Non à la censure!

WP_20141019_007
 » On n’ose pas assez, on n’ose pas être ce qu’on est à l’intérieur, on se laisse censurer par sa propre apparence.  » de Henri Gougaud
Bien le bonjour amis et amies de la francophonie,
J’ai reçu un courriel d’une bonne amie qui vit en Bretagne dans le pays de mes ancêtres, du moins certains puisque pour quelques-uns d’entre eux ont d’origines écossaises, qui est la France. Pays de la bonne chair, de la culture et de la langue de Molière. Son courriel contenait une maxime de Henri Gougaud que vous trouvez au-dessus de ce présent texte.
Ce maxime m’a profondément interpelé étant donné que nous vivons à une époque où la censure, devrais-je plutôt écrire “les censures”?, est omniprésente au sein de notre société où le droit de parole, d’expression et de publication de nos idées semble être remis en question pour un supposé intérêt général, si ce n’est pas dans l’optique de protéger les intérêts de la nation. Posons-nous ces questions? Primo, de tel intérêt parlons-nous? Seraient-ce les conglomérats de l’industrie militaro-industriel qui fonctionnent de connivence avec les classes politiques ou bien ceux qui tentent par tous les moyens de faire dévier toutes critiques de ce qui se passe actuellement sur notre pauvre terre si malmenée, si maltraitée et tellement exploitée à outrance? Secundo, de quoi parlons-nous précisément lorsque l’on se réfère aux intérêts de la nation? D’ailleurs, de quoi s’agit-il? Les intérêts de ceux qui dirigent  réellement la nation sont très différents de leurs pantins dument élus par la voie de la démocratie surtout si les premiers ont délié les cordons de leurs bourses pour aider les seconds à atteindre les sommets du pouvoir politique. Dans un tel cas, un retour d’ascenseur est toujours le bienvenu.
Personnellement, je suis contre la censure si cette dernière risque de détruire la notion de liberté de penser, de croire, de promouvoir des valeurs qui peuvent amener une évolution positive au sein de la société. L’histoire du féminisme est une preuve qui démontre bien que le changement peut être souhaitable dans la société surtout si cela peut amener une amélioration réelle et constructive à la fois dans l’espace et dans le temps. La victoire du mouvement féminisme dans plusieurs domaines a été plus que bénéfique pour bon nombre d’exclus de la société dont, entre autres, les personnes vivant en situation de handicap physique ou intellectuel. Bien entendu que cela a eu lieu sur une longue période mais, comme dit si bien le proverbe, “petit train va loin”.
Attention! Il n’est pas question de permettre la promotion de la violence, ni la destruction de nos systèmes de valeurs durement acquis au fil des siècles et très souvent en luttant avec acharnement contre des dictatures. L’histoire du XXe siècle regorge de faits historiques qui confirment mes dires. Je ne désire en aucun temps que le droit de parole puisse permettre le dénigrement d’un quelconque groupe social, religieux ou ethnique qui fait parti d’une minorité visible. Le droit de penser et d’exprimer sa pensée ne signifie pas avoir le droit de devenir à son tour un bourreau. Si il y a un point majeur que l’on doit retenir de ce présent texte, c’est bien celui-ci. Est-ce assez clair ou devrais-je l’écrire de nouveau?
Pour ce qui est de la censure dans la nudité? Je suis là aussi contre mais tout en y apportant des nuances. La nudité reflète ce qu’il y a de plus sacré, de plus noble et de plus intime chez l’être humain. Elle est sacrée puisqu’elle est un reflet physique du divin en l’Homme. Elle est aussi noble étant donné qu’elle est l’instrument par excellence pour entrer en communion réelle avec ses pairs. On ne se met pas nu par simple plaisir même si le plaisir d’être nu est, avouons-le, fort agréable en certaines occasions. Et, pour conclure, cette intimité doit avoir lieu dans un seul but précis; faire passer un message. Sacralité, noblesse et intimité sont les fondements de la nudité réellement artistique. Voilà pourquoi il ne peut avoir de la censure, et ce en aucune façon en ce qui a trait à la présentation de la nudité sous quelques formes que ce soit. Là encore, respecter certains critères va de soi: Adultes libres, consentants et pleinement informés des poses et des attentes en sont des exemples parfaits. Je conclues mes propos par ces énoncés que vous trouverez à la suite de cette magnifique photo réalisée à l’occasion de la séance de nudité artistique tenue à la galerie d’arts contemporain Le Belgo de Montréal, le 19 octobre 2014.

WP_20141019_006

Je suis ce que je suis: un être différent tel que vous l’êtes vous aussi.
Je suis qui je suis: un homme masculin et fier de sa masculinité comme chaque homme doit l’être.
Je ne suis pas uniquement un produit de mon époque: Ma liberté de conscience m’appartient.
Je ne suis pas seulement une victime de la thalidomide: Je suis un être humain parmi tant d’autres.
Je suis ce que je suis et qui je suis comme vous puisque nous sommes interdépendants.
Je suis contre la censure car c’est l’arme mortelle par excellence qui tue l’âme sans en tuer le corps.
Merci de m’avoir lu!
RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s