Archives de tags | Juste Angèle

Goulument

 

Goulument
Magnifique dessin par Juste Angèle de la France

Goulument

 

De toi, j’ai tellement faim.
Te savourer, voilà ma véritable fin.
Déguster tes lèvres humides et chaudes,
Dès le petit matin en guise de Laudes.

 

Je passerai ma langue avec attention,
Entre tes lèvres telle une pieuse exhortation,
Une louange à la douceur de ton mont de Vénus,
Un mont que j’escaladerai le temps venu, au temps voulu.

 

Goulument ! Passionnément !
Ma chère amie, avec délectation, assurément !
Avidement, je te dévorerai au petit-jour pour déjeuner.
Gloutonnement, je savourerai ton nectar exquis jusqu’à satiété.

 

Vigoureusement ! Je mordillerai ton bouton de plaisir.
Jusqu’à ce que tu ne peux arrêter de crier à force de jouir.
Puis, calmement, j’y passerai quelques doigts avec bon entrain,
Car je ne saurai terminer cette matinée sans savoir utiliser mon experte main.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Tendre caresse !

tendre caresse
Par Juste Angèle de France

Tendre caresse !

Magnifique dessin par Juste Angèle de la France

Parfois, il est préférable de ne pas trop en dire, ne pas trop écrire, ne pas trop bouger afin de simplement apprécier la réalisation faite par une artiste.

De RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Magnifique nuit

Dessin par Juste Angèle de la France

Magnifique nuit

 

Ô mon tendre amour

Ta peau est comme le velours

Tu descends doucement sur ma hampe

Dressée là ! Brillante comme une chaude lampe.

 

Je sens ton intimité serrer

Ma verge soucieuse de te combler

Avec entrain! Avec bonheur! Avec plaisir!

Afin de pouvoir vivre cet orgasme et d’en jouir.

 

Respire! Respire! Respire!

Et entends la profondeur de mon soupir

Jusqu’à ce que monte vers le sommet ma semence divine

Et si tu le désires, enivres-toi de ce nectar. Ô ma belle coquine.

 

Comment pouvions-nous attendre cet instant?

Comment pouvions-nous vivre sans ce précieux moment?

Comment pouvions-nous dormir dans ce lit?

Sans avoir fait l’amour en cette magnifique nuit.

 

De

 

RollandJr St-Gelais de Québec

Cachée dans la lumière

Cachée dans la lumière par Juste Angèle de la France

Poème dédié à Anne

(Infirmière à l’Enfant-Jésus de Québec)

 

Cachée dans la lumière

 

J’ai rencontré, Dieu merci, fort jolie dame

En une période où j’étais submergé par les flammes

Des flammes de douleur et de souffrance

Qui brûlèrent mon corps et transpercèrent mon âme telle une lance,

 

Une dame à l’accent de mère-patrie

Qui a su me réconforter lorsqu’elle m’a souri

Avec attention! Elle prit soin de calmer mes craintes

Sans compter toutes mes demandes et mes plaintes.

 

Elle me fit découvrir son talent d’écrire

Qui me redonna envie de continuer mes poèmes

Car, pourquoi cesser de faire ce que l’on aime ?

Si cela nous donne une raison de vivre ?

 

Une femme toute menue

Que je n’ose pas imaginer voir nue

De peur que sa beauté irradie ma vie

Au point de vouloir la serrer dans mes bras meurtris.

 

Ô douce amie de ces moments difficiles

Je devrais suivre le labyrinthe en me fiant au fil

Car chaque belle histoire a semble-t-il une fin

Mais, sait-on jamais, nous nous verrons un de ces lendemains.

 

De

 

RollandJr St-Gelais de Québec

Sentir ton corps

Magnifique dessin par Juste Angel de la France

 

Sentir ton corps

 

En cette période de troubles
Où je vois tout en double
Où ma vie sans toi n’a pas de sens
Où vibre en moi cette démence.

 

Comment passer à travers ce supplice?
Comment arrêter de boire ce terrible calice?
Je n’en peux plus d’attendre ta présence
Humer l’odeur de ton parfum qui m’encense.

 

Car rien ne vaut dans ma vie
Que de te faire l’amour avec envie
De contempler ton visage lorsque tu me souris
Et de voir la lueur dans tes yeux comme le soleil de midi.

 

Ô mon amour,
Où es-tu passé en ce jour?
Ô mon bien-aimé, reviendras-tu dans mes bras?
Qui depuis longtemps n’attendent que toi.

 

Mon cœur est las de vivre,
J’en ai assez de toujours essayer de survivre
Plus rien ne va en moi! Plus rien me donne ce plaisir
Lorsque tu étais là, près de moi, avec un fou-rire.

 

Alors, je ne fais que rêver de pouvoir encore t’embrasser
Et de ton corps avec une grande passion enlacer
Ô mon chéri, reviens-moi! Car quelle est ma raison d’être?
Qui de ton absence cruelle procure en moi un tel mal-être.

 

De

 

RollandJr St-Gelais de Québec