Archives

La nudité versus la danse artistique

La nudité versus la danse artistique

La nudité versus la danse

La nudité versus la danse

Bonjour tout le monde,

Je partage aujourd’hui ma réflexion personnelle sur la nudité artistique mais sous un angle tout à fait original. Vous le savez probablement déjà, j’ai eu la chance incroyable de poser nu pour différents artistes. Ces derniers ont eu à mon égard un respect tout à fait remarquable. Ce qui a eu pour résultat d’avoir rendu notre expérience commune vraiment très agréable.

Voulant élargir mon expérience personnelle dans le domaine de la nudité artistique, j’ai assisté à un spectacle d’une troupe de danse originaire de la Norvège dont son originalité se trouve dans le fait que ses danseurs se produisent sur scène dans une nudité camouflée. J’entends par là qu’ils portent un vêtement moulant donnant par le fait même l’illusion d’une réelle nudité. Outre cette particularité, la qualité du spectacle est tout à fait impressionnante. J’étais littéralement hypnotisé par les chorégraphies sans cesse interprétées sur scène. Et, à voir les réactions des gens assis près de mon siège, je suis convaincu que mon étonnement devant un tel spectacle était partagé par plusieurs des spectateurs.

Malheureusement, et c’est là mon humble opinion, la nudité est trop souvent absente dans le

La nudité et ses différentes possibilités artistiques

La nudité et ses différentes possibilités artistiques

monde de la danse. Je ne parle pas ici de la danse érotique, mais bel et bien de la danse en tant que tel. Une danse qui serait à la fois significative et provocante tant par les gestes posés que les sous-entendus librement interprétés par les spectateurs venus assistés à une quelconque représentation. Significative de par les divers sujets pouvant être abordés, voir qu’effleurés pour certains d’entre eux, ne serait-ce que de brefs instants chargés certes d’émotions. Et, croyez-moi, tous les sujets qui touchent les êtres humains peuvent être interprétés. Je pense, à titre d’exemples, à l’amour, la vie, la mort et aux multiples interdits sociaux.  La liste des sujets est presque infinie. Qui plus est! La nudité fait ressortir davantage l’humanisme et la sensibilité chez l’Homme.

Vous ne me croyez pas?! Est-il nécessaire de vous rappeler que le début de la fin de la guerre du Vietnam a eu lieu lors de la prise de conscience de toute son horreur suite à la diffusion sur les principales chaînes de télé américaines d’un reportage  où l’on pouvait voir une fillette nue courir en hurlant sa souffrance physique causée par les brûlures faites par le napalm?

Une telle calamité fit le tour de la planète dans les jours qui ont suivis les premières diffusions, et ce, dans l’ensemble des médias de masse. Je n’ose même pas songer une seule seconde à ce qui aurait pu arriver si les réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter et Tumblr avaient existé à cette époque. La guerre du Vietnam aurait-elle pris fin plus tôt? Je l’ignore. Par contre, une chose est sûr, les pressions des citoyens du monde entier auraient eu un poids plus que considérable dans le déroulement de ce conflit. 

Un domaine artistique remarquable!

Un domaine artistique remarquable!

Je suis persuadé que la nudité a sa place dans tous les domaines artistiques et non seulement dans les cours d’arts visuels. Nous naissons nus. Nous vivons aussi nus en certaines occasions qui sont délimitées par les normes et les prérogatives sociales propres à chaque collectivité, nation et pays. Lesdites prérogatives sont souvent, mais pas toujours, dictées par des prescriptions religieuses. Par exemple, la nudité est vue, perçue et vécue de manière différente dans les pays scandinaves en comparaison du monde arabe ou encore en Amérique du nord. Il serait alors plus qu’intéressant de voir des œuvres que je qualifierais de réellement vivantes montrer leur savoir-faire à un public avide non pas de vulgarité, mais d’un enrichissement culturel.

La nudité est à la fois divine et humaine. Divine par la splendeur, la force, parfois par la virilité si il s’agit d’un homme et parfois par sa capacité d’enfanter si il s’agit plutôt d’une femme, du corps humain. Humaine par ses faiblesses, ses imperfections et ses limites mais aussi par sa propension à l’entraide et à la compassion. Nous nous savons être vulnérables mais également être près de nos frères et sœurs dans ce monde dans notre nudité. Un monde où se côtoient le meilleur et le pire.

Une série de questions apparaît à mon esprit. Que devrions-nous entendre par la splendeur du corps humain? Qu’en est-il de sa force? Serait-ce une force destructrice ou plutôt constructive? Où doit se repositionner la virilité masculine? Quel rôle joue véritablement la femme dans sa capacité d’enfanter? Bien évidemment, toutes ces questions sont perçues sous l’angle de la nudité absolue, sans vulgarité et sans fausse pudeur.

J’ai décidé de m’inspirer de la vidéo publiée ci-dessus pour y répondre. Oui, il est vrai que les modèles sont en positions statiques mais je transposerai mon analyse sur le domaine de la danse au fil de ma présentation. Une chose doit être clarifiée. Il existe malheureusement trop de vidéos où l’intégralité de la nudité est bafouée par un manque total de respect à son égard. Et, soyez convaincus que je ne fais pas seulement référence à la pornographie, mais bien à la majorité des vidéos disponibles sur le web.

Fort heureusement, j’ai découvert ce véritable petit bijou qui démontre bien la justesse de mes propos. En effet, nous pouvons aisément contempler la splendeur du corps humain tant celui de la femme que celui de l’homme puisque les deux modèles se retrouvent dans une position d’une grande tendresse. Nous pouvons aussi voir la force physique de l’homme qui s’appuie sur son bras droit en admirant les muscles de celui-ci qui se contractent.  Une telle force peut être qualifiée de constructive car elle lui permet de se rapprocher de l’être aimée. En ce qui concerne la virilité masculine, elle est repositionnée là où elle devrait être, c’est-à-dire reconnue comme une réalité de la vie et pour laquelle aucun homme ne devrait ni avoir honte, ni être présenté par les médias comme une bête de sexe. L’érection de ce modèle constitue une preuve indéniable que la sexualité saine et noble peut exister en ce monde. La position de la femme dans cette présentation lui donne un certain mystère. On peut certes admirer la beauté de son corps, ce qui inclus son intimité, mais on ignore totalement si elle porte la vie d’un petit être en son sein. Ici, sa capacité d’enfanter se veut être un secret que la société n’a pas à savoir. Et, il est bien qu’il en soit ainsi.

Un visage et un corps pleinement humain et divin

Un visage et un corps humains et divins

« Que vient faire la danse artistique dans tout çà? » me direz-vous? Ce à quoi je vous réponds que la danse a de tous temps été présente dans l’histoire de l’humanité. Voilà pourquoi, je souhaite pouvoir assister l’un de ces jours à une pièce artistique où les figurants et les figurantes danseraient entièrement nus(es). Il va de soi que ladite pièce aurait un thème précis, une histoire à raconter et un déroulement tout à fait logique.

Je crois sincèrement que les spectateurs seraient plus en mesure de constater l’effort physique déployé par les artistes sur scène, mais aussi de prendre connaissance de leurs vulnérabilités physiques et physiologiques, de se sensibiliser à la sexualité de chacun(e) des participants(es). Les artistes auront non seulement un visage mais aussi un corps  pleinement humain et divin.

Je suis conscient qu’un tel article est assez inusité même si il cadre bien avec la thématique du blogue à savoir « modèle vivant à Québec ». Mais, être modèle vivant implique d’abord et avant tout être bel et bien vivant, c’est-à-dire vivre, bouger, exprimer des sentiments et expérimenter des sensations diverses et tout le tralala. Voilà pourquoi j’aimerais sincèrement avoir votre opinion sur le sujet. Et vous?! Qu’en pensez-vous?!

Merci infiniment de m’avoir lu.

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Une soirée inoubliable

En compagnie de Danny Fontaine

En compagnie de Danny Fontaine

Une soirée inoubliable

Bonjour tout le monde!

Il me fait plaisir de partager avec vous mon expérience en tant que spectateur d’une soirée où le chant et le bon goût furent à l’honneur. Pourquoi donc parler d’un tel sujet puisque l’on peut assister à de nombreux spectacles riches en variété, et ce, un peu partout sur notre bonne vieille terre? Je vous l’accorde. Il y a de très bon spectacles qui sont offerts de par la vaste monde. Par contre, peu d’entre eux sont l’oeuvre d’amis avec qui nous avons suivi les mêmes cours universitaires pendant de nombreuses années. Voilà l’une des raisons pour lesquelles j’ai cru bon de rédiger cet article.

Un artiste et un homme remarquable

Un artiste et un homme remarquable

D’autres raisons viennent s’ajouter à cette rédaction. Je pense, entre autres, à la passion, à la chaleur humaine et à la simplicité qu’a démontré la vedette de ce spectacle. Non! Il ne s’agit pas d’une mégastar du Québec bien connue du grand public. Et, pourtant, il mérite d’être connu et reconnu pour son talent artistique. Il y a aussi le fait qu’il existe dans la plupart des médias une propension malsaine à publier des articles qui traitent de sujets vraiment négatifs. J’ai donc décidé de faire contrepoids en publiant cet article où la positivisme est à l’avant-plan. Enfin, il y a mon désir de rendre un hommage bien amical à un homme extraordinaire, et j’ai nommé Danny Fontaine!

Il est utile d’écrire quelques mots sur cet artiste pour mieux comprendre ma satisfaction à l’égard  de ce spectacle. J’ai connu Danny F. lorsque nous étions des étudiants en théologie à l’université Laval de Québec et, si ma mémoire ne me fait pas défaut, nous avions suivi plusieurs cours dans le cadre de notre formation. Je me souviens d’une anecdote à propos d’une des séances en classe. Le professeur avait dit quelque chose sur les rapports de Jésus avec les prostituées et j’en avais alors profité pour griffoner sur un bout de papier une blague de mon crû pour, ensuite, le glisser sur sa table. Je me rapellerai toujours de l’éclat de rire qui sorti spontanément de Danny. C’est-là l’un de mes premiers souvenirs que j’ai de lui.

Nous avons aussi eu la chance de collaborer au sein de l’association étudiante de théologie dans laquelle nous étions fortement impliqués. C’est ainsi que nous avons joué ensemble sur la même scène durant une journée amicale offerte par notre association. À vrai dire, il m’avait offert son aide sans que je lui ai demandé lorsque je rendais hommage à un artiste handicapé très célèbre au Québec en interprétant, sous forme de lipsing, sa chanson intitulée: Comme je suis. Voyant que ma coupe de cheveux ne correspondait pas, alors-là pas du tout, à celle de ce chanteur, Danny s’est empressé de se placer derrière mon dos et se penchat vers moi pour placer ses longs cheveux sur ma tête me permettant ainsi de ressembler davantage à ce chanteur. Sa générosité est, le moins que l’on peut dire, vraiment grande.

Spontanéité et générosité sont ses principales qualités. Il n’est donc pas étonnant qu’elles aient été présentes tout au long du spectacle auquel Danny F. a convié son public. Dès les premiers instants, le public a été transporté au septième Ciel. C’est vrai

Spontanéité et générosité

Spontanéité et générosité

que nous n’étions pas dans un amphithéâtre de grand renom. Qu’à cela ne tienne, c’est Danny que nous voulions voir et surtout entendre. Et, à me rappeler les applaudissements nourris dans la salle, nous étions plus que comblés.

Accompagné par une pianiste et par un contrebassiste, son répertoire musical a été des plus variés. Il passa de chansons d’expression française à celles de langue anglaise, sans omettre quelques-unes en espagnole, de façon tout à fait remarquable. Tout était impeccable du début jusqu’à la fin, j’inclus ici les petites erreurs de parcours pendant le déroulement dont Danny fit preuve d’un sens de l’humour étonnant dans les circonstances.

Possédant une grande générosité, il nous a présenté un jeune artiste très talentueux qui nous a interprété quelques chansons d’Elvis Presley. Croyez-moi sur parole! Je m’étais fermé les yeux pour mieux savourer cet instant précieux. Je me suis alors vu entrain d’écouter les vieux 33 tours du King que mon beau-frère avait amené à la maison familiale afin de nous le faire connaître davantage suite à l’annonce de son décès sur les ondes radiophoniques de ce temps. Ce fut-là un bon coup de maitre de la part de Danny F.

En compagnie des jumelles Barnabé

En compagnie des jumelles Barabé

Un autre coup de maître est la présence des jumelles Sabrina et Stéphanie Barabé. Ces dernières , qui sont des femmes d’une grande beauté, ont participé à l’émission populaire La Voix. Elles sont devenues la coqueluche du grand public. Je me considère privilégié car j’ai eu la chance inouïe de discuter avec elles. Elles étaient assises tout juste derrière votre humble serviteur. Soyez rassurés-es! Je n’ai nullement eu l’intention de les importuner pendant le spectacle. Mais, quelques mots durant l’entracte n’étaient pas défendus. Leur beauté remarquable n’a d’égale que leur authenticité.  C’est ainsi qu’elles ont accepté ma requête d’être photographiées en ma présence. Faisant ainsi de moi un homme comblé! Il serait bien de prendre note que les jumelles Barabé ont interprété, pour le grand plaisir du public, deux chansons sublimes où leurs voix ont été mise à l’honneur.

Que puis-je conclure de cette soirée? Tout simplement qu’elle restera longtemps dans mon coeur. En effet, elle fait maintenant partie de ces moments qui rendent la vie si magnifique, si intense et si précieuse. Vous savez?! Cette vie si riche par la seule présence de gens extraordinaires tel que notre ami Danny Fontaine.

Reste comme tu es et tu iras loin.

Bravo Danny!

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Voici un aperçu de son grand talent.

Critique sur un spectacle particulier: Carte blanche de « Corps of walk » 2

Seconde partie :

Que puis-je dire et, surtout, pourquoi le dire ainsi?

 

Le Grand Théâtre de Québec

Bonjour à vous!

J’ai décidé de rédiger mon opinion sur le spectacle intitulé Carte blanche  offert par « Corps of walk » au Grand Théâtre de Québec ce mardi 26 février 2013. Pourquoi ne pas attendre à demain pour écrire sur le sujet? Tout simplement parce que, comme dit si bien le proverbe, il faut battre le fer pendant qu’il est chaud. Il y a aussi le fait que je suis grandement influencé par les nombreuses réactions, soyez sans craintes elles ont été très positives dans leur ensemble, à l’égard de cette troupe de danseurs et de danseuses extraordinaires.

WP_20130226_005 (3)Le qualificatif extraordinaire est fort approprié pour décrire à la fois la qualité de la prestation artistique et l’unicité du spectacle. Il faut le reconnaître, un tel spectacle ne se voit pas très souvent dans la vieille Capitale sans oublier qu’il a été offert par une troupe de la Norvège. Il est impératif de prendre note qu’aucune référence ne semblait correspondre à ce que les spectateurs avaient déjà assisté dans le passé. C’est du moins ce que plusieurs personnes m’ont candidement avoué, presque avec une certaine gêne, lorsqu’elles m’ont fait part de leurs commentaires.

Personnellement, je n’ai jamais de mémoire assisté à un tel spectacle où une forme de nudité s’incruste en parfaite harmonie avec une musique sortie tout droit du style psyché rock qui fut jadis popularisée par Pierre Henry. Fait étrange! La chanson Messe pour un temps présent ne cessait de tourner dans ma tête me rappelant ainsi ma défunte mère de baisser le volume du tourne-disques lorsque l’un de mes frères osa faire tourner une telle œuvre avec un volume un peu trop élevé au goût de cette dernière.

https://www.youtube.com/watch?v=qssa6ec7faQ

L’effort soutenu des danseurs et des danseuses doit être ici souligné. À vrai dire, j’ai été ébahi et, à voir les réactions des gens qui m’entouraient, je n’étais pas le seul. Mais, il n’y avait pas que l’effort qui nous avait épatés. Le rythme de la chorégraphie, l’harmonie des mouvements de chacun(e) des  artistes sur la scène, la spontanéité de chaque mouvement et qui témoignait des heures de répétition et d’un travail que je qualifierais de monastique, et, pour finir, un choix musical qui hypnotisait le public, ont fait de ce spectacle un petit délice que j’ai fort dégusté à chaque seconde qui s’écoulait.

Une séance d'information avant le spectacleLe fait d’être arrivé longtemps à l’avance m’a permis de mener une petite enquête sur les attentes des gens. Ce qui m’a le plus amusé, sans méchanceté aucune de ma part, c’est que la grande majorité des personnes avec qui j’ai eu l’opportunité de discuter ignorait à quoi s’attendre d’une telle prestation artistique. Après tout, voir des artistes réaliser des chorégraphies tout en étant nus est un événement  rarissime dans la vie de la plupart d’entre nous.

WP_20130226_007 (3)J’ai eu l’idée formidable de louer une paire de jumelles afin de me permettre de mieux contempler d’une part, la gracieuseté corporelle des artistes sur scène et, d’autre part, la perfection de chacun de leurs mouvements. Savez-vous quoi? Le corps humain est l’exemple parfait de ce qu’est un chef d’œuvre authentique. Il est à la fois beau, noble, grandiose et digne de respect. Une chose que nous semblons oublier c’est qu’aucune réalisation humaine n’est aussi remarquable qu’un physique sans défaut. Oui, je suis très physionomiste. Je l’assume car c’est pour cette raison que je peux voir la beauté du corps humain bien au-delà de la force brute que la plupart des médias de masse, entre autres les revues sportives, sont enclins à nous montrer afin d’augmenter leurs sources de revenus. De plus, avoir un  corps parfait n’est point un crime tout comme le fait d’en avoir un atteint d’un handicap quelconque n’est pas non plus un péché.

Que puis-je dire sur ce que j’ai vu à travers les lentilles de mes jumelles? De la beauté à l’état pur! Une beauté qui se manifestait notamment par les mouvements réalisés avec une aisance incroyable par chaque figurant , mais aussi, et je n’ai point de honte à l’écrire, par la perfection des corps. En réalité, il fallait que je jette un coup d’œil de temps à autres sur tous ces corps  afin d’avoir, ensuite, une vision plus juste du spectacle. Si vous préférez, il m’avait paru bon de regarder de près chaque participant pour mieux saisir la vision panoramique du groupe.

Y a-t-il des points négatifs sur ce spectacle? Ici, les points négatifs ne relèvent en aucune façon sur la prestation des participants. Bien au contraire! Ils ont mérité amplement chaque applaudissement que lui a offert le public chaleureux de Québec.  De mon point-de-vue, je crois que les points négatifs résident surtout dans le fait que  l’on ne pouvait pas tellement savoir à quoi s’attendre et, encore moins, de la raison pour laquelle un tel spectacle ne durait pas plus d’une heure.

De tels points négatifs pouvaient être aisément résolus d’une part, en mettant à nu nos idées préconçues sur la danse moderne de style européen et, d’autre part, en se mettant à la place des danseurs qui ont offert une prestation fantastique, et ce, sans prendre une seconde de repos. Un travail collectif colossale!

En terminant ce présent article, je félicite la direction du Grand Théâtre de Québec d’avoir invité cette troupe de la lointaine Norvège qui a su, j’en suis tout à fait convaincu, ne laisser personne indifférente face à leur performance fort remarquable.

Merci de m’avoir lu.

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada