Archives

Dimanche d’automne

Dimanche d’automne Poème et photo par Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Dimanche d’automne

 

Assis sur un banc,

Revoyant des souvenirs,

Qui exalte de mon être un soupir,

Alors que je caressais mes cheveux blancs.

 

Apercevant les nuages voguer,

Vers de très lointaines contrées,

De ces régions que jamais je ne verrai,

Au fait! Comment y prononce-t-on le verbe « aimer » ?

 

Par ce temps calme et le ciel bleu,

J’ai commencé tranquillement à prier,

Une prière apprise quand j’étais écolier,

Une prière qu’avec humilité j’ai adressée à Dieu.

 

Celui qui est dans mon cœur

Une prière enseignée par des sœurs,

Celles qui m’ont inculqué le goût de vivre,

La passion de la langue française et qu’elle doit survivre.

 

Ô mon Dieu qui êtes là-haut!

Que votre monde est tellement beau,

Apprenez-moi à en apprécier sa grande valeur,

Et que je puisse la défendre à chaque instant chaque heure.

 

Faites que mon cœur ne soit jamais fermé,

Face à ces cœurs qui ont tant été souvent blessés.

Apprenez-moi à voir en chaque être humain,

Un être qui, d’amour et de compassion, a tellement besoin.

 

En ce dimanche d’automne si magnifique,

Puisse chaque couleur être en mon âme si bénéfique.

Jour béni ! Jour premier! Jour d’espérance ! Jour de Dieu !

Qu’en cet instant ma prière puisse monter vers les cieux.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Déjà dix ans

Déjà dix ans 

Bonjour tout le monde 

J’espère que vous allez bien et que les journées automnales sont agréables. Quoi de plus beau que les feuilles dorées et rougeâtres que mère nature nous offre en cette période de l’année? Personnellement, je suis toujours ébahi par toutes ces couleurs qui se manifestent au fil des jours annonçant l’hiver. 

Toutefois, c’est aussi une période à laquelle quelques-uns de nos plus beaux souvenirs nous reviennent à l’esprit. Je pense notamment à une expérience vécue avec un photographe des États-Unis dans le cadre d’une séance de nudité artistique. Une séance qui a eu lieu exactement dix ans aujourd’hui même. 

En effet, cela fait maintenant dix ans que j’ai débuté dans le domaine de la photographie en tant que modèle nu pour des écoles d’art et des ateliers en arts. Cela m’a permis de faire la connaissance de photographes tant professionnels que amateurs. 

Parmi ceux-ci, Kenneth W. Oliver est l’un des premiers pour lesquels j’ai posé. Des poses tantôt conventionnelles, tantôt de nudité. Vous avez sans doute deviné que le tout a été fait de manière respectueuse. 

Mais, avant toute chose, ce fut l’occasion de faire la rencontre d’une personne formidable et très talentueuse. Une personne remplie de grande sensibilité et qui possède une belle ouverture d’esprit. J’ai eu la chance de partager avec Kenneth W. Oliver une journée mémorable. 

Merci à toi pour cette belle expérience. 

Merci de votre attention!

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada 

La vie nous enseigne bien des leçons

La vie nous enseigne bien des leçons Texte de Rolland Jr St-Gelais Photo par Gb62da Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Homeoffice-893107254

La vie nous enseigne bien des leçons

La vie est une enseignante impitoyable. En effet, elle enseigne la leçon une fois que nous avons fait notre devoir. Le devoir face à la vie devient notre expérience. Une expérience somme toute enrichissante car elle nous permet de grandir.

De Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

 

Une page de trop dans vos vies et dans la mienne

Votre humble serviteur Rolland Jr St-Gelais

Une page de trop dans vos vies et dans la mienne

Bonjour tout le monde

J’espère de tout cœur que vous allez bien et que vous pouvez profiter du soleil qui brille de tous ses feux et qui nous réchauffe. Pour les personnes qui trouvent qu’il fait trop chaud, dites-vous bien que vous allez dire qu’il fait trop froid d’ici quelques mois. Soyez juste patients, ça va venir assez vite.

Sous un autre ordre d’idée, j’ai appris dernièrement que le reportage relatant les tristes événements du 10 mai 1972, événements dans lesquels mon frère aîné Hermann St-Gelais a perdu la vie, a pris fin au courant du weekend dernier. Un tel reportage a très certainement rappelé des moments très douloureux chez les gens qui ont accepté de participer à la conclusion de ce film. Les membres de ma famille sont les premiers concernés. Vous l’auriez sans doute deviné.

Plusieurs personnes qui ont participé à cette dernière séquence du film, une séquence qui relate la fin tragique de la vie de mon frère aîné Hermann St-Gelais, se sont possiblement demandé pourquoi mon absence. Une question bien légitime dans les circonstances.

Je peux répondre ceci : tout simplement parce que j’avais pris la ferme résolution de tourner la page sur les évènements qui ont le plus marqué mon enfance et mon adolescence sans oublier ma jeune vie d’adulte. J’ai pris ladite résolution dès mon arrivée à Québec le 1er juillet 1998. Et j’ai tenu ma résolution jusqu’à maintenant.

Soyez rassurés! J’ai de très beaux souvenirs qui ont parcouru mon existence. Des souvenirs qui me font parfois sourire, parfois rire et qui font en sorte que j’oublie les moins beaux.

Toutefois, j’avais pris ma résolution justement pour me donner un nouveau départ dans la vie. Un départ basé non pas sur le passé, mais sur le présent. Un présent dans lequel se trouvent des hauts et des bas comme pour le commun des mortels. Un présent qui se vit au quotidien sans pour autant ignorer le futur.

Pour se faire, je ne regarde pas en arrière, ou du moins j’essaie le plus possible d’éviter de le faire.

Il m’est arrivé à quelques occasions de fouiller dans la page Facebook des cinéastes qui réalisent ce reportage pour savoir ce qu’ils auraient pu trouver d’intéressant. C’est mon droit le plus stricte car c’est tout de même une partie importante de l’histoire de ma famille.

Ce que j’y aie découvert dernièrement m’a fait revivre exactement ce que je ne veux plus revivre en pensées. En effet, revoir « La une » d’un journal à sensation sur laquelle se trouve la photo de celui qui a enlevé la vie de mon frère aîné Hermann St-Gelais, sans oublier la multitude de gens qui ont été blessés, est loin d’être drôle pour moi. Chose à retenir! C’est le même journal à sensation dans lequel j’ai apparu un peu plus d’un an après la perte de mon frère aîné. En effet, ce journal avait fait un reportage de bas niveau sur moi en lien avec la cause de ma situation physique, sans avoir eu au préalable l’accord de mes parents. (Mais ça, c’est une autre histoire.)

Bref, je crois bien que le fait d’avoir pris la ferme résolution de tourner la page sur les parties les plus sombres de ma vie a été pour moi plus que bénéfique. Et croyez-moi sur parole que j’en ai eu beaucoup. À titre d’exemple, ma triste expérience vécue en 1984 où j’ai subi une grave injustice à mon endroit.

Cependant, il est important de retenir que je comprends parfaitement que certaines personnes, dont les membres de ma famille, aient ressenti le besoin de commémorer les évènements du 10 mai 1972, et surtout de mettre en premier plan le fait que mon défunt frère aîné Hermann St-Gelais n’était pas un manifestant syndiqué. Il était tout simplement une personne qui se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment, comme bien d’autres personnes. J’espère sincèrement que le fait d’avoir pu vivre cette expérience de ce dernier weekend a pu vous permettre de tourner cette page. Une page de trop dans vos vies et dans la mienne.

Sincèrement!

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Mon coup de gueule de la journée

Votre humble serviteur : Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Mon coup de gueule de la journée

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que la fin du mois de juillet vous est profitable. De mon côté, je vais très bien et je continue de mener la vie que j’aime sans trop me préoccuper de ce qui se passe autour de moi. La vie est bien trop courte pour se mêler de ce qui ne me regarde pas.

Ce qui ne m’empêche pas d’être ouvert à ce que je vois surtout lorsque cela bouleverse mes valeurs les plus profondes. Des valeurs que mes parents ont transmises à leur fils ici présent et qui ont fait de votre humble serviteur un homme fier de l’être. Pourquoi suis-je fier d’être un homme? Tout simplement parce que je sais admirer la beauté féminine tout en respectant la limite de la bienséance à son endroit.

J’ai constaté, en cette belle matinée, du 30 juillet 2021 qu’un tel respect ne soit pas partagé par certains hommes lesquels ont tendance à penser davantage avec leurs organes génitaux qu’avec leurs cervelles, malheureusement. Dois-je en être surpris? Pas du tout. C’est un fait que plus les années passent et moins que la notion de respect tant envers soi-même qu’envers autrui est présente au sein de la société actuelle.

Vous pouvez être ou ne pas être d’accord avec mon opinion, mais c’est que je pense surtout après avoir vu une plaque d’immatriculation sur laquelle il était inscrit, dans la langue de Shakespeare, ceci : « cette voiture est une « quatre portes » afin de pouvoir y faire monter plus de putes à bord ».

Veuillez noter que j’ai longtemps hésité à prendre en photo une telle horreur afin de la publier tant sur mon Facebook que sur mon blogue artistique dédié à la poésie, à la photographie, à la nudité artistique et à des réflexions personnelles. J’ai préféré ne pas agir ainsi afin de m’éviter des poursuites au civil.

Ce qui me choque le plus dans ce que j’ai vu, c’est de constater que l’évolution dite des mentalités est à mes yeux qu’une plaisanterie monumentale. Une plaisanterie qui dénote une hypocrisie que je qualifierais de « systémique » dans laquelle le manque de respect tant envers la femme qu’envers l’homme est flagrant. Qui plus est! Un homme qui possède une telle plaque d’immatriculation à son véhicule ne semble pas avoir une grande estime ni pour sa mère, ni pour ses sœurs, ni pour ses filles et toutes les personnes du sexe féminin qui osent monter à bord de sa voiture.

J’ai eu l’idée de partager avec vous mon opinion pour cette raison simple. Je suis avant tout un homme. Et que jamais je n’accepterais d’être comparé à un énergumène de la sorte. Oui, je suis blanc et je respecte les gens de couleurs. Oui, je suis québécois de souche et je respecte tout individu membre d’une communauté ethnique différente de la mienne. Oui, je suis hétérosexuel et je respecte toutes les personnes qui sont membres des L.B.G.T. Mais je suis par-dessus tout un homme et, par conséquent, je respecte et je respecterai toujours la femme, car elle est la moitié de l’humanité.

Merci de m’avoir lu.

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada