Pourquoi donc?

Pourquoi donc?

Bonjour tout le monde,

11223518_1687484854815951_4846526328183684758_o.jpgJ’espère que tout se passe bien pour vous et que vos préparations pour le temps des fêtes vont bon train. Pour ma part, tout va pour le mieux dans ma vie et, croyez-le ou non, j’ai déjà fait mes décorations de Noël. Bon! Ce n’est guère ce que l’on retrouve sur Time Square, mais je peux être fier de ma petite création.

Oui, je suis fier de mes belles décorations aussi modestes soit-elles tout comme ma fierté est grande en ce qui a trait à mon blogue artistique où mon expérience vécue en tant que modèle nu est mise à l’honneur. Il va de soi que vous pouvez y trouver mes nombreuses autres réalisations. Je pense, entre autres, à mes poèmes et à mes critiques personnelles sur diverses activités auxquelles j’ai eu la chance de participer. Bref, la diversité est belle et bien au cœur de ce blogue. Un blogue entretenu avec passion et amour. Si je peux m’exprimer ainsi.

Toutefois, l’une de mes correspondantes m’a affirmé qu’il serait peut être bien de vous expliquer pourquoi l’on y retrouve jamais, ou presque, une référence à la cause de ma situation physique. Une cause qui a fait les manchettes au cours de cette année via de nombreux médias de masse, et ce, suite à une requête du regroupement des Survivants canadiens de la thalidomide auprès des instances gouvernementales canadiennes.1

Bref, mon intention est dans le présent article de vous expliquer pourquoi ai-je délibérément refuser de mettre de l’avant cette réalité de ma vie. Non pas à la rendre occulte, mais de permettre une vision bien différente que j’ai vécue pendant ma plus tendre enfance. Une enfance marquée par l’ingérence du corps médical et par le regard machiavélique de certains avocats peu scrupuleux.

«Pourquoi donc?», me diriez-vous. Il y a trois raisons fondamentales qui m’ont incité à utiliser le silence sur le sujet. Trois raisons à la fois simples mais interdépendantes les unes aux autres.

DSCN0601-2_thumb.jpgTout d’abord, il y a une multitude de sites web où l’on parle abondamment de ce médicament et des conséquences qu’il a eu tant au plan de ses effets tératogènes sur l’enfant à naître, qu’au plan légal auprès des instances juridiques qui ont été confrontées à réagir pour régler les multiples poursuites contre les différentes compagnies pharmaceutiques ayant commercialisé ce produit et, enfin, au plan médical puisque l’ensemble des différents corps médicaux ont été appelés à réparer dans la mesure du possible et, trop souvent, avec peu de moyens mis à leur disposition, les désastres physiques causés par ce médicaments. Souvenons-nous que le domaine de la fabrication de prothèses pour les enfants était ni plus ni moins qu’à ses tous premiers balbutiements. Donc, chacun d’entre vous peut faire ses propres recherches sur le sujet, que ce soit par l’entremise du web ou bien, croyez-le ou non cela existe encore de nos jours, en consultant les documents disponibles à la bibliothèque.

Ensuite, le fait d’avoir parlé sur la thalidomide aurait pu compromettre Share2015-03-06-7742574e0a304625705b173546d8e1ae14558c26236ef5a58894e3af8d17fb40-Picture.jpgtout le sérieux de mon blogue. Un blogue consacré d’abord et avant tout à la nudité artistique via mon expérience personnelle, fort remarquable faut-il le rappeler?!, et à mes nombreuses activités dans le milieu artistique. Je suis fier de ce que je suis. Et qui suis-je en premier lieu? Un homme sexué avec un corps, une âme, des rêves, des passions, qui a vécu des joies, des peines, des réalisations et des échecs comme n’importe qui d’entre vous. En résumé, la thalidomide n’a donc jamais eu voix au chapitre, si ce n’est que par l’entremise de quelques poèmes sur ma fierté d’être un … homme. Un homme pleinement épanoui.2

WP_20150506_003.jpgEnfin, et peut-être la raison la plus importante qui soit, mon intention n’est pas, n’a jamais été, et ne le sera jamais, d’attirer une quelconque forme de pitié auprès des lecteurs et des lectrices. J’aime la vie plus que tout, avec ses hauts et ses bas. Qui en a pas? J’adore mon corps pour ce qu’il est, c’est-à-dire une source d’inspiration pour les artistes avec qui j’ai travaillés au cours de ces trois dernières années. Des artistes aux multiples talents exceptionnels envers qui j’ai un profond respect. D’ailleurs, si il y a un élément qui est à retenir de nos expériences de travail, c’est bien celui du regard au-delà de mon corps. Un regard qui cherche la beauté unique qui s’y trouve et qui désire le présenter selon ses perceptions. Et, vous pouvez être convaincus, les résultats ont été des plus surprenants. J’en parle en connaissance de cause.3

Si je peux ajouter un autre élément à cet article, c’est justement que la volonté de tourner la page sur le dossier de la thalidomide a été prise depuis le moment où j’ai décidé de laisser ma défunte mère reposer en paix. Une paix grandement méritée. C’est le moins que je puisse dire. Vous pouvez maintenant comprendre ce qui m’a motivé à mettre sous silence le dossier de la thalidomide au sein de mon blogue artistique. Merci de votre compréhension.

Merci de m’avoir lu!

WP_20150307_003_thumb.jpg

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

1.Nom officiel des personnes nées handicapées suite au pire scandale pharmaceutique mondial de tous les temps.

2. Vous trouverez mes poèmes aisément en parcourant mon blogue.

3. Plusieurs réalisations de nudité artistique ont été publiées au sein de magazines de renom tant au Québec qu’en Europe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s