Aimer, c’est se montrer nu.

FB_IMG_1459438215649

 

Aimer, c’est se montrer nu.

 

Aimer, c’est se montrer nu.

Aimer, c’est sans aucun doute, se montrer nu à l’autre: nu dans sa force et nu dans sa fragilité! Tout se dévoile et tout se vêt de grâce! La nudité est le vêtement du roi: naître c’est peut-être cette mutation du voilé en ce vêtement plus dense que dix mille traditions clandestines… C’est la même chose que d’aimer ou d’écrire: ce n’est que se soumettre à la claire nudité du silence et du regard inquisiteur humain… C’est en quelques sortes, toujours s’effacer!

La poésie est une parole aimante: elle rassemble celui qui la prononce et elle se recueille dans la nudité de quelques mots… Ces mots, sont avec eux, un mystère de la présence humaine et sont offerts à celui qui les entend, les reçoit… Ils ne tuent parce qu’un amour nous révèle dans notre nudité, mais bien dans notre misère, notre état désarmé, notre néant! La vieillesse ne peut ouvrir la nudité que par la véritable gloire: la gloire seule tient lieu des talents qu’une longue vie a usés… 

La nudité est un vêtement et le vêtement en est sa parure… Tout comme la pureté, dont le reste n’est que souillure.. La pauvreté en est l’ornement ultime!

La nudité dans la relation amoureuse, c’est une offrande que l’on fait de son moi véritable, dépourvu des boucliers et des masques qui nous protègent de la société, celle qui nous facilitent l’épreuve de ses règles et de ses contraintes… L’exhibition de la plus luxueuse nudité ne prouve point à la chair plus d’attraits que le récit des touts que tisse la pensée: une sorte de priapisme sentimental causé au cœur…

Il faut chercher à comprendre et à disséquer les pires exactions, toujours essayer de retrouver la place de l’homme dans sa fragilité, souvent introuvable… Ensevelis parmi les ruines monstrueuses de ses actes absurdes! Nous vivons dans une époque étrange où tous ont peur de la nudité alors que l’idée qui en découle, est que c’est en fait, quelque chose de magnifique! Aujourd’hui, c’est pour nous, affaire de convenance que l’on ne veuille pas tout voir dans la nudité… Tout comprendre, c’est pouvoir tout mépriser! Elle gêne moins celui qui est vu que celui qui regarde! Lorsque la nudité rend au corps un culte pur d’amour, c’est la chair qui en demeure humiliée!

Beaucoup d’entre nous mourront ainsi sans jamais être nés à leur humanité… Ayant pour ainsi dire, confiné leurs systèmes associatifs à l’innovation marchande, tout en couvrant de mots la nudité simpliste de leur inconscient dominateur…

Collaboration spéciale

Québec (Québec) Canada

2 réflexions au sujet de « Aimer, c’est se montrer nu. »

Laisser un commentaire