Archives

Une imagination débordante

20171129_154119

 

Shawinigan le 29 novembre 2017

 

Une imagination débordante

Bonjour tout le monde,

Comment allez-vous ? J’espère que vous pouvez admirer le soleil automnal qui resplendit de ses beaux rayons malgré le froid qui arrive et la neige qui s’installe sur nos terres. De mon côté, j’ai un peu le cafard pour des raisons hors de mon contrôle. Quoiqu’il en soit, gardons le moral car le temps des fêtes approche à grands pas. Je revis en pensées, et ce depuis quelques jours,  la séance de nudité artistique qui a eu lieu dernièrement à Shawinigan et je dois avouer que ce fut extraordinaire à maintes égards.

20171129_145522Serait-ce l’ambiance amicale ? Serait-ce le lieu proprement dit ? Serait-ce la présence de monsieur Hiver qui nous souhaita, à mon assistante et à moi-même, la bienvenue dans l’agglomération urbaine de Grandmère qui fait partie de la ville de Shawinigan ? Serait-ce le sourire angélique de ma charmante assistante et son aide durant les diverses étapes de ladite séance ? Tout ces éléments ont possiblement un rôle positif dans mon appréciation de cette séance.

Par contre, je serais tenté de vous répondre que ma prise de conscience Lise Cormierde la qualité artistique des œuvres y est pour beaucoup dans l’appréciation de mon expérience vécue durant cette séance. En effet, et c’est une coutume dans toutes les séances, les artistes présentent l’ensemble de leurs réalisations à la fin du temps alloué pour les poses nues. C’est notamment à cette occasion que la majorité des photos y sont prises pour d’éventuelles publications au sein de ce blogue. Pour ce faire, mon aide et moi-même parcourons les lieux où les dessins sont déposés et nous choisissons les oeuvres susceptibles d’être dignes d’intérêt pour mes prochains articles, que ce soit sous forme de proses ou de la poésie.

24131037_893457990804972_3038499564963547810_nQue de beaux talents ! Que de dessins magnifiques ! Que de belles créativités ! Que d’inspiration mes poses choisies, avec minutie ou bien avec une improvisation faite à la dernière minute, semblent avoir suscité chez les artistes présentes en ces lieux ! Oui, les œuvres qui ont été placées à la fin sont réellement dignes de vous être présentées au fil des publications futures. Quoiqu’il en soit, il me paraît plus que nécessaire de faire un choix parmi les photos afin de rendre justice aux plus belles réalisations que firent certaines des artistes. Oui, j’utilise le féminin dans le présent texte puisqu’il y avait qu’un seul homme venu assister à ma prestation. C’est là, la moindre des choses. Qu’en pensez-vous ?

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Vivre tout simplement

 

20171129_1541191

Modèle nu ? RollandJr St-Gelais

 

Vivre tout simplement

Bonjour tout le monde,

Je désire revenir sur les questions que plusieurs personnes me posent concernant ma passion en tant que modèle nu pour des écoles d’art et des ateliers d’arts. Outre les réponses précédemment développées que j’ai données aux questions, il m’est apparu à l’esprit que la réponse fondamentale est tout de se sentir vivre tout simplement.

20171129_133508Il est vrai que j’éprouve en maintes occasions cette sensation de vivre. J’ai, à titre d’exemples, les nombreuses balades en nature où il m’est possible de sentir l’air pur remplir mes poumons, entendre le rire des enfants et assister à un spectacle de groupes musicaux ainsi que de sentir la chaleur de ma chatte lorsqu’elle se blotti contre moi. La liste serait quasi sans limite.

Or, poser nu possède une aura assez particulière puisque d’une part, je me dois d’être préparé mentalement afin de me donner des pistes de travail, oui poser nu est bel et bien un travail que l’on doit en tout temps prendre au sérieux, et d’autre part, prendre en considération la catégorie d’âge des personnes qui y seront présentes. En effet, je ne peux tout de même pas utiliser de prime abord les mêmes types de poses nues devant des étudiants et étudiantes de niveau collégial que devant des artistes oeuvrant dans le domaine depuis de nombreuses années.

Là encore, je dois faire preuve de jugement car chaque séance est20171110_101223 particulière. Par exemple, je me souviens de la grande ouverture d’esprit des étudiants et étudiantes du collège de Sept-Îles en octobre et novembre dernier. Une ouverture d’esprit qui se manifesta de manière graduelle au fur et à mesure du déroulement des séances. Il va de soi, et vous le savez déjà, qu’il m’est un devoir de demander en début de séance de m’informer de tout malaise possible face à l’une ou l’autre de mes poses afin de me permettre une plus adaptée au groupe. C’est tout simplement une question de respect. Est-il utile de vous rappeler que le respect est à la base même de mon éthique de travail ?

20171129_145522Effectivement, on ne pose pas nu de manière irréfléchie. Poser nu relève d’une réflexion maintes fois faites souvent longtemps à l’avance. Quels types de poses dois-je privilégiées ? Pourquoi celles-ci plus que les autres ? Par lesquelles dois-je commencer et quelles choisir pour la fin de la séance ? Avec ou sans ma prothèse ? Sur quel thème devrais-je mettre l’accent ? Mais, avant toute chose, comment devrais-je me présenter au groupe dès mon arrivé ? Comme on dit si bien au Québec : On n’a pas une seconde chance pour faire une première impression. Quoiqu’il en soit, être authentique est toujours de mise. Après tout, nous sommes entre adultes, consentants et informés de la raison même de notre rencontre.

Chose étonnante ! Les poses les plus appréciées par les artistes20171129_135406 relèvent surtout de l’improvisation. En effet, j’utilise très souvent mon imagination en m’inspirant de mes lectures sur divers sujets dans les quotidiens pour réaliser certaines poses. J’ai, à titre d’exemple, les témoignages de certaines personnes au sein d’un courrier du cœur publié quotidiennement dans un journal fort populaire au Québec. Lesdits témoignages portèrent notamment sur  la non-volonté de certaines personnes de se libérer d’une relation amoureuse toxique sous prétexte de pouvoir profiter d’une qualité de vie « enviable » à  la fois au plan financier et au plan matériel. Or, il n’y a rien de pire que de se complaire dans son malheur et rien de plus ardu que de se libérer d’une relation dite « amoureuse » dans laquelle notre  intégrité physique, morale et psychologique est en danger de  manière permanente. Et, selon vous, avec quel objet ai-je réalisé mes poses nues pour illustrer de telles situations ? Tout simplement avec la ceinture bleue de ma robe de chambre. Comme quoi l’improvisation est sans contredit une pièce fondamentale dans mon cheminement.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Des mains féminines

 

20171122_210430

 

Modèle nu ? RollandJr St-Gelais  Lieu ? Liveart de Montréal

 

 

Des mains féminines

Bonjour tout le monde,

Comment se passe votre dernière semaine de novembre ? Pour ma20171122_202348 part, je dois reconnaître que tout va à merveille. En effet, je constate avec un immense plaisir que ce mois a été rempli de belles expériences vécues en tant modèle nu pour des écoles d’arts tant sur la lointaine côte-nord, plus précisément à Sept-Îles, que dans la métropole du Québec, c’est-à-dire Montréal. Un des éléments qui a rendu mes séjours réellement satisfaisant est sans contredit la rencontre de gens extraordinaires. Des gens avec qui j’ai pu partager des idées sur de nombreux sujets et qui sont souvent originaires de pays où la culture y occupe une place centrale.

Toutefois, un autre élément qui m’a agréablement étonné, c’est de constater jusqu’à tel point mon physique, lequel est loin de constituer un handicap quelconque à mes yeux, semble être perçu de manière fort éloquente de la part des artistes féminines. Une perception de la réalité qui est vécue avec une touche qui m’est tout particulièrement satisfaisante. En effet, la vision semble non pas sublimer mon handicap mais plutôt à le juxtaposer de façon à y trouver une harmonie.

20171122_210257Ceci peut vous paraître étrange, mais j’ai vraiment aimé vivre cette expérience de modèle nu devant un groupe composé presque exclusivement de femmes, de surcroît fort jolies, qui ont su apprivoiser leurs regards face à un homme possédant des attributs physiques quelque peu hors de l’ordinaire. Qui plus est ! Le dialogue qu’elles et votre humble serviteur avions eu a favorisé une compréhension mutuelle de nos attentes. À cela vient s’ajouter la participation active d’une amie, une femme de grande beauté, non seulement en tant qu’aide personnelle, et photographe attitrée pour les photos qui agrémentent les articles concernant ladite séance, mais aussi en tant que modèle nue à l’occasion de certaines poses réalisées en duo.

Bref, le mois de novembre est jusqu’à maintenant l’un des plus productifs de l’année en cours. Mais, ce n’est pas terminé puisque je serai à Trois-Rivières ce mercredi pour une autre séance de nudité artistique. Là aussi, je serai accompagné par une charmante jeune dame.

C’est à suivre …

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Deux façons

23845346_2031513963746370_43053638_n

Modèle nu ? RollandJr St-Gelais

Deux façons

« Il y a deux façons de voir la vie. La voir comme elle est et se dire : Pourquoi ? La voir comme elle pourrait être et se dire: Pourquoi pas ? Maintenant, à vous de choisir! »

Auteur inconnu

Ma prothèse

 

Ma prothèse

Bonjour tout le monde,

J’entre directement dans le vif du sujet. Je vous ai mentionné dans un précédent article de ma vision de ma prothèse, ou si vous préférez ma jambe artificielle, sans laquelle ma qualité de vie serait fort différente. En effet, je peux me considérer chanceux de pouvoir non seulement vaquer à mes occupations mais avant toute chose à établir des liens avec autrui.

C’est bien beau de parler et d’écrire afin d’exprimer20171122_181530 nos idées et nos sentiments. Cependant rien en ce monde n’a autant d’importance que d’aller à la rencontre de notre prochain. Et quand j’affirme d’aller à sa rencontre, cela fait référence aux premiers pas dirigés vers cet « autre » qui passera de manière graduelle de « étranger » à connaissance, à collègue et, si l’occasion le permet, à ami ou bien même à âme-sœur.

20171122_202348Pourquoi donc parler de ma prothèse dans un tel article ? Je vous réponds tout simplement par ce qui suit: elle fait partie intégrante de mon corps et ce, au même titre que mes yeux, mon nez, ma bouche, mes bras et tout le reste. Force est de constater, et je sais très bien de quoi je parle, que bon nombre de personnes vivant avec un handicap physique dit « apparent » ressentent une certaine animosité envers leurs prothèses, appelées aussi membres artificiels, puisqu’elles leur rappellent leur différence à l’égard des autres. Il est aisé de comprendre qu’une telle situation peut s’expliquer par un choc émotionnel ou bien par une éducation plus ou moins malsaine face à l’handicap. Après tout, chaque cas est vécu de manière très différente d’une personne à une autre.

En ce qui me concerne, j’ai appris très tôt à vivre avec ma prothèse et à y voir comme un moyen parmi d’autres pour mon épanouissement. Que de sports! Que de sorties entre amis! Que de bons coups et de moins bons ai-je fait grâce à ma prothèse!

Voilà pourquoi c’est avec un plaisir indescriptible que20171122_184455 j’accepte de poser nu avec ou sans ma prothèse lors de mes prestations de nudité artistique. Mais attention! Mon identité ne se base aucunement sur celle-ci. Je suis autre chose que ma prothèse : je suis modèle nu, poète, photographe amateur, grand amant de la nature, amoureux de la vie. Je suis comme vous : un être humain.

Merci de m’avoir lu!

RollandJr St Gelais

Québec (Québec)

Canada

Savoir se donner

 

20171110_104042_HDR (2)

Séance de dessins C.E.G.E.P. de Sept-Îles vendredi 10 novembre 2017

 

Savoir se donner

Bonjour tout le monde,

J’espère que votre semaine s’est bien passée. Pour ma part, tout va bien même si quelques petites situations fort désagréables m’arrivent ces derniers jours. Quoiqu’il en soit, je garde le cap sur la voie du beau, du bien et du bon en mettant de côté les choses futiles de la vie. Est-ce là une réflexion sur mon expérience personnelle face à mon destin ? C’est fort possible.

Cependant le fait de vivre mes séances de nudité artistique, sans20171110_092655 omettre la composition de mes poèmes et la réalisation de photos prises au cours desdites séances ou bien selon les circonstances qui s’y prêtent, constitue sans aucun doute une source de plaisir qui permet à votre humble serviteur de faire confiance à la vie. Or, faire confiance à la vie c’est aussi savoir se donner dans ce que l’on fait et, sous un autre ordre d’idées, se donner à ceux et à celles que nous rencontrons dans la vie. Attention ! Je ne dis pas se donner aveuglément, mais d’adapter notre don de soi aux contextes qui lui sont rattachés. Et vous savez aussi bien que moi que les contextes peuvent apparaître, un peu à l’image des grains de sable sur la plage, quasi infinis.

20171110_105211Pour ce qui du don de soi lors d’une séance de nudité artistique, je dois avouer que plusieurs éléments y sont d’une importance capitale. Pour alléger le présent article, j’ai décidé après mûres réflexions, de circonscrire ces éléments au nombre de trois. Trois éléments qui étrangement ont été inspirés de la doctrine fondamentale de la foi chrétienne à savoir la sainte trinité. Trois éléments à la fois indépendants et différents l’un de l’autre mais dont d’autres objets de réflexion viennent les enrichir. Vous conviendrez qu’une telle présentation ressemble de près à  un cours de théologie. Il ne faut pas s’en étonner puisque l’une de mes quatre formations universitaires est justement … la théologie chrétienne, notamment catholique, au sein de l’université Laval de Québec.

Tout d’abord, se donner c’est avant tout chose … être authentique, 20171110_104019c’est à dire être vrai en chaque instant des poses choisies, analysées et choisies devant un groupe. Par exemple, le fait d’être un homme ne pourra jamais être camouflé d’une manière ou d’une autre pour la simple raison que je suis totalement nu avec tout ce que cela inclut dans la masculinité et même, en certaines occasions la virilité. Ici, le sens professionnel est d’une rigueur absolue.

20171110_105211 (3)Ensuite, me donner implique la capacité d’accepter que l’autre soit aussi authentique dans sa vision de mon corps, de mes forces et de mes faiblesses et d’y trouver des richesses jusque-là insoupçonnées. Cela peut quelques fois m’étonner mais aussi, bien que cela soit rarissime, me choquer. Bref, je ne peux en aucun temps condamner l’autre sur sa vision puisqu’il en est l’unique propriétaire et, fait à retenir, je lui ai donné librement accès à mon corps nu. Autrement dit, vous êtes responsable de ce que vous y voyez avec vos yeux alors que je suis responsable de ce que je présente. Un point, c’est tout.

Enfin, se donner c’est de prendre conscience que l’on ne pourra en20171110_105216 aucun temps revenir en arrière une fois l’oeuvre réalisée. Ce qui est fait l’a été une fois pour toutes. Le plomb qui a servi à dessiner ne pourra pas être extrait du papier ayant servi à supporter dans le temps le personnage sur le tableau. Ce qui est d’autant plus le cas une fois l’oeuvre signée par l’auteur. Ici, l’acceptation du fait accompli est une preuve de maturité tant chez le modèle nu que chez l’artiste. Une maturité qui se construit au fil du temps, des nombreuses séances et des partages entre les personnes concernées. À titre d’exemple, je suis toujours quelque peu étonné lorsque je regarde l’oeuvre qui est présentée ci-dessus car, bien que l’artiste en herbe a voulu bien faire en réalisant son dessin. Il a simplement perçu mon corps, ma nudité et ma situation physique, avouons-le peu commune, selon ses perceptions de ces réalités. Plusieurs de mes amis et connaissances y ont vu un corps alors que d’autres, votre humble serviteur inclus, y ont découvert totalement autre chose.

En résumé, se donner est subséquemment une question de don et de se don-né , voir ici naître aux yeux de l’autre, et d’éternité. On se donne librement pour renaître sous des formes souvent au diapason de ce qu’on s’est construit de notre propre image corporelle. On se donne aussi pour permettre, sait-on jamais, aux générations suivantes de connaître une partie, souvent minime, de soi. Qui plus est! Une telle partie a pris forme dans la formulation de la réalité d’un artiste professionnel ou amateur. Trois éléments indépendants mais tellement complémentaires qu’ils forment une seule entité. 

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

C’est bon pour le moral

 

20171110_090559

 

Votre humble serviteur en compagnie d’une charmante étudiante en arts

 

 

C’est bon pour le moral

Voici un petit mot de la part de madame Laurence Boulay pour ma participation à ses séances de nudité artistique qui ont eu lieu en octobre et en novembre. Je dois dire que ce fut un plaisir d’avoir pu rendre un tel service à un groupe d’étudiants-es formidables. Un plaisir qui est, semble-t-il, partagé de part et d’autre.

 » C’est nous qui te remercions! Nous avons eu un privilège extraordinaire de t’avoir comme modèle. Au plaisir! « 

Signé : Laurence Boulay prof. au C.E.G.E.P. de Sept-Îles