Nuit blanche

Nuit blanche!

Je marche seul dans la froideur hivernale.

Grelottant de tout mon être,

Mais d’une volonté sidérale,

Je tiens bon tel un hêtre.

Ô quelle belle nuit malgré tout!

Car mon amour pour toi,

M’évite de passer de vie à trépas,

Tout en saluant mon ami le hibou.

Nuit blanche! Ô nuit blanche!

Comment puis-je dire à ma belle ma romance,

Lui prouver mon amour,

Sans passer par mille détours?

Telle une grande dame,

Blanche nuit qui me poursuit.

De t’ouvrir mes bras, je me languis.

De me donner à toi, je le veux, corps et âme.

Mais, puisque tu es si loin.

Ma plume me servira, ô belle nuit blanche,

À t’exprimer avec grand soin,

Mon ardeur avec entrain.

De

Rolland St-Gelais

Laisser un commentaire