Mes yeux cultes

19601050_896358287200177_7561719732523548850_n

Mes yeux cultes

 

Dès mon flanc minaude les hautes-villes,

Gambadant d’internes forêts où la course par égard à la foi,

Je laisse tes aveux tâter l’ouverture d’outre-part.

Le temps que mon comparse fragmente sa signature,

Vers le mot à son verbe déjà trait d’union.

 

Bien que l’amour a ses supports en or,

Il n’en reste que ses attraits ne sont que portés,

Dans l’apparence du cliché,

la clé s’habille urbaine et vacille commune.

 

Tel le nu que jambe sa peau touchée,

D’orteil le bout de ton nez.

Je me garde de robe la porte close,

À mes envies de déesse.

J’ai le temps quand il sera qui ...

 

De

 

Alexandra Cadet

Montréal (Québec)

Canada

Note personnelle : J’aime beaucoup le choix des mots qui portent à la réflexion sur ce que sont l’amour, la volupté et la nudité érotique. Voilà la raison d’être de publier cette prose.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s