Voilà la femme

Voilà la femme

 

Fragilité de soi,

Devant notre destinée,

Là où sur cette terre si malmenée,

À la recherche d’un nouveau messie ou d’un nouveau roi.

 

Quelle crainte devant l’inconnu,

Où devant nos propres regards nous paraissons nus,

Qui sauvera l’humanité, ô divinités !, de ce gouffre sans fin,

Serait- ce là notre futur voulu par des démons tellement malins ?

 

Pourtant, c’est dans les yeux,

Que se trouve ce calme si merveilleux,

Cette céleste quiétude que l’on retrouve sur le mont Sion,

Et que nous offre la plus exquise des êtres de la belle création.

 

Fragilité de l’homme dépourvu,

Une réponse se fit entendre des nues,

Je serai avec toi mon amour, mon tendre chéri !

Voilà la femme qui des Cieux tout là-haut descendit.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s