Archive | 13 février 2017

Sensible

new-image6

Sensible

Bonjour tout le monde,

12200452_10208456182107114_1033381321_n-2.jpgAujourd’hui, j’ai décidé de faire quelque chose de spécial puisque je serai fort probablement absent de mon blogue pour quelques jours. En effet, je serai à Montréal mardi et mercredi de cette semaine en prévision d’une séance de nudité artistique qui aura lieu à l’université de l’Abitibi-Tesmiscamingue (satellite Montréal). J’ignore si vous le saviez déjà mais ce sera ma deuxième expérience en tant que modèle nu pour ce département universitaire et je compte bien être à la hauteur des attentes des élèves qui y seront présents.

new-image6Ceci écrit, j’ai eu l’idée de vous présenter un dessin de nu réalisé par une amie de la France avec qui je correspond de manière assidue. Elle possède de grands talents dans le domaine des arts. Ceci ne m’étonne guère lorsque je pense à ce qu’elle m’a raconté dans son cheminement personnel. En effet, comme elle le dit si bien : « J’ai toujours touché un peu à tout depuis toute petite. De plus l’art, la pensée et l’imagination sont des éléments importants lesquels me font rêver parce qu’il n’y a pas de frontière, ni de règle, juste nous et la matière. Voilà ça me fait vivre tout simplement. Bref, si on me coupe de toute ces choses, on me coupe de la vie. »

Peindre, dessiner ou travailler sur n’importe tel support est loin d’être chose facile pournew-image7 un artiste en herbe. Ceci est encore plus difficile lorsque l’on a pour sujet la nudité. Serait-ce une pression sociale trop forte pour un tel artiste ? Serait-ce par crainte du jugement d’autrui ? Et quelle est la perception de la nudité chez cet artiste ? Voici ce dont m’a expliqué l’auteure de ce dessin : « La nudité est partie intégrante de notre vie puisque nous somme nés nus et nous vivons nus malgré qu’on se cache avec du tissu plus moins lourd, plus ou moins laid. D’ailleurs, pour moi faire des images ou bien du dessin de nu, c’est une manière dit foutre mon p’tit grain de sel dans cette société où la nudité, par le fait même notre nature véritable, est considérée pour de l’exhibition. » Son plus grand rêve serait de réussir à faire changer d’avis les gens sur le sujet car une telle position lui semble être, et ce avec raison, d’une grande nullité.

Et que pense-t-elle du corps de la femme et, sujet presque tabou, celui d’un homme ? J’ai osé lui posé la question et sa réponse m’a vraiment ébahi. Pour elle : « Je dirais d’une manière banal je préfère dessiner une femme, car elle a des traits sensuels, et des courbes généreuses. Dessiner une femme ? Il faut le faire avec des gestes délicats. En ce qui concerne un homme, j’aime aussi, mais il possède des traits beaucoup plus durs. » Voilà pourquoi, selon elle, il faut savoir utiliser un coup de crayon avec fermeté. À son grand regret, elle ne pense pas réussir à maîtriser de manière satisfaisante jusqu’à maintenant.

Bref, J’ai découvert au fil de mes discussions avec l’auteure, dont le pseudonyme est Mariie, une grande sensibilité et beaucoup de talents potentiels dans ce domaine qu’est le nu artistique. Une sensibilité qui démontre à la fois la beauté de son âme et son désir de réaliser son rêve. C’est ce que nous pouvons lui souhaiter de bon cœur.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Soleil couchant

new-image3

Soleil couchant

 

Au gré du temps et des jours,

Et des songes des tristes nuits d’hiver,

Questions tourmentent les hommes tel un calvaire,

Pourquoi vivons-nous persuadés de vivre pour toujours ?

 

De nos tout premiers pas appris,

De nos amours où notre cœur fut épris,

Fils d’hommes furent convertis à chair à canon,

Filles de mères deviendront celles qui pleureront leurs garçons.

 

Des empires où l’astre du jour se leva,

Qu’en reste-t-il maintenant ? Dites-le moi.

Des rêves de conquêtes de ces rois orgueilleux,

Si fiers de leurs péripéties puériles et pourtant si vaniteux.

 

Que disent les annales et leurs mémoires,

Que le sang des innocents a écrit leurs histoires ?

Et que malgré leurs sages et leurs imminents savants,

Ils devront faire face à leur ultime destin en voyant le soleil couchant.

 

de

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada