Archives

Déjà 37 ans…

Déjà 37 ans …

John Lennon

Requem In Pacem

« Mother »

Mother, you had me but I never had you
I wanted you, you didn’t want me
So I, I just gotta tell you
Goodbye, goodbye

Father, you left me but I never left you
I needed you, you didn’t need me
So I, I just gotta tell you
Goodbye, goodbye

Children, don’t do what I have done
I couldn’t walk and I tried to run
So I, I just gotta tell you
Goodbye, goodbye

[4x]
Mamma, don’t go
Daddy, come home

La langue française est en deuil.

La langue française est en deuil.

Johnny Hallyday

( 15 juin 1943 – 6 décembre 2017)

Repose en Paix !

Que je t’aime.

 

Quand tes cheveux s’étalent
Comme un soleil d’été
Et que ton oreiller
Ressemble aux champs de blé

 

Quand l’ombre et la lumière
Dessinent sur ton corps
Des montagnes, des forêts
Et des îles aux trésors

 

Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime
Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime

 

Quand ta bouche se fait douce
Quand ton corps se fait dur
Quand le ciel dans tes yeux
D’un seul coup n’est plus pur

 

Quand tes mains voudraient bien
Quand tes doigts n’osent pas
Quand ta pudeur dit non
D’une toute petite voix

 

Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime
Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime

 

Quand tu ne te sens plus chatte
Et que tu deviens chienne
Et qu’à l’appel du loup
Tu brises enfin tes chaînes

 

Quand ton premier soupir
Se finit dans un cri
Quand c’est moi qui dis non
Quand c’est toi qui dis oui

 

Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime
Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime

 

Quand mon corps sur ton corps
Lourd comme un cheval mort
Ne sait pas, ne sait plus
S’il existe encore

 

Quand on a fait l’amour
Comme d’autres font la guerre
Quand c’est moi le soldat
Qui meurt et qui la perd

 

Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime
Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime

 

Que je t’aime
Que je t’aime

Je serai toujours là.

Je serai toujours là.

Tom Petty – You Don’t Know How It Feels

Let me run with you tonight
I’ll take you on a moonlight ride
There’s someone I used to see
But she don’t give a damn for me

But let me get to the point, let’s roll another joint
And turn the radio loud, I’m too alone to be proud
You don’t know how it feels
You don’t know how it feels to be me

People come, people go
Some grow young, some grow cold
I woke up in between
A memory and a dream

So let’s get to the point, let’s roll another joint
Let’s head on down the road
There’s somewhere I gotta go
And you don’t know how it feels

You don’t know how it feels to be me

My old man was born to rock
He’s still tryin’ to beat the clock
Think of me what you will
I got a little space to fill

So let’s get to the point, let’s roll another joint
Let’s head on down the road
There’s somewhere I gotta go
And you don’t know how it feels
No, you don’t know how it feels to be me

En hommage à l’un des meilleurs chanteurs du Québec : Patrick Bourgeois

En hommage à l’un des meilleurs chanteurs du Québec:

Patrick Bourgeois

16 juin 1962-26 novembre 2017

Paix à son âme

Tu ne sauras jamais

 

On parle souvent toute la nuit
Et on boit à nous, à nos vies
Un peu, beaucoup
Je rentre, je te laisse avec lui
Ton image me suit, me suit
Un peu, beaucoup

 

Tu ne sauras jamais comme je t’aime
Tu ne sauras jamais
Pourquoi je souris quand tu ris
Quand je vois briller tes yeux gris
Oh, oh, oh, oh
Pourquoi je rougis quand il t’embrasse
Je t’aime et tu ne le saura jamais

 

Couché dans le petit matin
Je rêve de toi en vain
Un peu, beaucoup
Caché dans le rôle d’un ami
Je t’emmène danser, la nuit
Un peu, beaucoup

 

Tu ne sauras jamais comme je t’aime
Tu ne sauras jamais
Pourquoi mes mains flânent dans tes cheveux
Et que je veux tout ce que tu veux
Oh, oh, oh, oh
Pourquoi je pars, en cédant la place
Je t’aime et tu ne le saura jamais

 

Si je te donnai ma vie
Chaque moment de ma vie
Mon amour, jusqu’au bout
Et personne entre nous
Comme si depuis la nuit des temps
Nous avions rendez-vous
Ce soir, exactement
Les yeux fermés, le tout pour le tout

 

Oh! Si je pouvais crier au ciel
Je t’aime je t’aime je t’aime je t’aime
Comme un écho éternel
Pour qu’à jamais tu t’en souviennes

 

Oh, oh, oh, oh
Pourquoi je souris quand tu ris
Quand je vois briller tes yeux gris
Oh, oh, oh, oh
Pourquoi je rougis quand il t’embrasse
Je t’aime et t’aimerai à jamais
Et toi tu ne le saura jamais

Un reportage à voir absolument

Un reportage à voir absolument

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que votre dimanche vous soit agréable. Pour ma part, tout va à merveille. Je me prépare tranquillement pour la prochaine séance de nudité artistique qui aura lieu mercredi le 22 novembre au sein d’un atelier qui se trouve à Montréal.

20171110_105211C’est pour moi un devoir de me préparer de manière convenable afin d’être à mon meilleur pour offrir une prestance digne d’intérêt pour les artistiques tant amateurs que professionnels qui y seront présents. Je m’inspire souvent de mon idole, lequel est nul autre que Alice Cooper, pour élaborer certaines poses et pour me rappeler que l’art peut parfois choquer mais que rien n’est plus choquant de ne pas être authentique. Oui, l’art dérange et il dérange parce qu’il nous force à voir la réalité autrement, à la percevoir avec les yeux de notre cœur, de notre âme, à l’écouter avec les oreilles situées dans les profondeurs de notre être et surtout de outrepasser la barrière des conventions sociales.

Je termine cet article en vous présentant ci-joint dessus un excellent reportage sur la vie et l’oeuvre d’Alice Cooper. Un être authentique qui a su outrepasser les conventions sociales pour démontrer que l’art est avant toute chose une affaire de cœur. Désolé si ledit reportage est dans la langue de Shakespeare. Il vaut, croyez-moi sur parole, le coût de le visionner afin de découvrir l’homme et l’artiste: Un être remarquable qui est et sera mon idole jusqu’à la fin de mes jours.

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Une merveille !

« Ballad Of Dwight Fry »

By

Alice Cooper

 

Mommy, where’s daddy?
He’s been gone for so long.
Do you think he’ll ever come home?

 

I was gone for fourteen days
I coulda been gone for more
Held up in the intensive care ward
Lyin’ on the floor

 

I was gone for all those days
But I was not all alone
I made friends with a lot of people
In the danger zone

 

See my lonely life unfold
I see it everyday
See my only mind explode
Since I’ve gone away

 

I think I lost some weight there
And I-I’m sure I need some rest
Sleepin’ don’t come very easy
In a straight white vest

 

Should like to see that little children
She’s only four years old… old
I’d give her back all of her playthings
Even even the ones I stole

 

See my lonely life unfold
I see it everyday
See my lonely mind explode
When I’ve gone insane

 

I wanna get outta here
I wanna get outta here
I-I’ve gotta I’ve gotta get outta here
I-I gotta get out of here

 

I gotta get out of here
I gotta get outta here
I gotta get outta here

 

Ya gotta let me out of here
Let me outta here
I gotta get outta here
I gotta get outta here

 

See my lonely life unfold
I see it everyday
See my only mind explode
Blow up in my face

 

I grabbed my hat and I got my coat
And I-I ran into the street
I saw a man that was choking there
I guess he couldn’t breathe

 

Said to myself this is very strange
I’m glad it wasn’t me
But now I hear those sirens callin’
And so I am not free

 

I didn’t wanna be
I didn’t wanna be
I didn’t wanna be

 

See my lonely life unfold
(I didn’t wanna be
Leave me alone
I didn’t wanna be
Don’t touch me)
See my lonely mind explode
When I’ve gone insane

Magnifique chanson d’un grand compositeur : Mama, I’m Coming Home de Ozzy Osborne

Magnifique chanson d’un grand compositeur :

Mama, I’m Coming Home

de

Ozzy Osborne

(Pour faire un peu changement)

Mama, I’m Coming Home

 

Times have changed and times are strange
Here I come, but I ain’t the same
Mama, I’m coming home
Times gone by seems to be
You could have been a better friend to me
Mama, I’m coming home

You took me in and you drove me out
Yeah, you had me hypnotized
Lost and found and turned around
By the fire in your eyes
You made me cry, you told me lies
But, I can’t stand to say goodbye
Mama, I’m coming home

I could be right, I could be wrong
It hurts so bad, it’s been so long
Mama, I’m coming home
Selfish love yeah we’re both alone
The ride before the fall yeah
But I’m gonna take this heart of stone
I just got to have it all
I’ve seen your face a hundred times
Everyday we’ve been apart
I don’t care about the sunshine, yeah

‘Cause mama, mama, I’m coming home
I’m coming home
You took me in and you drove me out
Yeah, you had me hypnotized
Lost and found and turned around
By the fire in your eyes
I’ve seen your face a thousand times
Every day we’ve been apart
And I don’t care about the sunshine, yeah

‘Cause mama, mama, I’m coming home
I’m coming home
I’m coming home
I’m coming home