Archives

Un spectacle qui restera longtemps dans mon coeur

Un spectacle qui restera longtemps dans mon cœur

Bonjour tout le monde,

Comme vous le savez probablement déjà, je suis passionné par divers domaines reliés plus ou moins directement avec les arts. Je pense notamment à la poésie, à la photographie, au champ du nu, mais également à l’art musical. Bien que je possède une grande tolérance d’esprit pour ce qui est des goûts, ceci ne veut pas dire que je sois ouvert à tout. Bien au contraire ! Certains critères doivent être respectés pour, d’une part, capter mon regard et, d’autre part, attirer ma faveur.

Parmi ces critères, trois en ressortent, telles des îles émergentes de l’océan de la médiocrité, de la pléthore des « bands » qui osent se qualifier de musicaux. En premier lieu, la qualité des pièces composées doit se faire avec grande classique. En effet, ce n’est pas parce que l’on se déchaîne sur des caisses, que l’on fait du tintamarre avec des instruments à cordes et que l’on beugle dans un microphone que cela fait de quelques individus en mal d’attention un véritable groupe musical. En second lieu, avoir réussi à tenir le coup au fil des années est sans contexte une preuve sans équivoque de sa notoriété dans le domaine. Combien d’ensembles ont-ils disparu dans le néant de l’histoire moderne ? Le fait d’être éphémère renvoie de manière inexorable au sablier du temps. Tout ne fait que passer. Mais seuls les grands noms résistent à l’oubli. En dernier lieu, avoir la capacité d’entrer, si je peux me permettre une telle image symbolique, en une communion authentique avec son public lors d’un concert est, et sera toujours, une marque dans le temps et dans l’espace.

Or, je dois reconnaître que le groupe d’origine allemande Scorpions répond à merveille à ces trios critères. Je peux personnellement témoigner puisque j’ai eu la chance d’assister à leur spectacle ce mercredi 24 août 2022 au centre Vidéotron de Québec. Tout a été parfait, et ce, du début jusqu’à la fin. Que de chansons, de style hard rock, ont été interprétées avec brio ! Et que dire des balades qui ont fait rêver tant les amoureux que les célibataires ? Un unique mot résume à lui seul sa prestation : magnifique ! En résumé, je peux affirmer avec grand plaisir que ce spectacle restera longtemps dans mon cœur. Un cœur qui adore la vie sans oublier le Rock and roll.

Merci de m’avoir lu.

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Séduction

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Séduction

 

 

Depuis toujours, je suis fasciné.

Par tant de beauté, de féminité et de sensualité.

Je dois avouer que la luxure est mon péché préféré,

Car il n’y a aucun mal à satisfaire nos penchants endiablés.

 

Quoi de mieux, en ce monde, pour se faire plaisir ?

Alors que tant de gens passent leurs temps à souffrir.

Pour ma part, tout mon bonheur consiste à danser et à rire.

Avant qu’il soit trop tard pour que je puisse pleinement vivre.

 

J’ai connu tant de foules qui ont sans cesse donné.

J’ai rencontré bien des cœurs brisés d’avoir trop aimé.

Que leur reste-t-il dans leurs ultimes journées ?

Que leurs chagrins affligés et leurs larmes versées.

 

Permettez-moi de succomber à la passion de la chair,

Avant que je laisse échapper mon dernier souffle telle une prière.

Je choisirai toujours de commettre l’adultère au lieu de faire la guerre.

Car, je n’emporterai pas avec moi le sang des innocents dans les enfers.

 

Il est véridique que la séduction rime bien avec la tentation.

Que puis-je dire du péché extraordinaire de la fornication ?

Que puis-je penser de succomber à mes plus basses pulsions ?

N’est-ce pas là l’origine de la vie et de toute la création ?

 

Excepté de bonnes vieilles chansons de rock and roll et d’amour.

Qu’y a-t-il vraiment d’agréable au sein de ces derniers jours ?

Tout ce que nous voyons à la télé est sans cesse si lourd.

J’ai l’impression que nous sommes enfermés dans un four.

 

Mais, il y a quelque chose qui me rappelle,

Que la vie est somme toute si délicieuse et si belle,

Outre les jeux de ma lointaine enfance et ces ribambelles,

Ce sont mes rencontres improvisées avec de magnifiques demoiselles.

 

Que me restera-t-il à la fin de mon histoire, de mon destin accompli ?

J’amènerai mes plus jolis souvenirs une fois que tout sera bel et bien fini.

Aucun regret ne sera avec moi lorsque je prendrai l’escalier menant vers le paradis.

Je désire qu’il y ait en ce lieu des femmes attrayantes qui me voudront dans leurs lits.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La misère

La misère Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Ov3 Source : https://www.deviantart.com/ov3/art/street008-926613971

La misère

 

Il n’est pas nécessaire,

De connaître les affres de la guerre,

Pour éprouver la sensation de se trouver en enfer.

La vie peut exprimer tous les aspects, dont celui de la misère.

 

Les rêves de notre enfance peuvent prendre forme à l’adolescence,

Des idéaux transformés jusqu’à en perdre leurs moindres « souvenances ».

Tant d’affection à donner ! Tant de besoins d’en recevoir, peu importe, la provenance.

Désillusions, accumulées par les années, peuvent supprimer toutes les espérances.

 

Grande vérité ! Une rencontre fortuite peut détourner le fil de notre chemin.

Un amour aveugle peut détruire à jamais les désirs d’un heureux lendemain.

Les projets amplement médités se mutent en du sable glissant entre les mains.

Quelle tristesse de constater qu’une telle fin existe parmi nos prochains !

 

Ne disons pas que nous sommes maîtres de nos décisions.

Mais, parfois, la passion sentimentale peut annihiler la raison.

Si nous connaissions ce qui se cache derrière les portes des maisons,

À jamais, nos yeux, nous les fermerons et nos oreilles, les boucherions.

 

Je suis loin de posséder la science infuse ni un grand savoir.

Et que j’admets d’emblée que j’ai encore tant à entendre et à voir.

Que dans la vie rien n’est absolument blanc, ni tout à fait noir !

Qu’il me reste aussi des mets à savourer et de potions à boire.

 

La misère a tant de visages et ne connaît pas la frontière des âges.

Elle se révèle de diverses façons tant en grandes villes que dans les villages.

Nous l’observons à chaque détour de notre route tout au long de notre pèlerinage.

Il n’y a rien de plus désolant que de voir ceux que nous aimons être mis dans sa cage.

 

C’est un fait ! Nous apercevons la misère sous un prisme sombre.

Que le malheur recouvre toujours sa victime d’une lugubre ombre.

Qu’elle cache la beauté de la vie quand se pointe sa pénombre.

Et tel un vautour, elle ouvre ses ailes sur un grand nombre.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Nu face à la lumière

Nu face à la lumière Réflexion du modèle Orlandorem Source : https://www.deviantart.com/orlandorem/art/Nude-at-window-light-926590704

Nu face à la lumière

Il arrive parfois que je sollicite à un modèle vivant de partager avec moi son expérience dans ce domaine très spécial qu’est la nudité artistique. Une telle requête se fonde essentiellement sur trois critères.

En premier lieu, elle doit répondre à cette interrogation : pourquoi souhaiter réaliser tel ou tel type de poses ! En second lieu, elle doit être formée en toute logique de l’intérêt du parcours de la personne concernée. En dernier lieu, elle doit pouvoir enrichir mon blogue, et ce, en offrant aux lecteurs une facette jusque-là nouvelle. Voilà pourquoi j’ai demandé à un membre, originaire du Canada, du site DeviantArt de bien vouloir rédiger quelques mots pour nous exposer son point de vue sur le sujet. Il est à retenir qu’il s’agit dans le cas présent d’une traduction que j’ai faite à partir de son texte écrit dans sa langue natale qui est celle de Shakespeare dans celle de Molière.

« Tout d’abord, je vous remercie de m’avoir demandé de vous présenter ma vision de ce qu’est la nudité artistique et de partager avec vous ma manière de concevoir mes créations. Vient ajouter à cela la raison de mettre l’accent sur la nudité absolue.

Cela peut surprendre, mais ma principale inspiration a sans cesse résidé dans le regard de la forme féminine. Une attention qui est en lien avec la géographie. Cela peut aller des diverses nations, faisant référence pour les indigènes vivants en tenues d’Adam et Ève jusqu’aux photos des différents camps naturistes.

Sous un autre ordre d’idée, j’ai toujours été porté à imiter des postures entièrement nues devant le miroir en tant que jeune homme. Il s’agissait avant tout d’un regard que je qualifierais d’androgyne et même de raffiné puisque mon intention était de présenter, si je peux m’exprimer ainsi, le tout de manière créative.

C’est bien plus tard que mes perceptions artistiques sont devenues de plus en plus sophistiquées avec la découverte d’artistes féminines, qui ont chacune à sa façon, exploré le corps dénudé. Je pense entre autres, à Imogene Cunningham, à Anne W. Brigman et Ruth Bernhard ainsi que Violeta Bubelyte sans oublier Francesca Woodman.

Ces femmes faisaient des déclarations fort intéressantes à propos du corps féminin. J’ai pris et utilisé leurs idées afin d’en faire, à mon tour, une représentation d’un homme moderne. Un individu qui n’a pas besoin de se tenir debout ni d’être musclé pour se sentir masculin. Bien au contraire ! Il peut avoir la capacité d’être à la fois gracieux, enjoué et même androgyne. Et puis ? Quel mal y aurait-il d’être vu sexuellement stimulé ? N’est-ce pas là une réalité tout à fait naturelle ?

Francesca Woodman est celle qui a inspiré certains de mes exercices d’autoportrait. Par conséquent, j’ai les réalisé lors de manifestations lentes avec forme de présence que je qualifierais d’un côté, de fantomatique et d’un autre côté, d’intemporalité.

Je terminerai mon exposé sur ce point. L’ensemble de mes créations photographiques se veut une représentation de l’homme qui réfléchit sur lui-même.

Je te remercie, Rolland, de m’avoir donné l’opportunité de partager sur cet article un peu à la fois mon état d’âme et de mon intention en tant qu’artiste. »

Signé Orlandorem

Lien externe à propos de Francesca Woodman : Francesca Woodman — Wikipédia (wikipedia.org)

Petit message à toi qui veux me convertir.

Église St-Joseph de Sept-Îles au Canada Photo par Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Petit message à toi qui veux me convertir.

J’ai été baptisé et élevé dans la foi catholique. Je récite le credo de la foi catholique.

Je vais à la célébration eucharistique de rite catholique.

Je tente de ne pas nuire à mon prochain et parfois de lui venir en aide du mieux que je peux.

J’ai éprouvé du plaisir en cette vie et je remercie Dieu d’avoir eu une vie magnifique malgré tous mes défauts.

Qui es-tu pour vouloir me convertir ? Sais-tu par où j’ai passé dans ma vie ? As-tu connu mes joies et mes peines ? Oui, j’ai commis des erreurs mais c’est par elles que j’ai appris ce qu’est la vie et l’humilité.

Mon Dieu n’est sûrement pas le tien. Mais, j’ai ma foi et cela me suffit amplement.

Garde pour toi tes pamphlets.

Continue ta route et sois heureux !

Je continuerai mon chemin tout en étant heureux à mon tour.

Sur ce, bonne journée à toi.

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada