Archives

L’importance de la verge dans le domaine de la nudité artistique

18834733_10154940474343462_106436028_n

L’importance de la verge dans le domaine de la nudité artistique

Bonjour tout le monde,

18685527_10154922784478462_810170271_nIl me fait plaisir aujourd’hui d’un sujet quelque peu spécial puisqu’il existe un grand tabou en ce qui le concerne. À vrai dire, c’est un sujet qui relève d’une perspective tant à la sexualité qu’à la masculinité au sens global. En effet, nul n’est sensible à ce que l’on peut trouver sur le web et qui, force est d’admettre, est loin d’être honorable. Bref, le sujet de cet article est nul que le sexe masculin communément pénis, verge et autres mots plutôt vulgaires auxquels je me refuse de nommer par respect pour mon blogue artistique.

J’ai décidé, pour ce faire, de republier un texte trouvé via le réseau social Facebook plus précisément sur l’un des groupes dont je suis membre. Vous noterez que ledit texte est ré écrit en noir et blanc et qu’un lien menant vers la source se trouve en annexe. Bien entendu, tout ceci est pour respecter le droit d’auteurs en matière légale.

Je vous souhaite une agréable lecture et vous remercie pour votre assiduité.

Sincèrement vôtre

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Pourquoi les statues antiques ont souvent des petits sexes ?

Vous l’avez surement remarqué lors de votre dernière visite au Louvre, les statues des sections grecques et romaines ont plus l’air de sortir d’une baignade dans la Manche au mois de février que de Rocco Siffredi.

Mais comment expliquer cette passion antique pour les petits sexes ? Une vidéo du NYMag.com publiée sur Facebook donne des éléments de réponse. Selon l’historienne de l’art Ellen Oredsson: “Dans la Grèce antique, les gros sexes étaient associés à la bêtise, la lubricité et la laideur. Plus le pénis était petit, plus son propriétaire était considéré comme rationnel et intellectuel. Ils pensaient qu’un homme avec un sexe plus petit allait être moins enclin à s’en servir en lieu et place de son cerveau.”

Dans une interview réalisée par Rue 89 en 2012, l’historien Thierry Eloi explique le rapport au sexe dans la Rome antique. Selon lui, dire “Ce type a une grosse bite” est une insulte. Un gros pénis était perçu comme une disproportion du corps, un canon de beauté bien éloigné de ceux d’aujourd’hui et de la sempiternelle question “est-ce que la taille compte?”

Une approche différente du sexe

Toujours dans cette interview, Thierry Eloi détaille une sexualité antique, bien différente de la nôtre. A Rome, le plaisir ne passe pas par la pénétration de “l’intérieur du corps“, considéré comme quelque chose de sale, mais par « ce qui fait la beauté décente du corps : la peau ». Le plaisir réside dans le fait d’embrasser quelqu’un, dans “l’échange de souffle” et non dans l’éjaculation. Une recherche de jouissance qui se pratique entre hommes libres et esclaves lors des banquets.

L’historien ne parle quasiment que des hommes, car une femme qui n’est pas esclave n’est pas censée ressentir de plaisir. « Elle est éduquée à ne pas en avoir », en effet, à Rome, la femme est là pour la reproduction. Le sympathique synonyme de femme libre étant « le ventre ». Cela est vrai au point que des hommes sont passés devant un tribunal pour trop aimer « le corps de leur femme ». On leur conseille donc d’aller voir des prostituées, une activité considérée comme beaucoup plus saine que de faire l’amour avec celle que l’on a épousée. « Le lupanar sert à réguler le déversement du sperme et des humeurs » auprès d’hommes ou de femmes non libres, le faire avec son épouse serait  la considérer « comme une esclave ».

Le seul moment ou il est acceptable de le faire avec sa femme est pour procréer dans un rapport se limitant à un simple « déversement spermatique ». Le sexe en couple est une pratique civique destinée à créer de nouveaux citoyens, souvent assimilée à une corvée donnant « mal au dos » et « des boutons ». Une approche différente on vous disait.

Par Anne-Charlotte Dancourt

Source : http://mobile.lesinrocks.com/2016/07/news/statues-ont-souvent-petits-sexes/

Qui a dit qu’il fallait avoir un corps parfait ?

Qui a dit qu’il fallait avoir un corps parfait ?

Bonjour tout le monde,

J’espère que tout se passe bien pour vous. Pour ma part, j’ai passé un dimanche très reposant en compagnie de ma minette Plume tout en regardant quelques films à la télévision. Holàlàlà ! Cela m’a fait beaucoup de bien de me changer les idées. Je ne vous cacherais pas que j’ai en quelques occasions pensé à écrire un second billet sur les propos controversés d’une chroniqueuse fort populaire au Québec. Non pas écrire un billet pour dénoncer ses propos. Après tout, la liberté d’expression est consentie dans les constitutions tant québécoise que canadienne en tenant compte des modalités légales.

J’ai donc songé à trouver une vidéo sur laquelle un modèle vivant, de surcroît de sexe féminin, s’est exprimée sur son rôle au sein de la société. Or, ce modèle vivant possède un surplus de poids, avouons-le, bien visible. Ce qui n’empêche pas d’une part, de pratiquer sa profession de manière noble et empreinte d’une grande sérénité et, d’autre part, de permettre aux artistes, amateurs ou professionnels, de trouver de la beauté sur son corps malgré le fait qu’il soit loin de ce que l’on est en droit de s’attendre selon les critères de beauté de certaines personnes au sein de notre société.

Je suis heureux de vous présenter une telle vidéo.

Merci de m’avoir lu !

Bon visionnement !

RollandJr St-Gelais Québec (Québec) Canada

Le hasard fait bien les choses.

19601516_1964311793799921_4920796799856431853_n

Renée-Rose Pelletier-Martineau (artiste) et votre humble serviteur

Le hasard fait bien les choses.

Bonjour,

19247901_1964311660466601_2719506659746753434_nVous savez que j’adore alimenter mon blogue artistique afin de le rendre à la fois instructif et intéressant. Voilà pourquoi j’y publie divers articles portant sur ma passion en tant que modèle nu que sur la poésie et la photographie. Par ailleurs, je tente par tous les moyens mis à ma disposition pour trouver des sujets dignes d’intérêts. Je pense notamment à visiter des galeries d’art à la recherche de ce petit quelque chose qui inciterait votre curiosité, surtout si le thème de la nudité artistique y est présent. Il va de soi qu’être à l’affût d’événements artistiques d’envergure régionale ou internationale sans oublier mes nombreux contacts sur les réseaux sociaux du web constitue un élément important dans le succès de mes recherche. D’ailleurs, c’est grâce à la page Facebook de la galerie d’arts « Alfred-Pellan » que j’ai pris connaissance d’un tel vernissage.

C’est ainsi que j’ai profité d’un vernissage présenté au sein de la galerie d’arts « Alfred-Pellan » de Québec pour tenter d’y découvrir de véritables petits chef-d’œuvres réalisés par des artistes aux talents, c’est le moins que je puisse dire, remarquables. Toutefois, serait-ce par mon intérêt pour le nu ou bien suite à mon expérience personnelle de modèle vivant ?, une artiste-peintre est sortie du lot. En effet, je n’ai que de l’admiration pour cette grande dame qui a su de manière plus que respectable transposer la vie de ses modèles vivants sur du bois mort. Deux mots complémentaires que sont « vie » et « mort » et qui, par l’entremise des mains de madame Renée-Rose P.-M., furent à l’origine d’œuvres artistiques tout à fait dignes de mention.

Il m’est impossible de nier que le fait de trouver quelques-unes de ses19642333_1964311680466599_3348242670596018282_n créations faites avec des modèles nus féminins a été un facteur incitatif dans ma démarche de faire plus ample connaissance avec cette artiste. Au fil de notre discussion, nous avons convenus que le domaine des arts, même si elle se trouve derrière le tableau et moi devant, relève presque de la vocation. Une vocation qui se vit au quotidien, qui vibre à chaque seconde de notre existence et qui tente avec une passion fébrile de se transmettre à nos semblables. Il est ici à noter qu’une telle transmission peut se faire de multiples façons. L’on a qu’à penser au domaine musical où des centaines de jeunes gens, et parfois des moins jeunes, essayent de connaître le succès. Il en est de même du théâtre, du cinéma et bien d’autres activités artistiques. Mais, comme dit si bien un homme célèbre dans l’histoire de l’humanité né en Palestine, il y a beaucoup d’appelés mais peu d’élus.

19511177_1964311710466596_3145573755220110355_nPersonnellement, j’ai adoré discuter avec cette artiste. C’est ainsi qu’elle m’a appris qu’elle sera en Europe, plus précisément au Louvre de Paris, lors d’une exposition qui se tiendra du 7 au 10 décembre prochain. « Wow! » me suis-je alors dit. Quelle chance inouïe de rencontrer une telle artiste, au sein même de mon beau Québec que j’aime tant, qui exposera dans ce haut-lieu de l’art. Avouons-le ! Le Louvre est au domaine artistique ce que le Vatican est au catholicisme. Les deux sont devenus au fil des siècles le symbole par excellence du champ qui leur est dévolu. Dans le cas du nu artistique, je peux affirmer avec certitude que cette artiste possède un sens inouï à la fois du détails mais aussi d’une patience que je qualifierais de monastique. D’ailleurs, vous pouvez vous-mêmes le constater en regardant ces quelques photos, lesquelles ont été prises avec sa permission pour fin d’utilisation au sein de mon blogue, où minutie et beauté vont de pairs dans chacune d’entre elles.

Je tiens à vous informer que par un souci de respect du droit d’auteur à son égard qu’un lien menant vers son site professionnel se trouve en annexe du présent article. C’est ainsi que vous trouverez plus amples détails sur cet artiste et sur son projet de présentation au Louvre de Paris. N’hésitez surtout pas à l’encourager.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Site officiel: http://www.reneerose.com/fr/reneerose.html

Site de la campagne de financement: http://www.reneerose.com/fr/reneerose_contact.html

En mon absence…

Capture

En mon absence de mon blogue:

Une photo qui n’est pas du goût de tous.

Se séparer de ses vêtements et poser dans le plus simple artifice, une habitude pour cette bombe néo-zélandaise de 25 ans répondant au nom de Jaylene Cook. De retour sur ses terres natales, la playmate s’est lancé un défi de taille, celui de gravir le mont Taranaki, qui culmine à plus de 2500m, accompagnée de son chéri. Une mission accomplie non sans douleur, ce qu’elle a tenu à célébrer de façon originale (pas tant que cela pour elle).

Fière de sa performance, Jaylene Cook a partagé une photo de sa silhouette après son éprouvante ascension. Alors qu’un équipement de randonnée aurait été de rigueur, chaud qui plus est par les -11°C annoncés par le modèle de Playboy, pas du tout. C’est totalement nue, simplement chaussée d’une paire de baskets, que la playmate s’affiche de dos, surplombant les nuages. « Nous l’avons fait !! C’est de loin la chose la plus dure que j’aie jamais faite ! Aussi bien mentalement que physiquement. Deux minutes après avoir quitté le parking, je souffrais déjà, je transpirais et j’étais prête à rebrousser chemin. Mais c’est incroyable ce que vous pouvez accomplir avec avec l’encouragement et le soutien de votre partenaire !« , a-t-elle commenté sur sa page Instagram.

Source: http://www.purepeople.com/article/une-playmate-pose-nue-en-haut-d-une-montagne-et-fait-scandale_a233872/1

À l’occasion du vernissage « Décadré »

18010707_1259825327468890_7074810042241770762_n

À l’occasion du vernissage « Décadré »

La censure, avec l’intention de contrôler et de supprimer, est immorale.

-Dalaï-Lama

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon cœur que vous allez bien. Pour ma part, je me relève d’un problème de santé qui a bousculé mon quotidien de manière assez importante. Toutefois, tout semble se régler graduellement. Après tout, Rome ne s’est pas bâti en un jour. Laissons donc le temps suivre son cours et tout ira mieux. 

New Image103Sous un autre ordre d’idées, vous le saviez probablement déjà, j’avais participé en la fin de 2016 à une séance de nudité artistique à laquelle un jeune étudiant en photographie, du nom de Simon Douville, m’avait invité dans le cadre de son projet de fin d’année intitulé «Décadré». Une telle invitation m’avait fait grandement plaisir pour deux raisons majeures. En premier lieu, il m’est un devoir de venir en aide à tout artiste qui désire explorer des avenues susceptibles de remettre en question nos idées sur notre monde environnant. Et, en second lieu, favoriser les échanges entre l’artiste et votre humble serviteur. Des échanges pouvant porter bien entendu sur le monde de la nudité artistique, mais également sur des sujets divers tels que la conception du monde, sur l’évolution social et encore bien d’autres.

Bref, c’est avec une grande joie que nous avons travaillé ensembleNew Image97 dans le but de produire un résultat susceptible soit, de plaire au grand publique, soit de susciter des interrogations auprès du plus grand nombre possible. Allons-nous réussir à atteindre ce double objectif ? Qui plus est! Comment Simon Douville allait-il juxtaposer les quelques photos choisies parmi toutes celles faites en cette après-midi, croyez-moi sur parole qu’il y en a eu plus ce à quoi on s’y attendait, au sein du lot des autres participants qui ont voulu aussi y collaborer ? Et, le plus important, quel est le message que ce jeune photographe voulait-il transmettre chez le public-cible ? Que de questions aux multiples réponses.

New Image98Un élément important à retenir ! Simon Douville a subi une censure de la part des professeurs sur certaines de ces œuvres artistiques. Pour quels véritables motifs ? Avaient-ils raison ou pas d’avoir agis ainsi ? Quelle image renvoient-ils auprès du public présent en salle lors dudit vernissage ? Je ne crois pas avoir le droit d’émettre mon opinion sur le sujet. Après tout, j’ai servi de modèle nu pour son projet et mon rôle doit s’arrêter là. Par contre, la censure est une lame à double tranchant. En effet, à trop vouloir protéger le peuple contre lui-même, on en vient à l’infantiliser, l’empêchant ainsi à franchir le pas menant vers un monde plus adulte et responsable. Enfin, je ne ferai pas le monde. Ce qui est fait a été fait.

J’ai beaucoup aimé participer à un tel vernissage puisque d’une part,New Image99 l’opinion des gens rencontrés à cette occasion a été somme toute favorable à la démarche de Simon Douville. J’imagine qu’il y a bien eu des voix dissidentes, mais c’est leur droit le plus stricte. Ne vit-on pas dans une démocratie? D’ailleurs, plusieurs personnes m’ont d’une part félicité pour ma participation à un tel projet, même si la majorité d’entre elles savaient que je suis modèle nu pour des écoles d’art et des artistes tant à Montréal qu’à Québec, et d’autre part, pour me dire qu’elles ont été émues par mon texte de réflexion sur ma perception de mon corps et surtout sur le fait que je ne me voyais pas comme une victime de la vie. Bien au contraire !

Quelles réponses puis-je apporter aux questions posées en début d’article ? Je l’ignore totalement. Pour être franc avec vous, il y a fort probablement autant de réponses à ces questions qu’il y a eu de visiteurs venus assister à ce vernissage. Un vernissage où la diversité était de mise.

Merci infiniment de m’avoir lu !

Portez-vous bien.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Un bonjour printanier

New Image72

Un bonjour printanier

Bonjour tout le monde,

New Image73J’espère que vous allez bien et que le début du mois d’avril se déroule de façons agréables pour vous tous. De mon côté, ma vie est belle avec les activités auxquelles j’assiste soit en tant que simple spectateur ou bien en tant que participants. Comme je l’ai auparavant mentionné dans l’un de mes articles, je suis allé à un événement festif du nom de « Nadeshicon » lequel se déroula à l’université Laval de Québec ce week-end.

17629912_10154604006202523_6639232849326493997_nUn festival riche en couleurs et en variétés où la culture de la bande dessinée, appelée le 9e art, japonaise était tout particulièrement à l’honneur. Que de costumes magnifiques ! Que d’heures de travail je pouvais à peine imaginer en les regardant ! Quelle imagination débordante ! Quelles œuvres d’arts remarquables les spectateurs pouvaient-ils admirer chez les nombreux artistes qui y exposèrent leurs créations ! Bref, il était impossible pour quiconque de rester de marbre devant autant d’originalité laquelle avait réussi en maintes occasions à faire vibrer les cordes sensibles de votre humble serviteur.

17630139_10154604006467523_7203988628621186490_nQui plus est, j’ai eu la chance de réaliser quelques photos de plusieurs des créations artistiques, en l’occurrence des tableaux dessinés par des artistes chevronnés dans leurs domaines respectifs, présentés au sein de certains kiosques. Je pense notamment à des dessins qui m’ont beaucoup interpelé soit par leur caractère fantaisiste ou bien par l’imagination qui a émergé en mon esprit. C’est le cas notamment de deux dessins réalisés par deux artistes différents dont celui de la « charmante » petite veuve noire qui semble nous inviter à boire le thé en sa compagnie ou bien le jeune17499084_10154604006427523_1852468965141596203_n chevalier chevauchant le Phoenix pour, peut-être, retrouver sa bien-aimée. Deux dessins aux concepts diamétralement opposés mais tout aussi agréables à regarder. N’est-ce pas ?! D’ailleurs, j’ai profité de l’occasion pour me procurer quelques t-shirts aux couleurs rarissimes en magasins. En résumé, mon désir d’y trouver quelques pièces intéressantes a été plus que comblé.

12675129_10154724094679657_765136332_oÀ part çà ? Quoi de neuf ? Je vous annonce avec une grande fierté que je serai parmi les modèles nus dans une séance de nudité artistique qui aura lieu dans les environs de Montréal le 6 mai prochain. Une telle séance servira à une éventuelle exposition organisée par une photographe du nom de Gabrielle D. dont le thème sera sur la diversité des corps dans sa plus simple expression, sans maquillage et au naturel. J’avoue que je ne compte plus mes nuits avant la journée prévue tellement j’ai hâte de vivre, plutôt de revivre, une telle expérience. Faut-il rappeler ma participation en quelques occasions dont, entre autres, avec Richard N. et Jérôme B., dont les résultats ont été fort appréciés auprès d’un public averti ?! Croyez-moi sur parole ! Je donnerai le meilleur de moi-même comme je l’ai toujours fait dans ce domaine. C’est, à vrai dire, plus qu’un domaine. Je dirais même une philosophie, une manière d’être et de vivre. Vivre dans une authenticité complète et sereine. Une chance que peu de gens ont de nos jours. 

Il va de soi que d’ici-là, je continuerai à enrichir mon blogue dédié tant à ma passion en tant que modèle nu, à la poésie laquelle est très appréciée par bon nombre d’entre vous et, finalement, à la photographie qui est sans contredit le meilleur moyen de vivre et de saisir l’instant présent. Bien entendu qu’avenant le cas où de nouvelles opportunités d’être modèle nu s’offrent à moi, je les accepterai volontiers.

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Une belle découverte

New Image66

Une belle découverte

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que le poisson d’avril ne vous a pas joué de mauvais tours en cette journée où, semble-t-il, tous les coups, les drôles et les moins drôles, sont permis. De mon côté, ce fut une journée passée sous le signe de découvertes en découvertes à l’occasion d’une activité qui se déroula au pavillon Alphonse Desjardins de l’université Laval de Québec. Vous le saviez peut-être déjà, mais j’ai pris l’habitude de participer à la convention du Nadeshicon qui a lieu à chaque année dans la belle ville de Québec.

New Image66Une telle convention me permet de voir, et dans certains cas d’admirer, plusieurs cosplayers qui y sont venus pour présenter leurs costumes de leurs héros préférés. Il va sans dire que lesdits héros proviennent souvent des bandes dessinées issues du milieu culturel japonais. Comme quoi, le pays du soleil levant brille de tous ses feux au sein même de la société québécoise. Et puis ? Pourquoi pas ?! Je me souviens lorsque j’étais enfant, il y a de cela très longtemps, où quelques-uns de mes tout-premiers héros provenaient de l’imaginaire nippon. Qui n’a pas connu, du moins entendu parler, le fameux Ultraman qui protégeait la terre contre les forces obscures du cosmos ?

Une autre raison qui m’incite à participer à une telle convention résideNew Image67 dans le fait que l’opportunité d’y déceler de véritables petits trésors de créations artistiques y est très élevée. Qui plus est! De telles réalisations ont souvent été faites avec très peu de moyens démontrant ainsi la force incroyable de l’imagination chez le cosplayers. Comme quoi l’essentiel est de faire le mieux avec ce que l’on a. Voilà pourquoi, mon plaisir de déambuler au sein des allées où se trouvent les kiosques afin de prendre en photos, avec leur autorisation bien entendu, les personnes qui y sont costumées ou bien qui y présentent leurs œuvres artistiques, était vraiment énorme. Vous pouvez me croire sur parole !

New Image68En effet, je suis sans cesse ébahi tant par la diversité des costumes que par l’ensemble des œuvres d’arts qui se trouvent dans les kiosques de présentation lesquels servent à la vente. Il faut bien que les artistes puissent avoir une certaine source de revenus afin de pouvoir continuer dans leurs domaines respectifs. N’est-ce pas?! Néanmoins, c’est presque toujours par le pur hasard que je découvre, un peu comme une perle précieuse se trouvant dans le fond de l’océan, LA cosplayer qui a réussi à émerger de tout ce tumulte.

Vous pouvez être convaincus que je n’ai pas hésité une seule seconde àNew Image69 demander, avec une grande délicatesse et sans pression aucune, à cette charmante dame sa permission de la photographier afin d’immortaliser notre rencontre à cette convention haute en couleurs du Nadeshicon de Québec. C’est avec un beau sourire qu’elle accepta ma requête au plus grand bonheur de votre humble serviteur. Je profite de ce moment pour la remercier bien chaleureusement, non seulement de sa gentillesse à mon endroit mais aussi pour son autorisation à utiliser les photos prises lors de notre rencontre au sein de mon blogue artistique dédié à mes passions de modèle nu, à la poésie et, dans le cas présent, le domaine de la photographie.

Merci chère Marie-Lou Ferland pour votre collaboration que j’apprécie beaucoup.

Merci à vous de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada