Archives

Attends-moi avant de partir

Attends-moi avant de partir Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Pajunen Source : https://www.deviantart.com/pajunen/art/At-the-end-of-the-day-835126112

Attends-moi avant de partir 

 

Séparés par une route 

Qui sans cesse me déroute 

Séparés par le temps 

Qui sans cesse me rend dément.

 

Je compte les heures 

Et, cela me fait si peur 

Car il y a au bout du chemin 

Celui qui a changé mon destin.  

 

Un homme formidable 

Qui ne craignait pas le diable 

De l’affronter pour défendre ses enfants 

Et son épouse qui l’aimaient tant.

 

Un homme qui en chaque instant adore Dieu 

Et qui le remercie pour ce monde merveilleux 

Demande-lui d’attendre encore quelques jours 

Afin que je puisse aller te dire un chaleureux bonjour.

 

J’ai tellement hâte de te revoir 

Même si je sais que ce sera un « au revoir »

Je ferai les pas dans le corridor en pensant 

Que c’est toi qui m’as montré à marcher assurément. 

 

Les premiers pas que j’ai fait étaient pour aller vers toi 

Ces pas que je ferai resteront gravés au plus profond de moi. 

Attends-moi avant de partir que je puisse te voir sourire 

Ne part pas maintenant car cela me ferait tellement souffrir. 

 

Ton fils qui t’aime papa !

 

Rolland Jr St-Gelais 

Québec (Québec)

Canada 

En ce temps de carême

En ce temps de carême poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par rasmus-art Source : https://www.deviantart.com/rasmus-art/art/The-Nun-and-I-905809079

En ce temps de carême

 

En ce temps de privation, de carême,

Avec allégresse, je fais le péché que j’aime.

Celui du bien-être que me donne celui de la luxure.

Auprès de ces dames fort jolies aux idées impures.

 

Tous les péchés sont mortels, même les véniels.

Depuis la chute d’Adam et d’Ève, nous ne sommes pas éternels.

Ô, quelle désolation, quel chagrin, pour chaque être vivant !

Que, par un coup du destin, leurs âmes voleront au vent !

 

Ainsi en a voulu la vie depuis l’aube des jours jusqu’à aujourd’hui.

Que nous naissions par un chaste désir ou une honteuse envie.

Souvent par un noble geste d’amour ou par une libertine passion.

Pour mourir, au crépuscule de notre existence, malgré nos aspirations.

 

En ce temps de carême qui porte à tant de réflexion.

Trouvant nos réponses chez Platon ou dans les livres de Sion.

Quoiqu’il en soit, nulle sagesse n’est née sans une véritable expérience.

Voilà pourquoi, savoir-faire l’amour, est la plus exaltante des sciences.

 

Quoi que l’on vous ait dit, ne vous y trompez pas, chers amis.

C’est d’abord dans le péché de la luxure qu’est l’origine de la vie.

Bien que ce soit par la guerre qu’aient émergé les nations.

C’est dans les aventures pécheresses que sont nées les populations.

 

C’est dans les livres d’histoire que l’on raconte le glorieux passé.

Mais, c’est dans les plaisirs de la chair que nous apprenons à aimer.

Pensez-vous que je suis un malotru, un être immoral, un pervers ?

Pourtant, ce que j’en ai aimé de ces femmes aux yeux bleus ou verts.

 

Des femmes si sensuelles pour lesquelles je ferai n’importe quoi.

Car, elles ont su rejoindre mon âme au plus profond de moi.

Et puis ? Comment pouvons-nous faire une bonne confession ?

Si, de la luxure, nous n’avons pas su tirer du plaisir à profusion.

 

Raspoutine ! Cher Raspoutine ! Apprends-moi dès maintenant à danser.

Ô, moine venu de la steppe, de la Sibérie ! Apprends-moi à chanter.

Toutefois, que je ne meurs point, comme toi, dans une eau glacée.

Mais, que mon corps repose dans les bras de mes amantes adorées.

 

En ce temps de carême, il faut savoir choisir son péché favori.

Pour ma part, j’ai pris la luxure puisqu’à mon humble avis.

Le plaisir est autant à celui qui le donne qu’à celui qui reçoit.

Avant de mourir, l’accomplir une seule nuit, permettez-le-moi.

 

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

La mère supérieure

La mère supérieure Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Rasmus-art Source : https://www.deviantart.com/rasmus-art/art/Touched-II-675918961

La mère supérieure

 

En cette journée,

Si belle et ensoleillée.

Je suis allé me confesser.

De mes mignons et tendres péchés.

 

Dans leur couvent magnifique.

Des nonnes aux doigts si féeriques.

M’ont accueilli avec leur beauté angélique.

Je saisis vite que cette confession sera fantastique.

 

Je suis arrivé à l’heure convenue.

Car être en retard en ce lieu est mal vu.

Aussitôt arrivé, la mère supérieure m’a dévêtu.

Mon intimité était, à elle et sa consœur, ainsi nue.

 

Pour une confession exemplaire, un bain chaud s’imposait.

Mère supérieure de cette tâche avec pieuse joie, s’en occupait.

Avec un soin monastique, mes parties intimes, elle rasait.

Aucun poil de cette zone, avec grande minutie, elle ne laissait.

 

Quand tout fut, à ses yeux, impeccable.

Elle essuya mon corps de manière si appréciable.

Que j’aie eu, bien malgré moi, une érection formidable.

Mais, du fait de son expérience, ce fut là, une erreur pardonnable.

 

Elle m’habilla de la tête aux pieds.

En prévision de ce moment si sacré.

Vers le confessionnal, nous nous sommes dirigés.

Pour que devant sa consœur, mes péchés soient avoués.

 

Quoi de mieux, de plus beau, de plus humble et de plus mignon ?

Le fait de caresser les pieds à mère supérieure pendant la confession.

Alors qu’un encens brûle, tel un cantique chanté à l’unisson.

Une telle quiétude apaise mon âme tel un nourrisson.

  

Après avoir lentement embrassé,

De la mère supérieure, ses jolis pieds.

Vers le lieu expiatoire, nous sommes allés.

Pour y recevoir une correction physique méritée.

 

Par un amour pur et fraternel,

Elle me sauva des flammes éternelles.

En corrigeant avec minutie ma faiblesse charnelle.

En cet instant si précieux, je vis comme elle était belle.

 

Le vénérable Bède disait : « aucune confession n’est parfaite.

Si le pécheur n’avoue guère en son fort intérieure sa défaite. »

En ma bouche ouverte, une récompense divine coula de la nymphette.

Un vin de messe allait soutenir devant les futures tentations mon âme imparfaite.

 

Ô, mère supérieure ! Mille fois merci d’avoir sauvé en ce lieu béni mon âme.

De l’avoir sauvée des griffes du diable, de l’enfer et de ses éternelles flammes.

Heureuses, êtes-vous les nonnes, d’être au sein de la création des femmes.

Même si c’est Dieu que je dois adorer, c’est avant tout vous que j’aime.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Au point où …

Au point où …

Au point où l’on est rendu au Québec et dans le monde,

allumer un lampion ne peut que faire du bien.

De

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Un jour, vous serez là

Un jour, vous serez là Poème de Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/Untitled-899608721

Un jour, vous serez là

 

Ô belle dame, nous le savons bien.

À l’heure fatale, face à vous, nous n’y pourrons rien.

Soyez sans crainte, je sais que vous êtes loin d’être méchante.

Même si l’instant de votre arrivée toujours trop tôt nous hante.

 

Parfois, on vous accuse de tous les maux.

Alors que vous faites que votre travail sans dire un mot.

On craint souvent votre venue, car un être cher, souvent vous emporter.

Parfois, on vous remercie de mettre fin à la souffrance d’un être que l’on a tant aimé.

 

Nul ne sait où vous nous amenez,

Vers un autre monde, l’on nous a enseigné.

Parmi les sages qui ont apprivoisé cette crainte insensée,

St François d’Assise est le premier à vous avoir appelé notre sœur bien-aimée.

 

Nul ne peut à votre présence inéluctable se défiler sans violence.

La vie est ainsi faite que c’est grâce à vous qu’elle prend toute son importance.

Belle dame à la chevelure argentée et à la peau blanche comme du lait.

Puis-je vous demander une modeste faveur, une humble requête, s’il vous plaît?

 

Laissez-nous encore notre merveilleux père,

Ne serait-ce que le Temps des fêtes sur terre,

Que nous puissions lui dire comme nous l’aimons,

Car c’est par son exemple, cette vie nous adorons.

 

Lorsque le jour de son départ sera arrivé,

Emportez-le avec le plus doux des baisers.

Il est comme tous les humains tout à fait imparfaits.

Mais, que son amour envers nous est plus que parfait!

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada