Archives

Je vois à travers tes yeux

Je vois à travers tes yeux Poème De Rolland Jr St-Gelais Modèle : Alixia Busch Photo par PhotoGille@VL2008 Source : https://www.alixiamodele.com/last-days-in-cannes/

Je vois à travers tes yeux

 

Ô, ma chérie ! Je vois à travers tes yeux.

Une âme bouleversée par ce monde ténébreux.

Un temps qui coure encore et toujours à sa perdition,

Une époque où tout va en une perpétuelle damnation.

 

Voilà pourquoi je ne regarde plus les nouvelles,

Je préfère depuis constamment admirer ta chevelure vermeille.

Oui, c’est de tristes jours que nous vivons en cette décennie.

Tout semble orienté vers la mort au détriment de la vie.

 

Depuis longtemps, je passe mon chemin, car ce n’est guère mon destin.

J’ai choisi de réaliser chaque seconde de plein fouet à pleines mains.

Voilà la raison de ma venue en cette chambre pour un amour interdit,

Je suis arrivé avec une joie infinie afin d’être avec toi cette nuit.

 

Au clair de la lune d’hiver, j’ai encore bien du feu.

Vois ma tendre chérie ! Avec toi, je suis tellement heureux.

Ô, mon ami Pierrot ! Je t’en prie, derrière moi, ferme la porte !

Aux jaloux de notre bonheur, je leur dis que le diable vous emporte.

 

Je boirai à même la source de tes lèvres pulpeuses.

Mes paroles t’amèneront vers des délectations voluptueuses.

Avec ma puissance indescriptible, je te ferai monter aux anges,

Tu l’ignores sûrement, j’étais autrefois le plus beau des archanges.

 

Je découvre dans ton regard cette étrange sensation qui t’envahit.

Un désir incontrôlable qui m’invite à te rejoindre dans ce lit.

Comment pourrais-je résister à cette sublime tentation ?

Car, tu as attiré depuis toujours toute mon attention.

 

Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel,

Je te manifesterai mon affection en cette soirée si belle.

Je te donnerai les clés cuivrées du passage vers l’enfer.

En cette nuit torride, tu apprécieras mon savoir-faire.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le véritable pouvoir

Le véritable pouvoir Texte de Rolland Jr St-Gelais Modèle & Photo : JenovaxLilith Source : https://www.deviantart.com/lilithjenovax/art/My-Power-946390574

Le véritable pouvoir

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon cœur que vous passez une belle saison. Pour ma part, je dois avouer qu’il y a fort longtemps que je n’ai pas vu un hiver aussi agréable que maintenant. En effet, la température clémente qui recouvre la magnifique région de Québec est fort appréciée par votre humble serviteur.

Comme vous le savez déjà, je profite de la quiétude de ma réalité actuelle pour créer des poèmes et écrire des textes sur mon blogue artistique sur divers thèmes. Or, il m’est arrivé à l’esprit de rédiger un article en répondant à l’une des nombreuses interrogations cruciales liées à l’existentialisme. Il est fort possible que ma situation physique avec laquelle je vis depuis ma naissance et certains évènements attachés à mon expérience de vie y soient pour quelque chose dans la manière dont je perçois la présence humaine.

À dire vrai, le fait que de plusieurs questions viennent hanter ma pensée ne m’a jamais empêché d’apprécier mon destin en y découvrant la multitude de bons côtés qui la composent. Or, ceci m’amène justement à résoudre cette problématique inhérente à l’existence. Quelle serait le véritable capacité que j’ai été dans l’obligation de développer afin de faire face aux diverses circonstances que j’ai dû affronter ?

Oui, je suis conscient que je ne possède aucun des pouvoirs des super héros de bandes dessinées qui ont jalonné les lectures de mon enfance ou que je vois sur les immenses écrans dans les salles de cinéma. Cependant, il y en a un qui s’est imposé au plus profond de mon être. Une aptitude qui m’est d’une grande utilité face à ce qu’il peut m’arriver.

C’est un fait indéniable que je n’ai pas de contrôle sur ce qu’autrui peut opérer et que ses actions, sûrement sans aucune mauvaise intention de sa part, peuvent me perturber. Toutefois, je suis libre de le prendre d’une manière que je qualifierais de « détachée ». Oui, cela peut m’ébranler. Cependant, c’est à moi, et à moi seul, que revient le degré d’affectation à mon endroit. Dit autrement, je suis responsable de mes sensibilités et c’est à moi de les endiguer, telle une rivière au printemps qui se décharge de ses glaces, de façon à ne pas me laisser submerger.

Certes, c’est là un travail de longue haleine. Je devrais plutôt écrire de toute une vie. À plus forte raison si on se souvient qu’elle est semblable à des montagnes russes. « Les jours se suivent, mais ne se ressemblent pas », dit l’adage. Voilà pourquoi il est impératif de garder un contrôle sur nos émotions qui peuvent surgir à n’importe quel moment.

Attention ! Il n’est pas dans mon intention de minimiser l’importance de vivre pleinement ce que l’on ressent. Je désire simplement vous rappeler que le fait d’en être le seigneur incontesté est avant toute chose un bon pas dans la maîtrise de notre vie.

Merci infiniment de votre attention à mon endroit !

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Quelle belle inspiration

Quelle belle inspiration Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Xposeyourart Source : https://www.deviantart.com/xposeyourart/art/Beata-Blue-Inspiration-931964230

Quelle belle inspiration

 

Bonsoir ma chérie,

Fait comme chez toi, je t’en prie.

Sais-tu pourquoi tu es avec moi ce soir ?

Oui, je t’ai appelé bien qu’il se fît tard.

 

Mais, il y a des choses à éclaircir,

Même s’il faut peut-être en souffrir.

Ne dit-on pas, « qui aime bien châtie bien » !

Et qu’une bonne correction éloigne son âme du malin.

 

Nous sommes allés dans une place de perdition,

Un endroit extraordinaire de volupté et de gaspillage,

Un lieu d’orgies et de suavité sans retenue où l’on y engage,

Des femmes magnifiques en provenance de toutes les nations.

 

Nous avons loué la chambre numéro huit,

Un lit où un miroir était au-dessus suspendu,

Qui nous permettait d’en avoir plein la vue,

Mais, nous en avions eu assez très vite.

 

Heureusement, une pièce se trouvait juste à côté.

Un lieu où toi et moi allions bien nous distraire,

Et, par ton sourire, cela semblait vraiment te plaire.

D’un pas décidé, sans plus attendre, nous y sommes entrés.

 

Nous avons repéré avec étonnement une très jolie salle.

Une croix de Saint-André recouvert d’un cuir reluisant,

Un chevalet de métal avec des harnais et divers instruments,

Et, bien d’autres choses trônèrent un peu partout à ce lieu spécial.

 

J’ai observé ton regard porter sur une chaise en bois,

Une cravache bien solitaire était suspendue sur le mur.

Sans attendre, tu t’y es dirigé avec grâce et fière allure.

Ce fantasme par ce geste de le réaliser, tu me demandas.

 

Quelle vue sublime à mes yeux, tu as daigné m’offrir !

Les bas de nylon baissés jusqu’à tes jolis pieds,

Une telle vision pouvait irrésistiblement m’hypnotiser,

En imaginant que ces fesses allèrent bientôt rougir.

 

Avec grand soin, j’allais accomplir mon devoir d’amant.

Tu te souviendras de chaque coup sur ton postérieur,

Que je te prodiguerai avec générosité en cette heure,

Dès que tu diras le mot secret, j’arrêterai en un instant.

 

Les jours et les nuits sont passés,

Mais une question en mon esprit,

N’a pas encore trouvé une seconde de répit.

Ton désir, pourquoi ne m’avais-tu jamais avoué ?

 

Voilà pourquoi, en cette soirée, je t’ai invitée.

Je me suis procuré une chaise et une verge de cuir.

Elles serviront à revivre cette expérience pour notre plaisir.

Quelle belle inspiration que tu as dès lors en mon âme insufflée !

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ce qui est fait, est fait.

Ce qui est fait est fait. Poème et photo par RollandJr St-Gelais

Ce qui est fait est fait.

 

Pourquoi se poser tant de questions ?

Alors qu’il n’y a pas réellement de solutions.

Le passé n’est tout simplement plus.

Demain n’est pas encore venu.

 

Le temps fait souvent bien les choses, dit-on.

Mais moi, je crois qu’il faut toujours faire attention.

On peut ignorer ce qui peut survenir, voilà une grande sagesse.

Sans jamais sous-estimer ce qui peut causer notre détresse.

 

On agit de notre mieux avec le meilleur de nos connaissances.

Mais, à chaque époque correspond une nouvelle naissance.

Nous prenons des décisions qui nous paraissent tout à fait justes.

Toutefois, au fil du temps, on s’aperçoit comme elles peuvent être injustes.

 

Pourquoi alors s’en faire, s’en préoccuper ?

Viens! Suis-moi ma tendre amie, allons marcher.

Donc, cessons de penser à ce qui sera, ce qui a été et ce qui est.

En vérité, la seule chose à retenir en cette vie, c’est ce qui a été fait, est fait.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Mon coup de gueule de la journée

Votre humble serviteur : Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Mon coup de gueule de la journée

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que la fin du mois de juillet vous est profitable. De mon côté, je vais très bien et je continue de mener la vie que j’aime sans trop me préoccuper de ce qui se passe autour de moi. La vie est bien trop courte pour se mêler de ce qui ne me regarde pas.

Ce qui ne m’empêche pas d’être ouvert à ce que je vois surtout lorsque cela bouleverse mes valeurs les plus profondes. Des valeurs que mes parents ont transmises à leur fils ici présent et qui ont fait de votre humble serviteur un homme fier de l’être. Pourquoi suis-je fier d’être un homme? Tout simplement parce que je sais admirer la beauté féminine tout en respectant la limite de la bienséance à son endroit.

J’ai constaté, en cette belle matinée, du 30 juillet 2021 qu’un tel respect ne soit pas partagé par certains hommes lesquels ont tendance à penser davantage avec leurs organes génitaux qu’avec leurs cervelles, malheureusement. Dois-je en être surpris? Pas du tout. C’est un fait que plus les années passent et moins que la notion de respect tant envers soi-même qu’envers autrui est présente au sein de la société actuelle.

Vous pouvez être ou ne pas être d’accord avec mon opinion, mais c’est que je pense surtout après avoir vu une plaque d’immatriculation sur laquelle il était inscrit, dans la langue de Shakespeare, ceci : « cette voiture est une « quatre portes » afin de pouvoir y faire monter plus de putes à bord ».

Veuillez noter que j’ai longtemps hésité à prendre en photo une telle horreur afin de la publier tant sur mon Facebook que sur mon blogue artistique dédié à la poésie, à la photographie, à la nudité artistique et à des réflexions personnelles. J’ai préféré ne pas agir ainsi afin de m’éviter des poursuites au civil.

Ce qui me choque le plus dans ce que j’ai vu, c’est de constater que l’évolution dite des mentalités est à mes yeux qu’une plaisanterie monumentale. Une plaisanterie qui dénote une hypocrisie que je qualifierais de « systémique » dans laquelle le manque de respect tant envers la femme qu’envers l’homme est flagrant. Qui plus est! Un homme qui possède une telle plaque d’immatriculation à son véhicule ne semble pas avoir une grande estime ni pour sa mère, ni pour ses sœurs, ni pour ses filles et toutes les personnes du sexe féminin qui osent monter à bord de sa voiture.

J’ai eu l’idée de partager avec vous mon opinion pour cette raison simple. Je suis avant tout un homme. Et que jamais je n’accepterais d’être comparé à un énergumène de la sorte. Oui, je suis blanc et je respecte les gens de couleurs. Oui, je suis québécois de souche et je respecte tout individu membre d’une communauté ethnique différente de la mienne. Oui, je suis hétérosexuel et je respecte toutes les personnes qui sont membres des L.B.G.T. Mais je suis par-dessus tout un homme et, par conséquent, je respecte et je respecterai toujours la femme, car elle est la moitié de l’humanité.

Merci de m’avoir lu.

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada