Archive | 27 janvier 2014

Femme nue …

Femme nue…
Femme nue, femme peu vêtue!
Dans ce monde si cruel, qui recherches-tu?
Toi, qui est d’humeur inégal!
Je m’en moque car tu es femme fatale.
Ô Blanche neige de mes rêves,
Je désire t’embrasser sur tes rouges lèvres.
Ô Belle aux bois dormant,
Mon désir est de te dire mon amour en te serrant tout doucement.
Femme souffrante, femme aimante!
Ne vois-tu pas mes sentiments qui de mon cœur se consument?
Ô toi qui est assise sur cette pente,
Tends-moi ton corps que je le hume.
Certes, je ne suis qu’un humble mortel.
Mais pour toi, je serais prêt à vendre mon âme immortelle.
Et d’en gravir tous les Everest de ce monde,
Pour un tendre baiser de toi, je la ferai ma Joconde.
Mes larmes deviendront tes diamants,
Mes bras te recouvriront pour te réchauffer.
Je serai à jamais ton amant.
Et tu seras mon unique bien-aimée.
de
Rolland St-Gelais

Perdre!

Perdre!

Perdre mon âme et ma vie n’est rien,

Si tu n’es pas là les lendemains.

Aurais-je simplement une destiné,

Si mon cœur cessait de t’aimer?

Perdre mon corps dans les abîmes, je n’en ai aucune crainte.

Devenir un fantôme dans les méandres de l’histoire ne me fait pas peur.

Ne plus sentir ta présence dans mon cœur,

Mes larmes ne suffiraient pas dans mes plaintes,

Car toute ma vie ne serait qu’un l’heur.

Perdre mes membres serait inutile car je te les donnerai volontiers.

Que l’on arrache ma peau pour la jeter au gré du vent,

Car sans toi mon existence ne serait que néant.

Je passerai de vie à trépas n’eut été le regard de ma bien-aimée.

Souries-moi, ma divine beauté, je t’en conjure.

Mon amour, pour toujours tu l’auras, je te le jure.

Ne détournes pas ton regard ne fut-ce qu’un instant,

Je te le demande à genoux en priant.

Dans le plus profond de mon être, là même où nul n’y a été.

Il y a un grand secret que je te confie en toute liberté.

Je suis prêt à perdre tout pour toi.

Oui, pour toi. Et toi seule! Puisque tu es tout pour moi.

de

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ta main

 

Ta main

Toi qui as le cœur lourd et qui craint pour demain,

Regarde-moi car voici que je te tends la main.

Sécher tes pleures et te coller sur ma poitrine,

Et avec passion embrasser tes lèvres douces telle une tangerine.

Te serrer dans mes bras meurtris et blessés,

Afin de pouvoir toujours t’aimer et ne jamais te quitter.

Serait-ce un rêve ou bien un songe qui parcourt mon esprit?

Attendant celle qui de mon âme a pris.

Ces quelques mots sont pour toi ma déesse de beauté.

De tes yeux qui reflètent ta sincérité,

Je ne crains point perdre la vie,

Ma peur est de vivre sans toi pour les temps infinis.

Prends! N’ai crainte ma dulcinée.

Ma main est pour toi.

Oh ma chère bien-aimée,

À jamais mon cœur sera ton toit.

de

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada