Archives de tags | individus

Feuilles mortes

Feuilles mortes Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo de la collection de Appetitive-Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/Fallen-Leaves-937434817

Feuilles mortes

 

Marchand dans les bois de Bavière jusqu’au matin.

J’ai découvert ce qui allait être la source de mon chagrin.

Quelle horreur ! Je n’en croyais pas mes yeux.

Qu’avais-je donc fait aux dieux, aux cieux ? 

 

Quelle calamité s’est accablée sur mes bien-aimées !

Pour mes chéries adorées, j’aurais tout fait, tout donné.

Avec toute ma ferveur et ma plus grande tendresse.

Quel malheur ! Voici que j’éprouve une détresse.

 

Dix femmes que j’ai tant désirées.

De ces muses que j’ai tant favorisées.

De ces dames que j’ai emportées en cette forêt.

En mon royaume pour réaliser tous leurs souhaits.

 

N’avais-je pas été généreux envers chacune d’elles ?

Elles pouvaient à leur guise voler de leurs ailes.

Une rivière de sang au clair de lune les abreuvait.

Si vous pouviez savoir comme je les aimais.

 

Nous faisions à la nuit tombée une sublime orgie,

Dès que sonnèrent du clocher de l’église les douze coups de minuit.

Avec bonté et attention, j’invitais à l’occasion de nouvelles recrues.

Pour la dernière fois face au miroir elles virent leur beauté nue.

 

Par expérience, devant la méchanceté des êtres soi-disant humains.

Je les avais souvent prévenues de ne pas croiser une seule fois leur chemin.

En effet, il n’y a rien de plus vil et cruel que les individus avides de pouvoir.

Surtout lorsqu’ils utilisent la religion pour égarer leurs frères dans le noir.

 

J’apprécierais savoir : qu’ai-je donc fait à mes amours pour avoir désobéi ?

Je vous avais gracieusement donné ce qu’il y a de plus sacré en cette vie.

La possibilité divine de ne jamais connaître la froideur pestilentielle de la mort.

Pour vous, j’aurais amené dans les enfers le prédateur même le plus fort.

 

Pour vous préserver des affres de la guerre et des conflits à venir.

Face à tous ces fléaux, je souhaitais ardemment vous prémunir.

Sans relâche, j’ai bâti de mes mains glaciales cette forêt maléfique.

J’y ai mis par mon savoir tant d’herbes et de fleurs aux propriétés magiques.

 

Mais, hélas, mes pouvoirs sont loin d’être tout à fait fantastiques.

Tout comme vous, je ne peux guère affronter sans péril l’astre cosmique.

Ses rayons plongeront inexorablement nos corps vivant pourtant sans âme,

Nous serions alors jetées telles que des feuilles mortes, dans les flammes.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Sorcière d’octobre

Sorcière d’octobre Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par David Hobbs Photography Modèle : JenovaxLilith Source : https://www.deviantart.com/lilithjenovax/art/October-Witches-932514251

Sorcière d’octobre

 

Il y a de cela longtemps quand j’étais jeune enfant.

Bien des contes et des légendes me racontèrent les parents.

Des fables peuplées de farfadets, de magiciens et d’envoûteuses.

Qui enjolivèrent les veillées automnales les rendant heureuses.

 

Après avoir pris mon bain, fait ma prière du soir, je filais droit au lit.

C’est alors qu’ils ouvrirent un livre venu d’un lointain pays.

Et, sans crier gare, une histoire défilait lentement en mon cœur.

On y racontait l’épopée d’un chevalier qui ne connaissait pas la peur.

 

Parcourant de vastes contrées à la recherche d’une sorcière.

Qui possédait l’étrange pouvoir d’envoûter ceux qui la regardèrent.

Ayant longé d’innombrables forêts, il éprouva de la compassion à son endroit.

Car, jamais il n’osera porter atteinte à une dame, quelle était sa force de loi !

 

Elle était belle comme un clair de lune dans le firmament étoilé.

L’éclat de sa peau lui faisait penser à la douceur de la Voie lactée.

Ses cheveux rouges comme le feu lui réchauffèrent l’âme.

C’est ainsi qu’il refusa, de son fourreau, retirer son épée et sa lame.

 

Mais, il lui vient l’idée de poser une question.

À cette demoiselle toute de noir vêtue afin d’éviter tout soupçon.

Que pouvait-elle bien faire en ce lieu loin de ces villes et villages ?

Autant que l’on pouvait en trouver en ce temps jadis appelé Moyen-âge.

 

Elle lui répondit que c’est par la méchanceté de certains individus.

Qu’elle préférait rester, au fil du temps et des saisons, ni vue ni connue !

Car, elle voulait prendre pour époux un homme de la noblesse.

Ce qui avait mis bien des jaloux en profonde détresse.

 

Considérant cette fureur incomparable dans leurs yeux,

Elle jura de survivre à jamais seule devant l’unique Dieu.

Elle vendit son âme pure comme une colombe au démon.

En échange de redoutables incantations pour sa protection

 

Que jamais plus elle ne retomberait en amour !

Car, en son être, une telle douleur semblait durer toujours.

Elle en serait délivrée par un homme possédant en lui la bonté,

De ne pas retirer l’arme de son écrin dans le but cruel de la tuer.

 

Dès l’instant qu’elle eut terminé ses explications en ses mots,

Il reconnut sa princesse, à l’époque où ils étaient jeunes et beaux.

Croyant qu’elle avait mis fin à ses jours, il avait parcouru mers et mondes.

Afin d’extirper de la terre les personnes si méchantes, si immondes.

 

Il descendit alors de sa monture.

Et, se dirigea vers elle avec une fière allure.

Une tendre bise les transforma en des anges célestes.

De leur amour retrouvé naquit une ardeur enchanteresse.

 

Morale de cette histoire !

Rien dans la vie n’est tout à fait blanc ni noir.

Seule la véracité, en dépit du temps, finira par triompher.

Et la passion, de la destinée humaine, durera pour l’éternité.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

C’est ma fête

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

C’est ma fête

 

C’est ma fête.

Mon Dieu ! Que je suis bête !

Je l’avais complètement oublié.

En cette splendide journée.

 

C’est le temps de s’amuser.

C’est le moment de s’embrasser.

Afin de passer ensemble du bon temps.

Car, hélas, cela n’arrive pas très souvent.

 

En cette fin d’été tellement ensoleillé,

Une chanson de Mungo Jerry, j’ai fait jouer.

En cette journée où il fait si chaud et tout est beau.

J’ai retiré sans hésitation mes fringues du bas et du haut.

 

Tant pis pour la fausse pudeur de certains individus.

Moi, je fais la vie qui me plaît même quand je suis nue.

Je n’attendrai pas leur permission pour faire si j’en ai envie.

Sont-ils coincés pour si peu ? Si oui, je leur réponds tant pis.

 

Aucune religion en ce monde ne m’empêchera de faire,

Ce qui m’enchante même au risque de me retrouver en enfer.

La seule foi que j’ai dans mon cœur est celle envers l’amour.

Que ma défunte mère a transmis et elle y sera pour toujours !

 

Aucun dieu ni diable ne réussira à me faire peur.

Car, tout ce qui compte à mes yeux, c’est le bonheur.

Être entourée par les gens pour qui j’ai un amour inconditionnel.

C’est ainsi que ma vie devenue au fil du temps si merveilleuse et si belle.

 

Ne serait-il pas le temps d’apprendre à nous apprécier ?

Face aux époques qui passent, nous sommes condamnés.

Avant de rendre l’âme, allons-y gaiement ! Festoyons librement !

Avant que tout soit terminé, réjouissons-nous follement !

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Rejeter ce qui peut nous détruire

Rejeter ce qui peut nous détruire Texte de réflexion de RollandJr St-Gelais Photo par MTL3 Source : https://www.deviantart.com/mtl3/art/Eva-v-Davina-3-904741684

Rejeter ce qui peut nous détruire

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon cœur que vous allez bien et que cette pandémie tire à sa fin. De mon côté, je vais très bien. Je prends la vie du bon côté tout en continuant à rédiger au sein de mon blogue artistique sous forme soit de la poésie ou bien d’articles de réflexion personnelle. Il m’est venu à l’esprit de rédiger un article sur ce que la période de la pandémie a permis à votre humble serviteur de découvrir, plutôt de redécouvrir, sur le genre humain.

Tout d’abord, je l’avoue d’emblée. Il y a du beau et du bon chez l’être humain de manière générale. En effet, certaines personnes ont été présentes en certaines occasions dans lesquelles j’ai eu besoin d’aide tout comme j’ai été présent pour d’autres. C’est ce que l’on appelle « donner au suivant ». Ensuite, j’ai aussi assisté à des événements qui m’ont quelque peu surpris de manière très négative. Je pense notamment à des comportements de certains individus à mon endroit. Toutefois, cela est en soi une excellente chose puisque c’est l’expérience de la vie qui fait son œuvre. Enfin, après avoir réalisé une prise de conscience des deux côtés de la même pièce, je me répète une phrase qu’un ancien premier ministre du Canada avait écrite dans l’un de ses ouvrages. Une phrase qui se résumerait à ceci: « Le regret est un sentiment vain. Il faut apprendre des erreurs et continuer d’avancer ».

Certes, c’est une parole de sagesse. Mais, j’y ajouterais un petit quelque chose de bien simple. C’est-à-dire qu’il faut savoir rejeter ce qui peut nous nuire. Cela concerne tant les choses matérielles que les individus ainsi que certains milieux qui sont loin d’être sécuritaires pour notre bien-être physique et mental. À mes yeux, rejeter, c’est d’abord et avant tout se choisir. Rejeter, c’est jeter loin de nous tout ce qui ne correspond pas à nos valeurs les plus fondamentales. C’est aussi se choisir en premier. Et, croyez-moi, c’est loin d’être un défaut puisqu’il s’agit avant toute chose d’une question de survie. Survie? Quel mot extraordinaire! Il me plaît de le décortiquer en deux mots: « Vie » et « sur ». On peut y voir le fait de vivre sur les mers agitées, vivre face aux dangers imminents qui nous entourent et surtout jeter de la laisse afin de prendre son envol pour s’éloigner du danger. 

Merci infiniment de votre attention.

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Parfois, il faut mettre un stop

Parfois, il faut mettre un stop Texte de Rolland Jr St-Gelais Photo par Gb62da Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Stop-888369858

Parfois, il faut mettre un stop

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous pouvez profiter des rayons chauds du soleil, surtout en cette période de canicule, que l’on a au Québec actuellement. De mon côté, je profite de chaque occasion qui passe pour me remplir l’esprit de pensées positives, lorsque je me promène en quadriporteur sur la piste cyclable qui passe devant mon domicile. Une piste cyclable dont le parcours mène en des lieux de repos entourés de verdure où de charmants écureuils gambadent joyeusement ici et là pour le plus grand plaisir de l’auteur de ces lignes.

Il m’arrive souvent de réfléchir lors de mes promenades. Ces réflexions portent sur des éléments de l’existence humaine. Des éléments tant intérieurs qu’extérieurs qui jalonnent l’expérience de la vie. Vous conviendrez qu’ils sont légion chez bon nombre d’individus. Qui plus est! De tels éléments influencent de manière très négative nos esprits.

En ce qui me concerne, j’ai remarqué qu’il ne se passe pas une journée où le négativisme soit omniprésent en particulier dans les médias de masse. Voilà pourquoi j’ai pris la décision de mettre un frein, ici, au Québec, on dit mettre un stop, à cet afflux de négativisme. Quand cela devient trop, il est inutile de vouloir encaisser au risque de perdre notre santé physique et psychologique.

Mais, qu’en est-il de relations toxiques que nous entretenons au quotidien? J’inclus par le terme de « relations toxiques » autant les amitiés que les relations amoureuses et même de simples relations de travail, voire certaines rencontres d’individus qui grugent notre énergie. Certes, nous avons un besoin foncier d’établir des relations avec autrui qui peuvent dans certains cas mener à des liens amicaux. Doit-on pour autant ouvrir notre intimité au premier venu? Bien sûr que non. C’est une question de protection de sa personne.

Chaque relation doit être basée d’une part, ce qui peut être acceptable d’être dévoilé et, d’autre part, ce qui ne l’est pas. Ce qui inclut les relations amoureuses. En effet, le pouvoir de garder secret un jardin est à la base d’une harmonie saine entre les individus. Telle une porte blindée protégeant un trésor d’une valeur inestimable contre des gens malintentionnés, être capable de savoir garder le secret sur l’aspect le plus intime de notre vie personnelle est le gage d’une grande sérénité.

Pour se faire, une seule chose doit être pratiquée de manière absolue. Une chose que bien des gens ont ignorée au fil des années. C’est-à-dire de savoir mettre un frein à tout ce qui nous empêche d’atteindre cette sérénité. Et comment cela peut-il être possible? Tout simplement en mettant en pratique ceci : « se mêler de nos affaires et faire en sorte qu’autrui ne se mêle pas des nôtres ».

Cela me fait penser à la formule que les membres de la communauté médiatique du Québec ajoutent en bas de leurs communiqués de presse. En l’occurrence, il s’agit du chiffre -60-. Ici, tout ce que l’on doit retenir c’est que tout ce qui peut être dévoilé se retrouve au-dessus de ce chiffre et tout ce qui ne se dévoile pas se résume en une page blanche. C’est aussi simple que cela.

Merci infiniment de votre attention

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada