Archives

Pour bien débuter la semaine

 

Quiétude transalpine II par Eri Kel de la France

Réalisation de Eri Kel de la France

 

Pour bien débuter la semaine

Bonjour tout le monde,

J’espère que tout se passe bien pour vous et que la grisaille de l’automne ne vous accable par trop. Pour ma part, je vais bien même si la carence de soleil se fait quelque peu sentir. Fort heureusement, la période des fêtes se pointe le bout de son nez et que bien des projets de nudité artistique auront lieu dans les prochains jours. Ces projets auront lieu respectivement à Montréal le 22 et à Shawinigan le 29 de ce mois. Qui plus est ! Un projet de grande envergure est en cours de développement pour 2018. Un projet qui risque d’être quelque peu différent de ce que l’on est habitué de voir ou de découvrir depuis le tout début de ce blogue consacré à la nudité artistique, à la poésie et à la photographie.

Sous un autre ordre d’idée, j’ai décidé de vous présenter un magnifique dessin réalisé par mon ami Eri Kel, artiste de la France, qui ne cesse de m’émouvoir à chaque fois où il publie ses oeuvres au sein du groupe Facebook intitulé  » Le nu en dessin … et autres ». Personnellement, ses réalisations démontrent à la perfection que l’art du nu s’harmonise de manière fort judicieuse avec l’art de la simplicité. Rien de superflu ! Tout est clair et limpide ! Quelques coups de crayons faits ici et là, puis là et encore ici. Et puis ? Hop ! Le tour est joué.

Le résultat est dans son ensemble tout à fait exceptionnel. En effet, on peut entrevoir le coup d’œil de l’artiste à chaque fois qu’il glissa son crayon sur la toile. Un crayon qui transposa la silhouette de cette femme favorisant ainsi la découverte qu’en a l’auteur. N’oublions pas que l’oeuvre finale est justement ce que l’auteur voit, ressent, explore lorsqu’il pose son regard sur la nudité du modèle. En effet, un modèle peut poser pour une multitude d’artistes, que ce soit en groupe ou lors de séances privées, et aucun d’entre eux aura la même vision de la réalité. Ce qui donne en partie raison à un certain procurateur romain lorsqu’il répondit à un judéen originaire de Nazareth il y a de cela très longtemps : « Qu’est-ce que la vérité ? »

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Parfois, le silence en dit plus …

23000037_10155978985418919_3937525320509549376_o

 

Magnifique dessin de Eri Kel de la France

 

 

Parfois, le silence en dit plus …

 

 » Oui, parfois il est inutile d’en dire plus. Oui, parfois il est superflu de vouloir s’exprimer d’avantage. Oui, parfois une image vaut mille mots. Bien des mots qui ne peuvent décrire la beauté. La beauté de la nudité et de la sensualité exemptes de vulgarité. Quelques coups de crayons qui en disent plus que milles paroles. « 

de

RollandJr St-Gelais Québec (Québec) Canada

Rencontre avec des modèles …

 

 

Rencontre avec des modèles qui acceptent de poser nus lors des ateliers à la Maison des associations

Transposée dans le domaine de l’art, la nudité se déleste des préjugés qui lui collent à la peau. Elle devient alors un support, un moyen d’expression qui créé une symbiose entre l’artiste et son modèle.

«Trop souvent dans l’esprit des gens, la nudité est assimilée à la sexualité. Mais quand on dessine, on est très loin de ça. » Président de l’association de l’Atelier de modèle vivant du Saint-Amandois, Cyrille Auvity propose des cours de dessins à partir de modèles, hommes ou femmes, nus.

« C’est un nu naturel »

Cette démarche artistique suscite souvent la curiosité du grand public. « Quand on parle de modèle vivant, on a régulièrement des regards interloqués, curieux et des remarques qui renvoient à la sexualité. » Des réactions qui sont pourtant à l’opposé d’une réalité artistique où modèles et dessinateurs entrent dans une démarche commune guidée par le respect.

« Je n’ai jamais entendu une seule blague grivoise, confie Cyrille Auvity qui est également dessinateur. C’est beaucoup plus respectueux que sur une plage. Il y a un véritable échange entre les artistes et leur modèle. »

Christian Dehaene, modèle masculin depuis une vingtaine d’années, confirme cette notion d’union.

« Le nu, c’est secondaire. Être modèle, c’est être un acteur qui parle avec son corps. Quand on pose, il faut avoir une expression, un mouvement pour communiquer avec les artistes. Le visage doit être en adéquation avec le corps. Il y a une expression qui passe, c’est très important. » Si certains modèles posent occasionnellement, Christian Dehaene en a fait son métier, s’imposant une bonne hygiène de vie. « Il faut être très physique, confie le modèle. Je suis spécialisé dans la pose longue debout. Les appuis comptent beaucoup, c’est très technique, il ne faut pas avoir de crampe. »

Tatouage, piercing, bronzage, hématomes, etc., il s’interdit toutes traces étrangères sur le corps. Quant à la gêne de poser nu, il avoue ne pas la ressentir. Au contraire. « Je suis plus à l’aise nu qu’habillé. C’est un nu naturel. Je suis dans mon élément. »

Une aisance pas forcément donnée à tout le monde, comme en témoigne Nathalie Bauche, qui a posé nue pour la première il y a deux ans. « Au début, on a très chaud, on est très gêné, relate la quadragénaire. Après, on est dans le bain, on arrive à se mettre à l’aise, les positions viennent naturellement. » En posant nue, la Saint-Amandoise ressent une grande liberté et arrive à prendre davantage conscience de son corps. « À la fin de la séance, je suis émue de me voir sur une toile. On voit son corps autrement que sur une photo. »

Des modèles saint-amandois, Cyrille Auvity n’en trouve que peu. « Dans les petites villes comme la nôtre, c’est un peu compliqué car tout le monde se connaît. Les personnes qui seraient intéressées ont peur de se retrouver face à des gens qu’ils connaissent. » La compensation financière de 20 euros de l’heure pour les modèles de l’Atelier saint-amandois peut parfois les motiver à franchir le cap.

« Il y a un véritable échange entre les artistes et leur modèle »

« J’ai parfois des étudiants en BMA (Brevet des métiers d’art au lycée Jean-Guéhenno NDLR) qui ne sont pas de Saint-Amand. » Quant à l’âge et aux critères physiques requis pour être modèle, il n’y en a pas. « Tout est intéressant à dessiner, confie Cyrille Auvity. Les critères physiques de la beauté tels qu’on les connaît aujourd’hui ne sont finalement pas très appropriés pour le dessin. Une fille très mince n’est pas facile à dessiner, il n’y a pas de formes, les ombres ne s’accrochent pas dessus. »
Marion Lapeyre

Source : http://www.leberry.fr/saint-amand-montrond/loisirs/art-litterature/2017/10/16/rencontre-avec-des-modeles-qui-acceptent-de-poser-nus-lors-des-ateliers-a-la-maison-des-associations_12591525.html

L’importance de la verge dans le domaine de la nudité artistique

18834733_10154940474343462_106436028_n

L’importance de la verge dans le domaine de la nudité artistique

Bonjour tout le monde,

18685527_10154922784478462_810170271_nIl me fait plaisir aujourd’hui d’un sujet quelque peu spécial puisqu’il existe un grand tabou en ce qui le concerne. À vrai dire, c’est un sujet qui relève d’une perspective tant à la sexualité qu’à la masculinité au sens global. En effet, nul n’est sensible à ce que l’on peut trouver sur le web et qui, force est d’admettre, est loin d’être honorable. Bref, le sujet de cet article est nul que le sexe masculin communément pénis, verge et autres mots plutôt vulgaires auxquels je me refuse de nommer par respect pour mon blogue artistique.

J’ai décidé, pour ce faire, de republier un texte trouvé via le réseau social Facebook plus précisément sur l’un des groupes dont je suis membre. Vous noterez que ledit texte est ré écrit en noir et blanc et qu’un lien menant vers la source se trouve en annexe. Bien entendu, tout ceci est pour respecter le droit d’auteurs en matière légale.

Je vous souhaite une agréable lecture et vous remercie pour votre assiduité.

Sincèrement vôtre

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Pourquoi les statues antiques ont souvent des petits sexes ?

Vous l’avez surement remarqué lors de votre dernière visite au Louvre, les statues des sections grecques et romaines ont plus l’air de sortir d’une baignade dans la Manche au mois de février que de Rocco Siffredi.

Mais comment expliquer cette passion antique pour les petits sexes ? Une vidéo du NYMag.com publiée sur Facebook donne des éléments de réponse. Selon l’historienne de l’art Ellen Oredsson: “Dans la Grèce antique, les gros sexes étaient associés à la bêtise, la lubricité et la laideur. Plus le pénis était petit, plus son propriétaire était considéré comme rationnel et intellectuel. Ils pensaient qu’un homme avec un sexe plus petit allait être moins enclin à s’en servir en lieu et place de son cerveau.”

Dans une interview réalisée par Rue 89 en 2012, l’historien Thierry Eloi explique le rapport au sexe dans la Rome antique. Selon lui, dire “Ce type a une grosse bite” est une insulte. Un gros pénis était perçu comme une disproportion du corps, un canon de beauté bien éloigné de ceux d’aujourd’hui et de la sempiternelle question “est-ce que la taille compte?”

Une approche différente du sexe

Toujours dans cette interview, Thierry Eloi détaille une sexualité antique, bien différente de la nôtre. A Rome, le plaisir ne passe pas par la pénétration de “l’intérieur du corps“, considéré comme quelque chose de sale, mais par « ce qui fait la beauté décente du corps : la peau ». Le plaisir réside dans le fait d’embrasser quelqu’un, dans “l’échange de souffle” et non dans l’éjaculation. Une recherche de jouissance qui se pratique entre hommes libres et esclaves lors des banquets.

L’historien ne parle quasiment que des hommes, car une femme qui n’est pas esclave n’est pas censée ressentir de plaisir. « Elle est éduquée à ne pas en avoir », en effet, à Rome, la femme est là pour la reproduction. Le sympathique synonyme de femme libre étant « le ventre ». Cela est vrai au point que des hommes sont passés devant un tribunal pour trop aimer « le corps de leur femme ». On leur conseille donc d’aller voir des prostituées, une activité considérée comme beaucoup plus saine que de faire l’amour avec celle que l’on a épousée. « Le lupanar sert à réguler le déversement du sperme et des humeurs » auprès d’hommes ou de femmes non libres, le faire avec son épouse serait  la considérer « comme une esclave ».

Le seul moment ou il est acceptable de le faire avec sa femme est pour procréer dans un rapport se limitant à un simple « déversement spermatique ». Le sexe en couple est une pratique civique destinée à créer de nouveaux citoyens, souvent assimilée à une corvée donnant « mal au dos » et « des boutons ». Une approche différente on vous disait.

Par Anne-Charlotte Dancourt

Source : http://mobile.lesinrocks.com/2016/07/news/statues-ont-souvent-petits-sexes/

Une oeuvre artistique remarquable

Une oeuvre artistique remarquable

Bonjour tout le  monde, J’espère que  la température dans votre coin de pays est plus clémente que ce que l’on a  au Québec. En effet, nous avons ici dans  mon beau Québec, surnommée dans la confédération canadienne « La belle province », un été des moins ensoleillés depuis belle lurette et, entre vous et moi, cela commence à affecter mon humeur. Heureusement, il m’est loisible de partager avec vous mes réflexions, mes poèmes, mes photos réalisées lors des séances de nudité artistique auxquelles j’ai la chance de participer sans  oublier mes découvertes sur le web.

Parmi lesdites découvertes, il y a celle d’une sculpture réalisée par un artiste du nom de Guillaume Geefs et qui se trouve  actuellement dans la cathédrale St-Paul de Liège en Belgique. Ladite sculpture est particulièrement troublante puisqu’elle représente un personnage fort connu au sein même des trois religions monothéistes que sont le judaïsme, le christianisme et l’Islam. Vous avez sans doute deviné qu’il s’agissait de l’ange déchu connu sous le nom de  Lucifer.

18787894_10154940127833462_1862696579_nOui, je reconnais d’emblée qu’il est rarissime qu’un article  soit consacré sur le sujet. Or, c’est tout le contraire. Mon article se veut être un hommage à l’artiste pour avoir réussi un tel exploit. Avouons-le ! L’imagerie populaire a sans cesse présenté cet ange, certains  diront « archange », sous de vilains traits comme si la laideur était synonyme de mauvais tandis  que la beauté signifiait bonté et pureté. L’histoire du monde a pourtant démontré que cela était loin d’être le cas en maintes occasions. Qui ne se souvient pas du régime nazi où la recherche de  la perfection a été à l’origine de centaines, voire de milliers, de massacre d’innocents dans les chambres à gaz ? D’ailleurs, que nous réserve l’avenir lorsque l’on voit d’une part, les avancés technologiques et d’autre part, la déshumanisation de plus en plus omniprésente au sein de nos sociétés actuelles. Ai-je raison de craindre le pire ? Veuillez me rassurer sur ce point.

Attention ! Je n’ai nullement l’intention de condamner la recherche de la beauté sous toutes ses formes. Bien au contraire ! Nous avons tous le besoin inaliénable de trouver de la beauté autour de nous et même chez l’Autre. Après tout, bien des couples se forment grâce à  un attrait physique qu’un coup d’œil a rendu possible. Bon ! Il n’y a juste cela. C’est vrai. Mais, dire le contraire serait faire preuve d’une certaine hypocrisie. Bref, il m’a paru bon de partager avec vous un article qui  a été partagé sur le réseau social Facebook et qui porte justement sur la statue nommée « Le Lucifer de Liège ». Un  chef-d’oeuvre extraordinaire. Désolé que ledit texte soit rédigé dans la langue de  Shakespeare.

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Voici l’article : http://www.thevintagenews.com/2017/01/02/nidaros-cathedral-is-the-northernmost-medieval-cathedral-in-the-world-and-the-most-important-church-in-norway/

La nudité est tellement belle.

19554561_1811927789136868_223336165604890381_n

La nudité est tellement belle.

Bonjour tout le monde,

Vous ne le savez peut-être pas, mais j’ai deux profil Facebook, ce qui est bien pratique au cas de blocage temporaire pour cause de publications ne correspondant pas aux critères de la censure sur ce réseau social. J’ai plusieurs « amis-es » sur ces deux profils dont plusieurs partagent avec votre humble serviteur une passion pour la nudité artistique. Une passion qui m’anime au plus profond de mon être.

Certaines de ces personnes ont des pages où elles publient plusieurs créations glanées ici et là sur le web. Il va de soi qu’il m’arrive de commenter certaines de leurs publications. Or, une des publications récemment mise en ligne concerne cette magnifique peinture. Je suis devenu vraiment ému par toute la beauté et le charme contenus dans cette peinture. Je tiens à remercier la présentatrice, du nom de Flaviana, qui a eu l’amabilité de poster une telle photo au sein de son groupe.

Oui, et c’est un fait indéniable, la nudité est tellement belle lorsque le respect y est présent. Et vous ? Qu’en pensez-vous ? Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Non à la censure

Non à la censure

18446616_10154741027357523_3626905412079654091_n

En appui à une amie :

17795918_1051016131699168_8373821957803324530_n

Gabrielle Doutre (photographe)

de

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada