Archive | 11 décembre 2019

Que puis-je écrire à propos de la séance photo du 2 décembre 2019 ?

DANS2492
Photo réalisée par Phylactère à l’occasion de la séance photo du 2 décembre 2019

Que puis-je écrire à propos de la séance photo du 2 décembre 2019 ?

Bonjour tout le monde,

DANS2305-ModifierQue le temps passe vite lorsque nous avons à la fois la chance de faire ce que nous aimons et celle de rencontrer de gens formidables. N’est-ce pas ?! Personnellement, je me rends bien compte de cette chance inouïe de vivre une vie remplie de réalisations en tous genres, surtout depuis que je vis dans la belle ville de Québec. Il va de soi que l’opportunité de pouvoir voyager à l’occasion de ma passion en tant que modèle nu pour des écoles d’arts et des ateliers en art sans omettre la rencontre de photographes professionnels avec qui je travaille est une véritable source de joie et de bonheur.

Toutefois, il est plutôt rare qu’un photographe vient àDANS2318-Modifier Québec dans l’optique de réaliser une séance photo en ma compagnie. Or, une telle séance a eu lieu lundi le 2 décembre 2019 et ce, dans mon appartement. Il va de soi que j’ai mis tout en ordre afin de la recevoir adéquatement. À vrai dire, il s’agit plutôt de les recevoir puisqu’elle était accompagnée par deux autres personnes pour cet événement un peu spécial. Un peu spécial dans le sens qu’une telle rencontre avait été longuement mûrie, planifiée et organisée mais que par un empêchement majeur il était maintes fois reporté. Qu’à cela ne tienne, ladite séance a bel et bien eu lieu.

Je passerai outre les aspects techniques d’une telle séance si ce n’est le côté organisationnel de Phylactère. En effet, j’ai été étonné de constater jusqu’à tel point elle était prête tant au point de vue du matériel emporté que celui de la visualisation des prises de vue. Bref, elle savait déjà ce qu’elle voulait et ce qu’elle ne voulait pas. Ce qui a été d’un grand secours tout au long de la journée de travail.

Ici, je désire vous entretenir de l’aspect relationnel entre les personnes présentes en ces lieux. Car, voyez-vous, toute séance artistique, et à plus forte raison où la nudité est l’outil de travail, se base avant toute chose sur une belle harmonie. Et pour se faire une telle harmonie doit s’appuyer sur un respect mutuel, sur une franchise et sur une courtoisie sans faille.

DANS2309-ModifierOr, ce sont-là les trois éléments qui m’ont le plus fasciné au sein du groupe de travail. En effet, le respect transparaissait entre les personnes présentes. Pour sa part, la franchise a été plus la pierre angulaire du rapport professionnel entre Phylactère et votre humble serviteur surtout en ce qui concernait les règles de travail que nous devions suivre durant le travail. Croyez-moi sur parole ! Les règles ont été suivies à la lettre. Et que dire de la courtoisie ? Elle était un leitmotiv d’une importance indiscutable chez les participants.

Il est à retenir que lesdits éléments ont été à mes yeuxDANS2379-Modifier d’une importance capitale afin de rendre la séance aussi agréable qui soit pour Victoria qui en était à sa première expérience dans le domaine de la photo de nudité artistique. Chose à laquelle elle a, semblerait-il, beaucoup appréciée au point même d’avoir l’intention de revivre une telle expérience. Une expérience qui en étonnera plusieurs d’entre vous. Mais, pour une question de respect et de confidentialité, je ne peux divulguer quoique ce soit. Je lui ai donné ma parole. Et comme j’adore le répéter : Mieux vaut avoir une parole qu’une langue. 

C’est à suivre.

Merci de m’avoir lu.
RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Le retour

DANS2305-Modifier
Photo réalisée par Phylactère à l’occasion de la séance photo du 2 décembre 2019

Le retour

(Poème dédié à Victoria)

 

 

Bonsoir ! Bonsoir mon trésor,

Je suis vraiment désolé pour mon retard,

Je t’avais promis de partir pour quelques temps,

Mais la guerre si lointaine en a voulu autrement.

 

Aussitôt arrivé au camp,

On nous a mis à l’entraînement,

Mis aux ordres des pas cadencés donnés,

Plutôt criés par des généraux face à leurs vies désabusés.

 

Une fois rendus obéissants comme il se doit,

Armés jusqu’aux dents et prêts au grand combat,

Nous traversâmes mer houleuse évitant les sous-marins ennemis,

Ces sous-marins tant redoutés par tous les convois amis.

 

Arrivés sur la terre de la divine Albion,

On nous rappela que la force est celle où réside l’union,

Mais pour trouver en moi la vraie flamme du courage,

J’ai pensée à celle que j’aime depuis mon jeune âge.

 

Et par un bon matin d’une journée qu’on ne s’y attendais pas,

On nous ordonna de monter à bord de ces navires de guerre,

Crois-moi ! Je m’en souviens comme si c’était hier.

Ces navires nous amenèrent tout près là-bas.

 

Débarqués sur la plage d’une mer abreuvée de sang,

J’ai vu bien de mes frères d’armes tombés rapidement,

Avançant avec tête baissée tout en maintenant ma fierté,

Car il en allait tant de mon honneur ainsi que de ma loyauté.

 

Aux champs d’honneur, je suis allé sans jamais tomber.

Dans mon foyer, c’est là où je voulais y retourner.

Tu me trouves courageux ? Tu le penses vraiment ?

Devant cette souffrance je devais l’être sûrement.

 

J’ai avec mes confrères libéré bien des pays occupés,

Mais, toi seule occupa toutes mes belles pensées.

La noblesse qui réside dans le coeur du soldat,

Est celle vers qui sa bien-aimée l’emmènera.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Entouré de lumières

DANS2268-Modifier

Photo réalisée par Phylactère Séance du 2 décembre 2019

Entouré de lumières

 

Suis-je devenu dément?

Ou bien fatigué tout simplement,

Ou bien mes prières ont-elles exaucées?

Serait-ce des anges que le Ciel m’aurait envoyés?

 

Comme c’est extravagant,

Je me trouve bien petit face êtres brillants,

Qui me transportent dans un autre lieu en un autre temps,

En entendant un chant d’une langue inconnue jusqu’à maintenant.

 

Quel beau bleu comme le ciel si attendrissant,

Et ce jaune tel le soleil si chaleureux et si réconfortant,

Et que dire de cette boule d’un vert si agréable à regarder?

Si ce n’est qu’il me fait penser au gazon où j’aimais belles dames courtiser.

 

Qu’ai-je bu avant d’aller dans les bras de Morphée?

Dans le fond, serais-je encore endormi ou bien réveillé?

Or dans cet instant de bien-être une seule chose je désire,

Veuillez, de grâce, me laisser en ainsi jusqu’à mon dernier soupir.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Le sénateur

Photo réalisée par Phylactère Séance du 2 décembre 2019

Le sénateur

 

Je suis le sénateur,

Rien ne peut me faire peur,

Car j’ai connu tant de menteurs,

À chaque jour et à chaque heure.

 

J’ai entendu bien de beaux discours,

Découvert bien des chemins et des parcours,

Des routes sinueuses et des intrigues,

Sans oublier les profiteurs de ces digues.

 

J’ai débuté mon mandat,

En allant droit devant moi,

Être toujours respectueux des lois,

Faire selon ma conscience et le bon droit.

 

Disciple de la pensée hellénique,

Avec un petit côté combatif germanique,

Alliant force et courage, sagesse et tempérance,

Vertus cardinales que m’inculqua mon père depuis mon enfance.

 

Vraiment fier de ma culture,

De votre modernité, je n’en ai cure.

Je pratique la religion de mes aïeux, de mes ancêtres.

Celle que m’ont transmis mon honorable père et ma tendre mère.

 

Sans jamais m’empêcher de dire ce que je pense,

Tout en assumant mes actions d’en vivre en conséquence,

Car actions viennent du coeur mais paroles dites viennent de l’âme,

Ce qui peut soit nous amener vers les cieux ou nous entraîner dans les flammes.

 

Ce qui est en tant que sénateur d’autant plus le cas,

Car chacun de mes gestes, aussi humble soit-il, est surveillé pas à pas,

Ce qui ne m’empêche guère de toujours garder bonne mine et de goûter au plaisir de la vie,

Et si je peux me permettre une seule morale, je vous dirais que rien en ce monde est infini.

 

En effet, hommes de bonne volonté,

Ne possèdent que des politiques aux moyens limités,

Et devant leur bon vouloir et leurs nobles causes devront tout mesurer,

Afin d’accomplir l’essentiel de leurs rêves tant désirés et tant souhaités.

 

De

 

RollandJr St Gelais
Québec (Québec)
Canada

Je pense donc je suis

Photo réalisée par Phylactère Séance du 2 décembre 2019

Je pense donc je suis

 

Devant ma fenêtre,
M’envahit un mal-être,
Surgit en moi une idée, une réflexion.
À laquelle je dois réfléchir avec appréhension.

 

Qu’est-ce qui fait de nous des hommes?
Bien des sages ont tenté de résoudre cette question.
Certains essayèrent d’y répondre par le culte des religions,
D’autres élaborèrent des concepts assez semblables en somme.

 

Serait-ce par les idées que glapissent ces gens tels des hiboux?
De ces idées saugrenues dont s’énorgueillissent ces savants et ces fous,
De ces savants fiers de leurs théories et de ces fous pas si fous que ça,
Car il faut bien que certains des pauvres gens pensent à ce qu’ils voient.

 

À vrai dire une seule question demeure,
Que je me dois de répondre avant que je meure,
Ce que je suis en mon fort intérieur existera-t’il ?
Face à l’éternité qui nous attend tous, semble-t-il.

 

Avouons-le même si cela nous dérange,
Aucun de nos aïeux est venu nous raconter,
De l’autre côté de la porte une fois qu’elle est fermée,
Pas même un saint, pas même un pécheur, encore moins un ange.

 

Mes pensées divaguent au fil des années,
Parfois elles vont, elles viennent, elles ne font que se répéter.
Des pensées parfois nobles, parfois vilaines souvent coquines,
Surtout en la présence de quelques femmes blondes ou rouquines.

 

Mais d’où vient cette incroyable faculté?
Celle de pouvoir penser la nuit jusqu’en matinée,
Au risque de passer nuit blanche avec des idées noires,
Alors qu’à l’aube apparait de la splendeur de la vie sa gloire.

 

Même si je pense, plus je comprends tard,
Oui, c’est une situation si étrange et si bizarre,
Puisque devant tant de questions nulle réponse tienne bon,
Devant la bêtise des hommes j’ai constaté depuis jeune garçon.

 

Parfois, je pense à des blessures profondes et jamais guéries,
À de nombreuses cicatrices béantes et jamais refermées,
Ne serais-je qu’un vagabond sur cette terre damnée?
Voilà là une énigme maintes fois posée.

 

Quelques fois je me demande ce qu’est l’amour,
Serait-ce qu’un vœu pieux digne d’un conte de fée?
Un conte des mille et une nuit que Shahrazade aimait raconter,
Mais trop vouloir y songer m’a fait craindre le pire pour toujours.

 

Car, croyez-le ou non, trop penser peut tuer.
Tuer nos rêves, nos espoirs, nos illusions et nos désirs,
Voilà la raison pourquoi je préfère et de loin simplement vivre,
Pour me sortir de ce parcours ténébreux, je vais plutôt aller me balader.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada