le mit à son cou délicatement parfumé.

Immortalisant cet instant par quelques photos,

Ces témoins d’une autre époque révolue trop tôt.

 

Appuyée avec douceur sur le dossier du fauteuil,

Me présentant ses fesses douces comme des feuilles,

Elle avait un regard à la fois mystérieux et coquin,

Je manipulais tout de même mon appareil avec grand soin.

 

La séance est hélas ! Déjà achevée!

C’est maintenant le temps de vous lever,

Je voudrais, avant que vous partiez, vous dire un secret

Vous êtes de loin ma préférée. Voilà ce qu’il en est!

 

Garder ce modeste collier de perles, je vous prie.

Cette séance est à mon grand regret la dernière de ma vie.

Mes mains fatiguées ne pourront plus suivre ma passion,

Une grave maladie a entravé ma vie sans contrefaçon.

 

Elle s’approcha de moi pour déposer sur ma joue,

Croyez-moi ! Le plus précieux de tous les bijoux,

Un tendre baiser qui a fait couler une larme,

Un sanglot venu du plus profond de mon âme.

 

 C’est en regardant avec le sourire cette vieille image,

Que je me rende compte que la vie est plutôt sage.

Il y a en effet pour mon plaisir une surprise inattendue,

Une photo qui me rappelle que la vie vaut la peine d’être vécue.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Vendredi, je suis en amour

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Vendredi, je suis en amour

 

C’est vendredi, je suis en amour

À vrai dire, depuis que je t‘ai rencontrée

Sur la piste de danse où toi et moi avons dansé

Je le suis chaque jour, car dans mon cœur tu y es toujours.

 

Nous sommes allés au petit resto

Où nous avions mangé peut-être un peu trop

Nous avions tant discuté de tout et de rien

Tout en se tenant avec douceur la main.

 

J’étais étonné par ton intelligence

Et ta beauté qui me faisait penser à un ange

Je buvais chacune de tes paroles que tu prononçais

Avec l’accent du pays de Goethe et de Martin Luther, tu venais.

 

Comme je ne restais pas tellement loin de ce restaurant

Je t’ai proposé de dormir chez moi, à cause du mauvais temps

Car il s’était mis à pleuvoir si violemment

Ce qui en cette saison était étonnant.

 

Avec un sourire si magnifique

Tu acceptas en cet instant féérique

Un instant qui restera à jamais dans mon cœur

Malgré le fait qu’aujourd’hui, à chaudes larmes, je pleure.

 

Après avoir ensemble longtemps dormi

À ton réveil, je t’ai apporté le petit-déjeuner

Café bien chaud avec quelques croissants dorés

Afin que tu puisses bien commencer la journée.

 

Du regard tu vis mon appareil-photo

Tu m’as alors demandé d’immortaliser cet instant

Ce à quoi je t’ai répondu que ce n’était pas le bon moment

Car, pour perpétuer cette matinée, je voulais que tout soit beau.

 

C’est ainsi qu’après avoir pris un léger repas

À ta requête, et pour mon plaisir, aussitôt j’acquiesçai

Tu m’as demandé curieusement quelle pose prendre

Afin que tout soit parfait telle une œuvre à vendre.

 

Je t’ai alors répondu celle dont tu seras la plus confortable

Puisque c’est toi qui seras sur la photo pour cet instant mémorable

Devant la lentille de ma caméra, tu resteras parfaitement immobile

Le temps de prendre mon appareil, et à mon cou, la courroie j’enfile.

 

À ma grande surprise il a suffi qu’une seule fois

Pour avoir de tous mes souvenirs le plus beau de toi

Une photo que j’ai conservée afin de me faire sourire

Les jours où viendront mes plus amers soupirs.

 

Mais, heureusement, depuis cet inoubliable vendredi

À chaque fois, je penserai à toi comme je t’ai promis

Car je regarderai, jour de pluie ou de soleil, avec gaieté

De mes yeux qui ont maintenant vieilli ton incroyable beauté.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Quelques larmes

Quelques larmes Poème de RollandJr St-Gelais Photo choisie par Appetive-Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/tumblr-pdm5ufvFVl1tm2gavo1-1280-856415813

Quelques larmes

 

Je suis seule dans cette chambre,

Une chambre remplie de photos à la couleur d’ambre,

J’entends les appels de mes voisines confinées,

Qui sont tout autant que moi isolées.

 

Nous sommes déjà en après-midi,

Il n’y a pas grand-chose à faire aujourd’hui,

À part ces quelques rares magazines à feuilleter,

Qui racontent bien des nouvelles des mois passés.

 

Portant les yeux sur le mur,

Je fixe une photo à la teinte mûre,

Reconnaissant ce temps de pur bonheur,

Loin de cette vieillesse qui constate bien des malheurs.

 

Une photo prise par mon amoureux,

À une époque où en ma mémoire nous étions heureux,

Simplement heureux comme des frivoles jeunes tourtereaux,

Ne vivant que pour faire l’amour en écoutant chanter les oiseaux.

 

 

Sur une plage de sable fin,

Ignorant ce que pouvait être le destin,

Profitant tout simplement du moment présent,

De l’entre-deux guerres et si loin de nos parents.

 

Nous étions amoureux fous,

Quoi de plus normal en ces années vingt?

De ces années folles où tout allait avec joie et entrain,

Avant la crise, avant la guerre, où bien des hommes plièrent genoux.

 

Un seul souvenir il désirait conserver,

De ce temps de folies, de ce temps lumineux,

Où nous marchions bien lentement tous les deux,

Face aux vagues, il me demanda de me déshabiller.

 

Par son regard de tendresse, je ne pouvais refuser.

Prenant alors son appareil, il me fit signe d’avancer.

Vers les vagues qui continuèrent doucement de monter,

Une fois les pieds mouillés, vers lui je me suis retournée.

 

Me souriant de ses belles dents,

Je fis de même sans hésitation assurément.

En un seul clic, il immortalisa cet état de félicité.

Un état que j’aurais aimé vivre pour toute l’éternité.

 

Les jours, les mois et les années ont passé,

La crise et la guerre ont à jamais tout changé,

Enrôlé comme bien des hommes dans les armées,

Il fut lors d’un débarquement par une rafale de balles tué.

 

Mais avant de partir, il me lassa cette photo,

Afin de me rappeler qu’à cette époque tout était beau.

Je ne me suis jamais mariée car pour lui mon cœur était réservé.

Ce qui ne m’a pas empêché de faire ma vie avec grande gaité.

 

Veuillez pardonner à la vieille dame que je suis devenue,

J’aimerais bien me reposer un peu avant le soir venu,

Penser à l’élu de mon cœur mort dans un fait d’armes,

Me fait verser, malgré moi, quelques larmes.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

 

Un heureux signe

Un signe
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Un heureux signe

 

Je me suis couché tôt cette nuit,

Car j’ai tellement travaillé aujourd’hui,

Non pas par obligation, mais bien par passion,

Passion qui est devenue au fil du temps de ma vie sa raison.

 

Ayant préparé mon lit,

Bien lentement je m’y suis assoupi,

Fermant les yeux pour les ouvrir au pays des rêves,

Ce pays, cette contrée, ce lieu et d’y voir de si belles Ève.

 

Être loin des bruits de la vérité,

Être loin des frayeurs de la triste réalité.

Être loin des laideurs de notre existence éphémère,

Oublier les horreurs de la guerre et de toutes les misères.

 

Simplement être près d’elle,

De cette femme, de ma muse, si belle.

Grande dame aux cheveux blonds comme le blé,

Regard d’une telle douceur que je ne pourrai jamais oublier.

 

Et que puis-je dire de ses seins à me rendre le souffle coupé ?

De cette grande dame bien chaleureusement est venue me trouver,

Bien silencieusement, j’ai pu admirer sa peau minutieusement tatouée.

Sans qu’elle dise un mot, j’ai compris qu’elle voulait être immortalisée.

 

Immortalisée l’instant d’un cliché,

Mais, comment pouvais-je la photographier ?

Puisque bien malheureusement mon appareil je n’ai pas apporté,

En cet endroit paradisiaque, comment aurais-je pu seulement y penser ?

 

Lentement elle s’en alla vers les blancs cygnes,

Alors qu’en pleine nuit, on sonna à la porte de ma demeure.

En me réveillant je me demandais : Qui pouvait sonner à cette heure ?

Regardant par ma porte le judas, j’ai cru deviner un heureux signe.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada