Archives

Parfois il ne faut pas chercher à comprendre

linda34_by_halfford_dczp8rn-pre

Parfois il ne faut pas chercher à comprendre

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que le mois de février se terminera en beauté pour vous et pour les êtres chers que vous aimez. Pour ma part, ce fut un mois bien rempli. En effet, ma convalescence et ma réadaptation physique se déroulèrent de manière fort positive. De bons soins prodigués par un personnel extraordinaire et attentionné, un accompagnement spirituel offert tout au long de mon séjour et la visite d’amis et d’amies ont aidé votre humble serviteur à recouvrer à la santé. Il est toutefois vrai que je n’ai jamais perdu mon sens de l’humour.

En parlant de l’importance de l’humour dans ma vie, je dois avouer que cet aspect y joue un rôle fondamental dans mon bien-être personnel. J’oserais même écrire, sans aucune prétention, que c’est fort probablement ma qualité principale. Que de fois j’ai fait rire les membres du personnel de l’hôpital de l’Enfant-Jésus que j’ai fréquenté après mon opération. Je pense notamment lorsque certaines préposées devaient faire mes soins personnels, lavage corporel, et qui semblèrent parfois quelque peu gênées face à ma situation physique. Quoi de mieux qu’une bonne blague pour désamorcer une situation embarrassante ? Bon ! Soyez rassurés-es ! Ce furent des blagues sans aucune vulgarité.

Par ailleurs, il m’est arrivé de remonter le moral à certains patients qui étaient, c’est le moins que je puisse dire, vraiment mal en point. Ce qui m’a valu une belle surprise. En effet, un des patients a eu la gentillesse de venir me souhaiter une belle et longue vie avant de quitter l’hôpital pour retourner auprès des siens. Il avait profité de l’occasion pour me remercier de lui avoir remonté le moral lors de mes petites visites de courtoisies. Comme quoi faire le bien par le biais de l’humour est peut-être la plus belle richesse qui soit dans ce monde.

Quand je vois tous ces gens qui ne pensent qu’à accumuler des sommes monétaires qu’ils délaisseront lorsqu’ils quitteront ce monde alors qu’ils leur suffiraient de mettre un peu de couleurs et de sourires autour d’eux pour s’apercevoir que la vraie richesse ne s’acquiert pas, elle se partage. Cela me rend fou. Pas très drôle lorsque je pense que je le suis déjà un peu. 

Oui, il y a bien des aspects de la vie qu’il ne faut pas chercher à comprendre. Ces aspects se doivent d’être vécus pour se rendre compte qu’ils rendent à la vie sa plus grande saveur. Alors cessons de chercher à comprendre et vivons la vie comme elle se présente à nous.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Avis aux dames !

Avis aux dames !

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien. Pour ma part, je vais mieux. Vous devez certainement vous questionner sur la raison d’être de tels propos. Je tiens à vous rassurer : rien de grave m’est arrivé. C’est simplement un problème occasionné par ma prothèse qui me procurait à la fois un inconfort et des blessures à mon moignon de la jambe gauche. Vous comprendrez que je ne désire en aucun cas m’étendre sur le sujet. Mon blogue n’a pas été créé dans le but de discuter de mon handicap physique. Cependant il m’a paru nécessaire de vous mentionner ce fait pour vous amener sur un thème assez inhabituel au sein de  mes publications, c’est-à-dire la possibilité de l’humour dans l’interprétation de la nudité artistique. Une interprétation qui apparaît dans un contexte tout à fait inusité.

C’est ainsi que j’ai découvert une oeuvre d’art dans le hall d’entrée de l’Institut en Réadaptation Physique de Québec (I.R.D.P.Q.) en ce 27 novembre 2018. Une oeuvre d’art qui se veut représentative de la capacité de tout travailleur accidenté à reprendre le collier du travail et de devenir un acteur productif au sein de la société. N’oubliez pas que cet établissement a été fondé à l’origine dans une telle optique et ce, suite à de nombreuses recommandations présentées tant par des syndicats que par des organismes voués au bien-être des accidentés du travail. Fait amusant à noter ! Mon père y est allé deux fois à l’occasion de deux accidents de travail dont le premier avait failli lui enlever la vie en 1971.

Bref, j’ai découvert le monument présenté dans ce court vidéo en début de cet article. Toutefois, ce qui m’a fait sourire c’est le petit écriteau qui se trouve en bas et sur lequel est écrit : « Oeuvre d’art! Prière de ne pas toucher! » J’ignore pourquoi, mais j’ai tout de suite pensé à certaines jeunes dames que je connais. Allez savoir pourquoi ?!

Je vous souhaite une bonne continuité de semaine.

En espérant vous avoir fait sourire à mon tour.

Je vous aime.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Prendre un p’tit coup

 

i_m_drunk__lol_by_lequebecois1962-dbuo13n

Modèle nu ? RollandJr St-Gelais 

Prendre un p’tit coup !

(En cette période des fêtes)

 

Prendre un p’tit, c’est agréable,

Prendre un p’tit coup ça rend malade,

Prendre un p’tit coup, c’est doux.

 

De

 

RollandJr St-Gelais de Québec

P.S. Si vous consommez toutes substances pouvant altérer vos sens, de grâce, conduisez pas.

Contrôler sa vie

20170814_155627

Contrôler sa vie

« Contrôler sa vie est semblable à prendre le volant. Parfois, on est surpris par ce qui se trouve devant soi. »

De

RollandJr St-Gelais Québec au Canada