Archive | 19 décembre 2018

Triste nouvelle

Arrêté

 

Un homme si charmant

 

Triste nouvelle

Voici pourquoi j’ai finalement été arrêté par la police.

Ce n’est pas moi qui le dit.

C’est la pure vérité.

Screenshot (10)

De magnifiques seins

Magnifiques seins

 

Par François Brosseau : Artiste-peintre, sculpteur, poète visuel et sensuel

 

De magnifiques seins

 

De magnifiques seins immortalisés pour la postérité.

Acrylique sur toile 46 x 61 cm ou bien 18 x 24 ps.

Par François Brosseau de Grandby (Québec) Canada

Laissons à l’artiste la chance de se présenter :

 » Ce que j’ai d’unique par rapport aux autres créateurs c’est l’illustration de la sensualité du corps féminin dans son ensemble ou en partie dans un contexte dépouillé. J’ai le regard d’un artiste poète pour mettre en valeur la beauté, la féminité et la valoriser dans sa particularité.
« Savourez vos plaisirs raffinés » est l’invitation que je lance à la femme qui est le modèle et aux amateur.e.s qui vivront avec mes œuvres.
Mes œuvres sont intimes, joyeuses, libres, douces, sans artifices, intemporelles, sans liens précis ; elles peuvent être interprétées selon une histoire avant et après que vous voudrez bien imaginer. « 

par François Brosseau 

Dans la noirceur

Dans la noirceur

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ 
Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Dans la noirceur 

 

Il est tard et je me sens abandonnée, 

J’ai froid et je me suis perdue dans ce lieu, 

Serais-je en un endroit maudit par les dieux, 

Dont son existence est ignorée depuis que je suis née ? 

 

Non mais, que suis-je venue y faire ? 

Serait-ce l’entrée des enfers ? 

Serait-ce un lieu de damnation ? 

Pour les âmes des nations ? 

 

J’entends les voix des damnés, 

À moins que je sois devenue folle à lier, 

De ces voix qui vous glacent le sang, 

Vous rappelant vos fautes pour longtemps. 

 

Je ferme les yeux pour m’y échapper, 

Car je suis fatiguée de pleurer, 

J’aimerais simplement retrouver, 

Celui que j’ai tant en secret aimé. 

 

Où est le soleil et ses mille merveilles ? 

Sortez-moi de ce cauchemar que je me réveille, 

Où sont ceux qui étaient si chers à mes yeux ? 

Que sont devenus les gens heureux ? 

 

Où suis-je à jamais rendue ? 

Quel est dont le crime que j’ai commis ? 

Malgré mes erreurs je vous ai aimé mes amis, 

Je vous dis la vérité, celle qui est comme moi toute nue. 

 

J’ai tellement peur, 

Je ne sais pas quelle est heure, 

Où je sortirai de ce mensonge, de ce leurre. 

Méritais-je de me retrouver dans cette noirceur ? 

 

Dans cette lugubre obscurité, 

Ma peau y est brisée par la froideur, 

Maintenant et à jamais détruit est mon cœur, 

Car j’y retrouve la racine de mes craintes sans cesse dévoilée. 

 

De 

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

Nous étions nées pour voler 

Nés pour voler

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ 
Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Nous étions nées pour voler 

 

J’ai froid. J’ai vraiment très froid. 

En vivant un tel désarroi au-dedans de moi. 

En revoyant mon passé, mes rêves à jamais effacés. 

En pensant à celles qui sont disparues depuis des années. 

 

Mes si beaux espoirs de jeunes filles, 

Qui ont glissé allègrement sur le métier à tisser, 

De la déesse du temps qui ne dure qu’une pensée, 

De cette pensée qui se brise aisément tel un fragile fil. 

 

Devenue femme, je voyais leurs tristes sorts. 

Alors que leur courage et leur vaillance valent bien de l’or. 

Et que dire de la grâce de la beauté conférée par dame nature ? 

Si ce n’est que rien n’est son égale exceptée un cœur pur. 

 

Avançant en âge dans l’honneur et la dignité, 

Principes de base que ma tendre mère m’a inculquée, 

Et que j’ai ardemment partagés à mes filles tant aimées, 

En y ajoutant comme il se doit d’autres valeurs face à notre réalité. 

 

Mais, ce soir je suis désemparée. 

Car je vois tant de violence envers mes sœurs adulées. 

Tant de larmes versées et tant de peine accumulée, 

Alors qu’un peu d’amour était tant souhaité. 

 

Pourtant, je croyais réellement en cette fratrie. 

Pourtant, j’espérais tellement en cette noble utopie. 

Pourtant, j’étais tant convaincue en cette ultime égalité. 

Car je croyais de tout mon cœur que nous étions nées pour voler. 

 

De 

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada