Archive | 17 novembre 2018

Prenez ma place

IMG_20181117_091119_081

 

Université du Québec à Chicoutimi mercredi le 14 novembre 2018

 

Prenez ma place

 

À vous qui me jugez,

À vous qui de ma passion grugez,

Je n’ai te faire de vos regards de jugements,

Car combien de fois en cette seule vie l’on ment ?

 

Face à mon ouverture,

Vos paroles et vos sermons,

De votre aval et de votre futiles permissions,

Franchement et sans contrefaçon je n’en ai cure.

 

Je suis maître de mon corps,

Celui qui dans cette informe masse,

Peuplée de corps vides telles des carcasses,

A su devenir si rare et si pur valant tout son pesant d’or.

 

Je suis fier de ce que  je suis.

Je suis bien dans ce que je fais et je  le fais bien.

De grâce ! Ne croyez point que je ne suis qu’un vaurien.

Car de mon humble travail l’artiste de ce monde coloré en vit.

 

Vous voulez me détruire ?

Alors-là permettez-moi d’en rire.

Car de ma passion jamais je ne me lasse,

Alors ! Taisez-vous ou bien veuillez prendre ma place.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Endormie

46330662_10157011502283919_357125761863254016_o

Magnifique dessin par mon ami Eri Kel de la France

Endormie

 

C’est la fin de la journée.
Où serait-ce la fin de l’année?
Quoiqu’il en soit, quoiqu’il en est,
Voilà ce qu’il y a, voilà ce qu’il est fait.

 

Après tant d’efforts pour un monde,
Un tas de gens aux comportements immondes,
Elle n’avait que faire de leurs vœux et de leurs souhaits,
Ressemblant à des pantins et à des vulgaires jouets.

 

Maintenant qu’elle est chez elle,
Elle se sent libre telle une hirondelle,
De ses vêtements d’esclaves d’un supermarché,
Elle les arrache avec hâte comme un poids longtemps supporté.

 

Prenant une chaude douche,
Elle entre ouvre délicatement sa bouche,
Et des ses doigts délicatement elle explore sa zone intime,
En pensant à ce jeune homme aux corps d’athlète qu’elle appelle Tim.

 

Ressentant tout son corps se détendre,
Cette eau bienfaitrice sur sa peau tendre,
Elle libère son esprit de ces pensées, de ces idées et de ces faussetés.
Pendant que de ses mains expertes elle se purifie de ces saletés.

 

Propre de corps et libre d’esprit,
Elle décide d’aller s’étendre sur son lit,
Le temps de quelques instants, le temps d’un répit,
Le temps de se retrouver en elle pour qu’enfin elle sourit.

 

Y déposant son corps telle une offrande,
Sur cette autel au doux parfum d’amandes,
Elle se laisse bercer par le ronronnement de sa fidèle amie,
C’est alors qu’elle se laissa tomber, la belle endormie.

 

De

 

RollandJr St Gelais
Québec (Québec)
Canada