Archive | 25 janvier 2014

C’est la vie.

C’est la vie.
Ma mère me disait de sa douce voix,
C’est la vie qui est faite ainsi.
Il faut savoir faire des choix,
Et réaliser nos rêves même les plus petits.
Que ton courage ne soit jamais remplacé par de l’orgueil,
Et de ta franchise par de la malhonnêteté.
Sinon tu risqueras de te retrouver sur le seuil,
Tant en amour qu’en amitié.
Avance toujours droit devant mon fils,
Et si tu tombes, et crois-moi, tu tomberas.
Dans ton cœur, pour te relever, je serai là.
Tu reprendras ta croix et tu suivras le Christ.
Par dessus tout n’oublies jamais ce simple conseil,
Ces quelques mots qui te suivront pour toujours.
Aimes! Aimes! Aimes! Chaque nuit et chaque jour.
Sous la pluie glaciale ou sous la chaleur torride du soleil.
C’est en aimant sincèrement et sans arrières pensées.
Que l’on peut espérer sauver l’humanité.
Mais, avant tout chose, tu devras apprendre.
Que l’amour fait souvent mal et peut tout te prendre.
« Fais-moi confiance mon Rolland! » me disait-elle.
Avant de partir telle une hirondelle vers le Ciel.
Je te dis à mon tour simplement ceci,
« Tu avais raison maman. Elle est belle la vie ».
de
Rolland

Mon amie de tous les jours

Ma belle Plume
Ma belle Plume
Mon amie de tous les jours
Toi ma belle Plume qui est entrée dans ma vie,
Et qui sans cesse comble ce grand vide du quotidien.
Ta présence est agrémentée par tes jongleries,
Qui m’aident à ne pas craindre mes lendemains.
Plume! Plume! Plume! Ma fidèle Plume!
Que seraient mes longues journées?
Sans oublier ta beauté toute féline,
Qui dissipe en moi toute cette brume.
Je me rappelle de cette matinée ensoleillée,
Où je t’ai accueillie bien doucement dans mes bras.
Craignant, vu ta petitesse, de te blesser,
Je te tenais tendrement évitant de faire de brusques pas.
Tu as certes grossi depuis tout ce temps,
Mais, à mes yeux, tu seras toujours ma toute petite.
À mes côtés, tu restes beaux temps, mauvais temps.
Je n’ai pas à te nommer souvent car à ton nom tu arrives très vite.
Plume! Plume! Plume! Ma belle Plume!
Grâce à toi, ma demeure est un havre de paix et de quiétude.
Dès que j’ouvre la porte, tu es là Plume!
De tes ronronnements tu chasses loin de moi mes inquiétudes.
Je le sais que trop bien qu’un jour la vie te ravira,
Mais d’ici-là tu pourras toujours compter sur l’amour de ton maitre.
Si je peux demander une chose à Dieu, et ce de tout mon être,
C’est de pouvoir te dire combien je t’aimais, le jour où tu partiras.
Plume! Ma fidèle Plume! Ma tendre Plume!
Tu seras à jamais ma Plume.
Je t’aime Plume.
Et je te le dis avec des mots et avec ma plume.
de
Rolland

Caresser ton visage

Caresser ton visage

Que la vie est belle depuis que je t’ai rencontrée.

Depuis ton premier regard sur moi, je vis un conte de fée.

Ne craignant ni les moqueries, ni la fureur de la populace,

Je me jette dans tes bras et tu m’y enlaces.

Malgré tout ce temps et ces lieux qui nous séparent,

Mon désir pour toi ne cesse pas de s’enflammer.

Rêvant de voir ma chérie venir vers moi pour m’embrasser,

C’est alors que survient en mon esprit l’amour de mes parents.

Ne pouvant caresser avec passion ton visage angélique,

Ma plume remplacera allégrement cette carence.

En espérant toucher ton âme avec bienveillance,

Je m’en remets donc à Dieu tout là-haut dans son monde paradisiaque.

Ne détourne pas, je t’en supplie, tes tendres yeux de ces mots.

Qui viennent, crois-moi ma chérie, d’un endroit tellement mystérieux.

Qu’il n’y a aucunes cartes connues de nos aïeux,

Ni de marins qui le connaissent de part toutes les eaux.

Pourtant ce lieu si secret existe bel et bien.

Mais, pour le trouver il faudra être plus que malin.

Il est là imperceptible et il n’attend que toi.

Il t’ouvre la porte de son château tel un roi.

Son amour est son unique richesse.

Sa fidélité accompagne bien toute sa tendresse.

Il te veut pour reine afin de partager ses petits moments de bonheur.

Et de t’offrir ce qu’il a de plus précieux : son cœur.

De

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada