Un moment de réflexion

WP_20150307_029

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que le reste de cet hiver vous soit le plus profitable qui soit. Pour ma part, je file le parfait bonheur avec dame Plume et ma passion à la fois dans le domaine de l’écriture que pour la nudité artistique. Rassurez-vous ! J’en ai bien d’autres lesquelles sont quelque peu différentes de ce que vous retrouvez dans ce blogue. Je profite de l’occasion qui m’est offert pour vous remercier de votre assiduité à lire mes articles. Ne soyez en aucun temps gênés à y écrire vos commentaires dont il me fera un plaisir de lire et de valider. Chose importante à retenir ! La politesse est toujours de mise. Merci de votre compréhension.

277812_4113494800157_1209594786_oEntrons maintenant dans le vif du sujet ! J’ai voilà quelques mois développé sur l’importance de la pose spontanée, celle qui se fait sans aucune attente entre d’une part, le modèle et d’autre part, l’artiste. Un tel article a été rédigé à la suite d’une séance photo qui a eu lieu le 25 mai 2013 c’est-à-dire le lendemain du réveillon de Noël où je fus accueilli chaleureusement par une famille formidable dont la mère, celle qui m’avait invité a eu l’idée de réaliser quelques clichés avec son appareil photos. Ce fut une très belle expérience que nous avons vécue ensemble dans ce moment de réjouissances qu’est le temps des Fêtes. Une telle séance m’avait incité à écrire sur l’attention que nous devrions apporter à l’occasion de la pose dite « dégagée de toutes prérogatives établies entre les participants ». Autrement dit, je me réfère au plaisir et uniquement à ce plaisir que procure la pose.

Il va de soi qu’un tel plaisir est intimement lié à l’estime que nous avons de notre propre image corporelleWP_20150307_019 (2) laquelle se développe au fil du temps et des soubresauts de la vie, ce qui n’est pas toujours évidents je vous l’accorde, et de nos interactions avec nos pairs. À cela plusieurs autres facteurs, parfois bénéfiques, parfois plutôt néfastes, peuvent s’ajouter rendant ainsi le développement psychologique vis-à-vis de notre corps et de l’image que nous en avons extrêmement aléatoire selon nos expériences personnelles.

Un fait intéressant à retenir se rapporte à une interrogation que je me suis souvent posé au cours de ma vie : Pourquoi ceux et celles qui osent commettre l’irréparable, c’est-à-dire à se suicider, sont souvent des personnes qui possèdent un critère de beauté physique, entendons ici des critères établis selon des normes sociales, fort élevés tandis que ceux qui persévèrent contre vents et marées entre plus souvent qu’autrement dans la catégorie des moins avantagés par la vie. Oui, ce n’est pas toujours le cas, mais force est de constater que le suicide arrive plus souvent qu’autrement chez les gens ayant un potentiel social plutôt élevé. L’exemple du comédien Robert Williams corrobore mes propos. Certes, vous pouvez être en total désaccord avec mon opinion. C’est votre droit le plus stricte tout comme c’est le mien de penser ainsi.

Attention ! Je ne condamne en aucune façon les personnes qui pour une quelconque raison osent commettre un tel geste à leurs égards. Je trouve tout simplement triste que certaines d’entre elles en soient rendue-là. C’est tout. Une noble pensée va à tous les intervenants du milieu de la santé, qui par leur volonté de venir en aide à ces personnes au prise avec un tel désespoir, peuvent sauver la vie de quelques-uns. Vous avez mon plus profond respect.

Nous devons apprendre à aimer notre corps comme il se doit, à l’entretenir, voire à le bichonner, à l’accepter tel qu’il est. Ce qui ne signifie pas que nous devions avoir un comportement où le laisser-aller serait roi. Bien au contraire ! Aimer notre corps inclus le désir à la fois de l’apprivoiser et de l’améliorer, non pas pour autrui mais d’abord et avant tout pour soi-même. Un entretien physique aide de manière fort surprenante à développer un bien-être mental lequel incitera notre corps à vouloir se surpasser. Notre corps et notre âme ne font qu’un. C’est à ne jamais oublier.

WP_20150307_018 (2)Une hygiène impeccable favorise, bien plus que vous pouvez même vous l’imaginer, une haute estime de notre image corporelle. Ce qui est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit de poser nu à l’occasion d’une séance artistique. Ici, tout doit être pris en considération en tant que modèle nu ; propreté du corps, de la tête jusqu’aux pieds, en passant par les parties plus intimes, ce qui va parfois au rasage pubien et même au prépuce nettoyé chez les hommes. Vive la circoncision dans mon cas!

D’ailleurs, je me rappelle de la séance de nudité artistique à laquelle j’ai eu la chance de participer samedi le 7 mars dernier. Croyez-vous que j’aurais osé offrir mes services si au préalable mon hygiène personnelle laissait à désirer ? Hé bien non ! Il me fait un devoir de posséder en tout temps une hygiène corporelle impeccable puisque c’est, selon ce que mes parents m’ont inculqué depuis ma plus tendre enfance, une signe de respect non seulement envers les autres mais aussi envers soi-même. Qui plus est ! Je n’avais aucune gêne à prendre des positions où ma nudité seraitWP_20150307_018 (4) présentée de manière absolue aux artistes présents pour la simple raison que mon hygiène personnelle et de surcroit intime était impeccable. Croyez-moi sur parole ! Il m’est un devoir presque sacré de me doucher à chaque jour. C’est ainsi que je pouvais utiliser à ma guise toutes les positions où chaque partie de mon corps serait présentée aux artistes leur permettant de découvrir avec un regard qui leur est propre chacun de ses recoins. Le tout dans une optique exclusivement artistique, il va de soi.

En résumé, notre positivité à l’égard de notre image corporelle se développe certes depuis notre plus jeune âge mais elle s’entretient au fil du temps par d’un côté, une harmonisation du corps et de l’esprit et d’un autre côté, par de saines habitudes de vie notamment celle d’une hygiène appropriée. Voilà pourquoi ces deux éléments sont mis de l’avant dans les centres de désintoxication que ce soit contre les drogues ou l’alcool auprès de leurs patients. Là encore, j’en sais quelque chose puisque, vous l’avez peut-être deviné, j’ai passé par ce chemin. Un chemin menant vers une liberté extraordinaire.

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s