Archive | 17 novembre 2019

Être nu ou être habillé ? Deux conceptions de la réalité

IMG_20191117_130213
RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Être nu ou être habillé ?

Deux conceptions de la réalité

Pour ma part, je dirais que la nudité et le vêtement sont deux conceptions de la réalité laquelle se réfère à ce qui est permis ou interdit au sein de nos sociétés. En premier lieu, le vêtement demeure avant toute chose un besoin, voir une nécessité, dans la vie quotidienne. Certes, les distinctions sociales peuvent être perçues, et même dans une certaine mesure, exhibées, par les vêtements que nous portons. Avouons-le! Rares sont les gens bien nantis qui se pavaneront dans des lambeaux.

IMG_0711En second lieu, la nudité se réfère à un droit lié de près à son bien-être intérieur. Être nu, vivre nu dans un milieu adapté à une telle situation tout en respectant une certaine pudeur, relève avant toute chose d’un sentiment de paix intérieur et, dans certains cas, d’acceptation de son corps. À cet effet, bien des gens tenteront coûte que coûte de transposer leurs malaises intérieurs en adhérant à des postes socialement respectés, voire même adulés, par une proportion importante de la masse populaire. Lesdits postes ont ceci en commun : le port de vêtements qui incitent soi au respect ou bien à la crainte.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Ses mains

IMG_0694
Réalisation photo par Priscilla Vaillancourt

Ses mains

 

J’ai deux questions à vous poser,

Y répondre avec honnêteté veuillez essayer,

Comment peut-on qualifier ce qu’est un être humain?

À quoi peut-on le reconnaître face à tant de différents destins?

 

Devant l’histoire, je vois tant d’illusions,

Que j’en perds tant mon espoir et que ma raison,

Devant tant de guerres sanguinaires et d’horribles conflits,

Pour lesquels gens à leurs dieux sourds et aveugles sans cesse prient.

 

En revoyant les témoignages de nobles femmes,

Que les églises chrétiennes condamnèrent à périr dans les flammes,

Pour avoir percé de leur volonté les précieux mystères de Dame nature,

Afin de guérir les pauvres et les indigents trouvés sur les routes avec un cœur pur.

 

Doit-on être de la bonne couleur?

Doit-on éviter à tout prix de faire peur?

Doit-on parler la bonne langue avoir une seule pensée?

Pour en tant humain en être à jamais et pour toujours qualifié?

 

À bien y penser je me suis définitivement trompé,

Car à vrai dire, j’ai en moi tant de choses à vous demander.

Mais, il y en a une que me tend de sa queue le diable appelé Le Malin :

Faut-il pour être un homme avoir en son corps ses jambes et ses mains?

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada