Archive | 30 août 2018

Figé !

IMG_9981_edited

Photo par Mélanie Dufresne

Figé !

Figé dans l’encre du temps indélébile.

RollandJr St-Gelais de Québec

Déjà la fin

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Réalisation photo par Phylactère

 

Déjà la fin

 

Les jours raccourcissent, 

Alors que le temps rétrécisse, 

Dans le sablier au sable fin, 

Glissent les blancs grains.

 

Les couleurs vives de la vie, 

Sont remplacées la sombre nuit, 

À la chaleur de nos amours torrides, 

Prend place le froid de la solitude aride.

 

Les rires des enfants, 

Semblent se taire indéfiniment, 

Et le chant mélodieux des oiseaux multicolores, 

Quitte nos forêts boréales vers de lointaines aurores.

 

Et pourtant nous sommes immobiles, 

Figés dans l’encre du temps indélébile, 

Nus comme des vers surpris par l’arrivée de notre hiver, 

Mais en attendant, voici l’automne rougeâtre absent de vert.

 

C’est déjà le temps de se dire au revoir, 

À la pénombre mystérieuse du soir, 

Où se cachent farfadets de nos bois, 

Se cachant des animaux aux abois.

 

Dis-moi, chérie !  

Comment sera l’automne prochain ? 

Puis-je lire les lignes de ta tendre main ? 

Même si c’est la fin, rien n’est vraiment fini.

 

De

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

Pour une superbe femme fort jolie

Pour une femme fort jolie

Loin d’ici

 

Ton nom que mes lèvres

Gardent toujours en secret

Me laissera briller des larmes

Et je n’aurai plus la chance de te dire « je t’aime »

Même si je le garde comme arme

 

Et tu sais que bientôt je serai devant toi

En rattrapant tous les mots

Que j’aurai en secret oublié de confier

Lors des plans pour l’éternité

 

Et j’ai laissé mon cœur loin d’ici

Battant dans les bras de l’indécis

Sans remords sans regrets, j’irai le retrouver

Je ne sais pas si je dois t’en parler

 

Et j’ai laissé mon cœur loin d’ici

Valsant dans un coin de ton pays

Sans regrets, je ne sais si l’on doit commencer

Une histoire si l’on doit se quitter

 

« Jamais, plus jamais », j’avais inscrit aux murs

D’une existence meurtrie

Par les fois où je n’ai soigné mes blessures

Par faute ou bien par oubli

Et tu sais que bientôt je serai devant toi

 

En rattrapant tous les mots

Que j’aurai en secret oublié de confier

Lors des plans pour l’éternité

 

Et j’ai laissé mon cœur loin d’ici

Battant dans les bras de l’indécis

Sans remords sans regrets, j’irai le retrouver

Je ne sais pas si je dois t’en parler

 

Et j’ai laissé mon cœur loin d’ici

Valsant dans un coin de ton pays

Sans regrets, je ne sais si l’on doit commencer

Une histoire si l’on doit se quitter.

 

Par

 

Cœur de Pirate

Boule de cristal

40049766_10155921833707523_5342756797293789184_n

Photo par Mélanie Dufresne

Boule de Cristal

 » Parfois, il suffit de regarder le monde à l’envers pour le voir à l’endroit. Triste époque où les droits des masses disparaissent au profit des bien nantis. Triste époque où les malheurs des uns font le bonheur de quelques privilégiés. Triste époque où même une boule de cristal ne sait comment sera fait l’avenir de cette terre. Si avenir, il y a. « 

Rolland St-Gelais de Québec

Dans la rivière, je m’y suis baigné.

IMG_9901_edited

Réalisation photo par Mélanie Dufresne à la Rivière Richelieu

Dans la rivière je m’y suis baigné

 

Parcourant mon coin de pays,

J’y ai découvert ce coin joli.

Ah ! Ce que j’y étais bien,

En y faisant simplement rien.

 

Sentant le parfum des fleurs,

Admirant le paysage aux riches couleurs,

Ne me souciant guère des problèmes de ce monde,

Sans me sentir coupable d’être devenu si immonde.

 

Je m’en allais sous le soleil luisant,

De la chaleur de l’été si apaisant bien calmement,

Avec pour seul but de profiter de cette vie,

De ce temps qui me semblait infini.

 

Quel bonheur de découvrir,

Ce qui me faisait maintenant sourire,

Une rivière pour m’y baigner nu comme un ver,

Quoi de mieux pour apprécier cet été si vert ?

 

Ce que j’étais heureux,

Lorsque tu m’as demandé,

Si tu pouvais m’accompagner,

Et ainsi nous serions nus tous les deux.

 

Viens ! Ô mon amour !

L’eau est si fraîche en ce jour,

Je n’attends plus que toi ma bien-aimée.

Voilà pourquoi dans la rivière je m’y suis baigné.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada