Archives

Givré par le froid

Givré par le froid Photo par NinaNocturna Poème par Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/ninanocturna/art/Darach-903608863

Givré par le froid

 

Parfois, une plume est gelée.

Gelée par le temps d’un froid sibérien.

Se forcer à composer ne sert alors à rien.

La patience devient alors une vertu tant appréciée.

 

Telle une sève immobile dans les nervures,

De ces nervures d’où s’écouleront de nouveau la vie,

Lorsque le printemps annoncera ses couleurs si jolies.

Pour l’instant les arbres sont frigorifiés par volonté de mère nature.

 

Il suffit alors d’un peu de rouge pour raviver le goût d’écrire,

Une fresque pour ranimer la soif de s’exprimer,

Et de reprendre la plume pour composer,

Ces strophes pour apporter un sourire.

 

Un sourire à l’âme qui en a tant besoin,

En ces jours sombres où le soleil parait disparu.

C’est alors que je crois lire un message tombé des nues,

Qui me dit jusqu’à tel point la poésie peut faire tellement de bien.

 

Telle une branche givrée par le froid d’hiver,

Un froid qui disparait dès la venue du printemps,

C’est le cycle de la vie depuis la nuit des temps,

En mon esprit renaît le goût d’écrire à un rite d’enfer.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

L’enfer, c’est les autres.

« L’enfer, c’est les autres. » Photo tirée de : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/50-00341-903014253

L’enfer, c’est les autres.

Explication : « L’enfer c’est les Autres a toujours été mal compris. On a cru que je voulais dire par là que nos rapports avec les autres étaient toujours empoisonnés, que c’étaient toujours des rapports infernaux. Or, c’est tout autre chose que je veux dire. Je veux dire que si les rapports avec autrui sont tordus, viciés, alors l’autre ne peut être que l’enfer. Pourquoi ? Parce que les autres sont au fond ce qu’il y a de plus important en nous-mêmes, pour notre propre connaissance de nous-mêmes […] Quoi que je dise sur moi, toujours, le jugement d’autrui entre dedans. Quoi que je sente en moi, le jugement d’autrui entre dedans. Ce qui veut dire que, si mes rapports sont mauvais, je me mets dans la totale dépendance d’autrui. Et alors, en effet, je suis en enfer. » 

Tiré de : Sartre : « l’enfer, c’est les Autres » – La culture générale (laculturegenerale.com) 

Au point où …

Au point où …

Au point où l’on est rendu au Québec et dans le monde,

allumer un lampion ne peut que faire du bien.

De

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Figés dans le temps

Figés dans le temps Poème de Rolland Jr St-Gelais Source de la photo : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/9200579-Qzcug5zr-901217473

Figés dans le temps

 

Il me semble que rien n’est comme avant,

Tout a tellement changé, tout s’est si vite transformé.

Les jours sont devenus des nuits, lesquelles sont mutées en journées.

Les valeurs semblent avoir disparu depuis des lustres depuis longtemps.

 

La science allait tout prévoir et tout arranger, avait-on dit.

La foi en Dieu transcendant a fait place en la croyance aux devins.

Et aux charlatans, qui, pour de l’argent, réconfortent d’un avenir incertain.

Tout est aléatoire, au gré des caractères de chacun, en dépit de la vie.

 

Quelle drôle d’époque que nous vivons,

Où le simple fait de s’enlacer est devenu un crime.

De faire l’amour et de connaître la mort est un synonyme.

Le danger de trépasser est présent chaque fois que nous respirons.

 

Il y a quelque chose en moi,

Qui me dit que des jours meilleurs.

Arriveront, en temps opportun, à la bonne heure.

Souvenons-nous que les grandes aventures se font pas à pas.

 

Figés dans le temps, nous sommes contraints.

Mais, aucun mal ne peut durer éternellement.

Car l’amour est plus fort que la crainte assurément.

L’espoir en un futur meilleur est le gage le plus certain.

 

L’assurance d’une promesse d’une vie nouvelle,

Que toutes choses doivent passer en ce monde,

Tel le mistral qui traverse toutes les ondes,

Pour aller réchauffer les terres si vieilles.

 

Je suis figé dans l’hiver tout blanc,

De cette saison à la quiétude divine,

Je bois mon vin tiré d’une lointaine vigne,

En pensant aux journées ensoleillées du printemps.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le pont

Le pont Poème par Rolland Jr St-Gelais Photo par Placi1 Source : https://www.deviantart.com/placi1/art/Untitled-899407807

Le pont

 

Que nous le voulions ou pas, un jour ou l’autre.

Un passage, court ou long, où nous attend un hôte,

Les sages conviennent que la vie est faite ainsi depuis l’aube du temps,

Les jours, qu’ils soient torrides ou solitaires, passent aussi vite que le vent.

 

Nous naissons sans bien et nus comme des vers.

Ayant des destins fort différents sur la terre.

De l’enfance parfois brisée par tant de mal,

À l’adolescence cheminant à travers les dédales.

 

Puis, vient la période de l’homme et de la femme.

Deux êtres à si différents emportés par la passion et ses flammes.

Chacun fera son chemin, son parcours de vie et son destin.

Chacun fera son possible avec ce qu’il aura dans les mains.

 

La vieillesse nous saluera avec ses cheveux d’argent.

Faisant au passage des traces sur les visages de tant de gens.

Ces traces qui témoignent de tant de joie, de peine en une vie.

Mais, quoi de plus beau qu’une aînée qui dit à la vie un grand merci?

 

Les parcours de l’existence sont différents les uns des autres.

Certains trouvent le réconfort en des mages et deviennent des apôtres.

Quelques réponses sont bonnes alors que d’autres n’ont pas toujours tort.

Face à tant de questions irrésolues sur le sens de la vie de la mort.

 

Toutefois, une question est entre toutes la plus cruciale.

Elle concerne aussi bien les nobles gens que les vandales.

Qu’y a-t-il à l’autre bout du pont une fois notre vie accomplie?

Peut-on espérer un monde meilleur ou bien que tout sera à jamais fini?

 

J’ose croire mes amis et connaissances,

Qu’il y aura selon notre parcours une renaissance,

Mais, d’ici là, pas de crainte nous devrions éprouver.

Envers le moment où nous allons revoir nos êtres que nous avons aimés.

 

Avant que ce moment inéluctable soit arrivé,

Apprenons à vivre ensemble avec respect et authenticité,

Ainsi nous aurons le cœur léger au jour où nous traverserons le pont,

Nous l’enjamberons alors avec un refrain et d’un seul cœur nous chanterons.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada