Archive | 1 avril 2019

Voici mon offrande

Voici mon offrande
Dessin réalisé par Eri Kel de la France

Voici mon offrande

 

Bonsoir de nouveau, mes chéris !
Ce n’est pas croyable comme avance la soirée,
À force de mon corps vous présenter pour l’immortaliser,
Sans oublier que je vous raconte quelques bouts de ma vie.

 

Nous voilà maintenant arrivés à la seconde partie de cette séance,
Où j’ai été à l’aise, devant vos yeux, de faire jouer mes hanches.
Afin de susciter en vous un regard, une envie, un désir,
Et de rendre vivants vos dessins pour votre plaisir.

 

Je vous confie un secret,
Un secret qui devra rester entre nous,
Un secret qui vous rendra peut-être un peu jaloux,
Et qui suscitera le souhait de vérifier la véracité de ce fait.

 

Mon dernier amant venu du Canada,
Ce lointain pays où il fait tout le temps froid,
M’avait fait une de ces confidences bien coquines,
Selon laquelle il admirait mon dos lors d’une pose divine.

 

Comme vous avez été de bons garçons,
Et que vous aviez bien appris avec calme vos leçons,
Vint en moi cette idée de vous faire cette grande faveur,
Un privilège qui saura éveiller en vous un moment de bonheur.

 

Avec petits pas semblables à une danse,
Tournant avec lenteur sur moi telle une transe,
Je réponds avec une sincère joie à votre humble demande,
Voilà donc mon dos de jeune femme ! Voici donc mon offrande !

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

De mon désir, je me noie

tumblr_ouj4maaj4y1td6v2xo1_1280
Inspiré exceptionnellement par ce blog et avec la permission de son auteur https://ode2beauty.wordpress.com/

De mon désir, je me noie

 

Désirer, c’est souffrir disent les sages.
Désirer sans cesse de toi, voilà ma rage.
Rage au cœur de ne point pouvoir te dire,
Te dire de toi comme j’ai envie me fait souffrir.

 

Dès que mes yeux sur toi se portèrent,
Je sentis monter en moi les flammes de l’enfer,
Qui me brulèrent chacune des veines de mon corps,
Transforma à jamais le sang qui y coule en précieux or.

 

De tes caresses, j’en ai si envies.
De tes baisers, jamais je n’en serai rassasiée.
De ta virilité, à chaque instant je succomberai.
À toi je m’offrirai toujours et à jamais pour te combler.

 

Ma destinée est celle d’une rivière perdue,
Dans laquelle je me laisse glisser entièrement nue,
Car, vivre sans toi, y penser une seule fois, je n’en peux plus.
De mon désir, je me noie. Maintenant je vais vers d’autres nues.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Regard voilé

Regard voilé
Dessin par Eri Kel de la France

Regard voilé

 

Vous ai-je dit comment se passa ma première apparition ?
J’aimerais bien continuer, pendant que vous me dessinez, ma discussion.
Je suis arrivé à la fin d’une journée si terne et tellement nuageuse,
Qu’à vrai dire, j’avais presque envie de jouer à la fugueuse.

 

À la porte d’entrée, je sonnai trois fois.
Et dame à forte poitrine m’ouvrait de ce pas.
Sa mine bien sympathique aisément me rassura,
Toute ma crainte s’enfuit très rapidement loin de moi.

 

Elle m’expliqua tout son désarroi,
Lorsque son modèle arrêta de poser sans savoir pourquoi,
Quelques questions bien simples avec gentillesse elle me posa,
Tout en me montrant par des croquis ce qu’elle attendait de moi.

 

Des croquis somme toute bien faits,
Et quelques dessins qui étonnamment me plaisaient,
Et, en réfléchissant bien, cela fut l’occasion de savoir ce qu’il en était.
J’ai donc de bon gré accepté de poser pour ce groupe tel que je le devais.

 

Elle m’amena en un lieu où mes vêtements j’enleva,
Petite chaise où ma robe rouge et sous-vêtements, j’y déposa.
Et devant un modeste miroir, en guise de compagnon, je regardai.
En me disant que le seul regret dans la vie était de ne point avoir essayé.

 

Alors, êtes-vous prête mademoiselle ?
Avec son fort accent de Paris, me dit-elle !
Je lui répondis « oui » avec un plaisir insoupçonné,
En espérant qu’une nouvelle étoile était maintenant née.

 

Nous dirigeâmes vers un piédestal,
Elle me présenta à ses élèves sans le moindre mal,
En me remerciant chaleureusement d’avoir acquiescé à sa requête,
Tout en leur expliquant les règles de l’art du nu telle une conquête.

 

Dans un geste monastique,
Ils prirent leurs crayons tel un conte épique,
À la recherche de l’excellence qui alla leur être dévoilée,
C’est ainsi que par leur souci du détail leur regard sera voilé.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Un peu gênée

Un peu gênée
Dessin réalisé par Eri Kel de la France

Un peu gênée

 

Bon ! Maintenant que la glace est cassée.
Aimeriez-vous que je me présente un peu à vous ?
Cela ferait en sorte d’être plus confortable entre nous,
Allons ! J’ai tellement de choses à vous dire, à vous raconter.

 

Je suis née dans un village des Ardennes,
Baptisée dans une chapelle où l’on me prénomma Hélène,
Prénom que porta jadis ma grand-mère que je n’avais pas connue,
Mais, à ce que l’on m’a dit, elle était très jolie et toute menue.

 

Éduquée dans une famille traditionnelle et catholique,
J’ai fait première communion, confirmation et bien des confessions,
De mes péchés que j’inventais au gré du temps comme de raison,
À bien y penser, et sans regrets, il n’y a là rien qui soit atypique.

 

Ma mère me parla rarement de mon père,
Qui s’enrôla dans l’armée puis mourut à la guerre,
De cette drôle de guerre que j’ai apprise dans les livres d’histoire,
Que je lisais assidument, presque religieusement, jusque tard le soir.

 

Puis vint le jour de faire mon choix de carrière,
Que devrais-je faire pour travailler et éviter la misère ?
Aimant plus que tous les arts sous leurs formes bien diverses,
J’en fis part à ma mère qui me répondit par une tendre caresse.

 

Elle me confia qu’elle se doutait bien quel était mon rêve,
Que mon rêve avait déjà été le sien durant sa jeunesse si triste,
Car l’indigence et la pauvreté étaient le lot de bien des artistes,
Sans oublier celles qui leurs servir de modèles en jouant la belle Ève.

 

Elle rassembla toutes ses économies,
Afin de pouvoir, me dit-elle, réaliser ma vie.
C’est alors que je suis arrivé dans ce quartier de Paris,
Où j’habite dans une chambre située pas très loin d’ici.

 

Voyant une annonce dans une revue,
Où il était inscrit que l’on recherche modèle nu,
Cela me tenta d’essayer afin d’être en cette ville un peu connue,
Quand je pense à prude adolescence, qui l’aurait finalement cru ?

 

C’est ainsi que j’ai fait mes premiers pas,
Que ma crainte de la nudité a fini par sonner le glas,
Je me souviens très bien de cette fin de journée ennuagée
Car devant ce groupe d’élèves, je l’avoue, j’étais un peu gênée.

 

De

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Je suis enfin prête

Je suis prête
Réalisation par mon ami Eri Kel de la France

Je suis enfin prête

 

Attendez ! Attendez ! Attendez !
Je crois bien que j’en aurai bientôt terminé.
Désolé de mon retard, mais j’ai eu une dure journée au boulot.
Des documents à écrire, des gens à rencontrer tout en évitant un mot de trop.

 

Bon ! J’enlève mon manteau.
Holà là ! Ce local est vraiment chaud.
Maintenant c’est au tour de ma belle chemise,
Cette chemise donnée par ma mère à la chevelure grise.

 

Et que dire de ma jupe à la couleur bleu marine ?
Que m’a offert mon dernier amant aux idées coquines.
C’est maintenant au tour de mes petites boucles d’oreilles,
Sans oublier mon collier qui, semble-t-il, me font à merveille.

 

À c’est bien vrai ! J’oubliais l’essentiel.
Retirer mes sous-vêtements faits avec de la dentelle,
Bon, maintenant que tout est retiré et de vous parler j’arrête.
Je vais m’assoir sur ce tabouret car je suis pour vous enfin prête.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Désir primal

primeval_desires_by_rickb500_dd3g8rm-pre
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Désir primal

 

Quelle belle soirée nous avons eue,
Repas d’amoureux tellement langoureux,
Sous un air de violon, nous nous sommes regardés,
En vivant cet instant, nous nous sommes retrouvés.

 

Il y a si longtemps que je rêvais de ce moment,
Être enfin réunis de nouveau et éternellement,
Ne sachant quoi te dire, j’ai préféré garder le silence,
Croyant subir un nouvel épisode de terrible démence.

 

Après quelques verres de vin,
Nos têtes se mirent à tourner en ce festin,
Quel beau sourire, tu me fis avec un bel entrain.
Fort heureusement, notre hôtel n’était pas très loin.

 

Nous avons pris notre temps à se découvrir de nouveau,
Comme au premier jour où nous nous sommes rencontrés,
En cette fraîche journée où volèrent les hirondelles du mois de mai,
En ce jour de printemps où tout nous semblait être si parfait et si beau.

 

Puis l’heure de notre envol a enfin sonné,
De cet envol inespéré mais que j’ai aussi tant redouté,
Car nous savions tel serait notre légitime désir,
Même si, en tant qu’amants d’un soir, cela nous faisait souffrir.

 

Car je me souviens de notre lointaine rupture,
De cette nuit où je voulais en finir avec cette réalité,
Parviendrais-je de nouveau à l’aimer pour l’éternité ?
Que cette question y répondre avec honnêteté fut si dur.

 

Mais, tu es revenue vers moi.
Alors que tout mon cœur meurtri était pour toi,
Je t’attendais avec une rose à la main et le pardon dans l’autre.
Car pour toujours et jamais je serai humblement ton homme, ton hôte.

 

Je n’ai qu’au fond de moi qu’un souhait,
Une requête qu’avec grande confiance je te fais,
Accepterais-tu être pour toujours mon amour de vie ?
Accepterais-tu de vivre avec moi dès cet instant, dès cette nuit ?

 

Nous entrâmes en silence en notre chambre d’hôtel,
Comme un prince charmant accompagné par sa toute belle,
Avec les pupilles dilatées, sur le sofa tu t’étendis si gaiement,
En me demandant de te savourer tel le ferait un grand gourmand.

 

Comment avais-tu pu deviner mon envie, mon désir ?
Comment avais-tu repéré ce qui me ferait tant plaisir ?
Écartant le voile qui cachait ce lieu en évitant de te faire moindre mal,
Afin de satisfaire notre concupiscence innée en notre noble désir primal.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada