Douleur

20171130_140248

Douleur

Il  fait encore nuit
Et mon coeur languit
Tant de questions sans fin
Qui me laissent sur ma faim.

 

Pourquoi?
Ai-je tendance à blesser
Toutes celles qui m’ont aimé?
Pourquoi suis-je ainsi ? Oui, moi.

 

Pourquoi tant de peine ai-je causée?
À ces femmes que j’ai pourtant adorées?
Tant de beaux souvenirs et des rires,
Mais des chagrins et des larmes pour finir?

 

Autour de moi, c’est le noir.
En moi s’installent sombres pensées
j’ignore où aller quelle est ma destiné.
Ma tristesse, je dois jusqu’à la fin la boire.

 

Tristesse que je dois vivre
Voici mon lot si je veux survivre
Mais ce que ça fait mal de ne pouvoir rien faire
De voir celle que l’on a aimée vivre cet enfer.

 

Bien des mots sont inutiles
Bien des gestes sont futiles
Voilà la peine qui m’envahit
Et depuis ce jour fatidique tout est gris.

 

Pourtant, j’aurais donné ma vie
Maintenant à quoi bon tant de regret?
Pour tout ce que j’ai dit, écrit et fait.
C’est le boulet au pied que je trainerai jusqu’à ce que ma vie soit finie.

 

Il n’y a aucun tourment aussi pire
Que de voir celles que l’on a aimées souffrir
L’encre de la nuit est bien présent dans mon coeur
En cet instant où rien ne guérit en mon âme cette douleur.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Une imagination débordante

20171129_154119

 

Shawinigan le 29 novembre 2017

 

Une imagination débordante

Bonjour tout le monde,

Comment allez-vous ? J’espère que vous pouvez admirer le soleil automnal qui resplendit de ses beaux rayons malgré le froid qui arrive et la neige qui s’installe sur nos terres. De mon côté, j’ai un peu le cafard pour des raisons hors de mon contrôle. Quoiqu’il en soit, gardons le moral car le temps des fêtes approche à grands pas. Je revis en pensées, et ce depuis quelques jours,  la séance de nudité artistique qui a eu lieu dernièrement à Shawinigan et je dois avouer que ce fut extraordinaire à maintes égards.

20171129_145522Serait-ce l’ambiance amicale ? Serait-ce le lieu proprement dit ? Serait-ce la présence de monsieur Hiver qui nous souhaita, à mon assistante et à moi-même, la bienvenue dans l’agglomération urbaine de Grandmère qui fait partie de la ville de Shawinigan ? Serait-ce le sourire angélique de ma charmante assistante et son aide durant les diverses étapes de ladite séance ? Tout ces éléments ont possiblement un rôle positif dans mon appréciation de cette séance.

Par contre, je serais tenté de vous répondre que ma prise de conscience Lise Cormierde la qualité artistique des œuvres y est pour beaucoup dans l’appréciation de mon expérience vécue durant cette séance. En effet, et c’est une coutume dans toutes les séances, les artistes présentent l’ensemble de leurs réalisations à la fin du temps alloué pour les poses nues. C’est notamment à cette occasion que la majorité des photos y sont prises pour d’éventuelles publications au sein de ce blogue. Pour ce faire, mon aide et moi-même parcourons les lieux où les dessins sont déposés et nous choisissons les oeuvres susceptibles d’être dignes d’intérêt pour mes prochains articles, que ce soit sous forme de proses ou de la poésie.

24131037_893457990804972_3038499564963547810_nQue de beaux talents ! Que de dessins magnifiques ! Que de belles créativités ! Que d’inspiration mes poses choisies, avec minutie ou bien avec une improvisation faite à la dernière minute, semblent avoir suscité chez les artistes présentes en ces lieux ! Oui, les œuvres qui ont été placées à la fin sont réellement dignes de vous être présentées au fil des publications futures. Quoiqu’il en soit, il me paraît plus que nécessaire de faire un choix parmi les photos afin de rendre justice aux plus belles réalisations que firent certaines des artistes. Oui, j’utilise le féminin dans le présent texte puisqu’il y avait qu’un seul homme venu assister à ma prestation. C’est là, la moindre des choses. Qu’en pensez-vous ?

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Si on me demandait

20171130_134000

 

Notre-Dame-du-Cap 1er décembre 2017

 

Si on me demandait

 

Aujourd’hui, je suis triste

D’être la cause de tous ces maux.

J’aimerais en ce jour trouver le bon mot,

Mais je ne sais quoi dire et cela m’attriste.

 

Suis-je digne de vivre ?

Alors que d’autres ont peine à survivre.

J’aimerais revenir en arrière pour ne pas te voir souffrir,

Ce que je souhaiterais revivre ce temps où je te faisais sourire.

 

Existe-t-il une simple prière ?

Une incantation afin de revenir en arrière ?

Quel lampion devrais-je allumer pour que ta vie soit illuminée ?

Quelle bougie devrais-je choisir pour revivre le temps passé ?

 

Si on me demandait,

Ce qu’au fond de moi je voulais,

Ne pas être celui qui blesse toutes celles qui l’ont aimé,

Quels lampions choisir pour que mon vœu puisse se réaliser ?

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La langue française est en deuil.

La langue française est en deuil.

Johnny Hallyday

( 15 juin 1943 – 6 décembre 2017)

Repose en Paix !

Que je t’aime.

 

Quand tes cheveux s’étalent
Comme un soleil d’été
Et que ton oreiller
Ressemble aux champs de blé

 

Quand l’ombre et la lumière
Dessinent sur ton corps
Des montagnes, des forêts
Et des îles aux trésors

 

Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime
Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime

 

Quand ta bouche se fait douce
Quand ton corps se fait dur
Quand le ciel dans tes yeux
D’un seul coup n’est plus pur

 

Quand tes mains voudraient bien
Quand tes doigts n’osent pas
Quand ta pudeur dit non
D’une toute petite voix

 

Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime
Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime

 

Quand tu ne te sens plus chatte
Et que tu deviens chienne
Et qu’à l’appel du loup
Tu brises enfin tes chaînes

 

Quand ton premier soupir
Se finit dans un cri
Quand c’est moi qui dis non
Quand c’est toi qui dis oui

 

Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime
Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime

 

Quand mon corps sur ton corps
Lourd comme un cheval mort
Ne sait pas, ne sait plus
S’il existe encore

 

Quand on a fait l’amour
Comme d’autres font la guerre
Quand c’est moi le soldat
Qui meurt et qui la perd

 

Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime
Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime

 

Que je t’aime
Que je t’aime

Devant vous

20171129_133751

La Factrie : 29 novembre 2017 Lieu ? Shawinigan au Québec

Devant vous

 

Chères dames,

Belles comme une flamme,

Ce jour est certes très précieux,

Car vous avez ouvert grand les yeux.

 

Sans gêne ni fausse-pudeur,

Je n’ai éprouvé aucune crainte ni peur,

Car j’étais dans ma nudité en cette heure,

Me dévoilant sans maquillage et sans leurres.

 

Sur cette balustrade,

J’ai fait quelques bravades,

Pour alimenter votre désir de création,

Pendant que vous aiguisiez vos précieux crayons.

 

De ma nudité en toute simplicité,

Vous avez pu l’admirer et la contempler,

Pour l’immortaliser sur votre blanc parchemin,

En manipulant avec soin et précision vos agiles mains.

 

Toucher mes chères mon corps !

Allez-y ô mes chéries car il est fait fort.

Que vos yeux avec joie et délice y découvrent,

Toute la virilité de cet homme qui à vous s’ouvre.

 

Oui, j’ai mis à terre un genou.

Oui, je n’ai rien à cacher de ma nudité,

Car les êtres humains naissent ainsi depuis l’éternité,

C’est pourquoi en cet instant je me suis dévoilé nu devant vous.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Cette tristesse

20171130_135019 (1)

Cette tristesse

 

Il y a des jours,

Il y a aussi des nuits,

Où j’aimerais te donner ma vie,

À impossible nul n’est tenu, m’a-t-on dit.

 

Je me souviens de ce temps,

Comme j’étais heureux tel un enfant,

Jouant gaiement sous le soleil si chaud si beau,

Ce temps est révolu laissant en moi bien des maux.

 

À quoi bon cette nostalgie,

Si ce n’est que pour nous pourrir la vie,

Je ferme les yeux pour revoir ton tendre visage,

Ce que je t’aurais donnée parole d’un vieux sage.

 

Aujourd’hui tout a changé,

Même si dans le secret de mon cœur,

J’ai respecté ton choix en m’éloignant dès cette heure,

Et pourtant, je continuerai pour toujours de t’aimer.

 

Le sablier du temps a depuis tourné,

Me faisant comprendre toute la peine qui m’envahit,

Suis-je un être immoral ? Un bête animal ? Dites-le moi je vous en pries.

Et puis non, car je sais qu’au plus profond de moi mon âme languit.

 

J’ai respecté, crois-moi, ton choix,

Malgré mon crie de désespoir et notre peine,

Depuis tout ce temps coule un nouveau sang dans mes veines,

Celui de mes ancêtres preux chevaliers et nobles comtes et ces rois.

 

C’est le lot de la sagesse,

La somme de cette expérience,

Qui m’amena sur la route de la démence,

Aujourd’hui je désire ne plus revivre cette tristesse.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je serai toujours là.

Je serai toujours là.

Tom Petty – You Don’t Know How It Feels

Let me run with you tonight
I’ll take you on a moonlight ride
There’s someone I used to see
But she don’t give a damn for me

But let me get to the point, let’s roll another joint
And turn the radio loud, I’m too alone to be proud
You don’t know how it feels
You don’t know how it feels to be me

People come, people go
Some grow young, some grow cold
I woke up in between
A memory and a dream

So let’s get to the point, let’s roll another joint
Let’s head on down the road
There’s somewhere I gotta go
And you don’t know how it feels

You don’t know how it feels to be me

My old man was born to rock
He’s still tryin’ to beat the clock
Think of me what you will
I got a little space to fill

So let’s get to the point, let’s roll another joint
Let’s head on down the road
There’s somewhere I gotta go
And you don’t know how it feels
No, you don’t know how it feels to be me