La rencontre entre deux âmes: Quand deux océans se rejoignent. (Reprise)

La rencontre entre deux âmes: Quand deux océans se rejoignent. (Reprise)

séances-de-poses-nues

séances-de-poses-nues

 

Il m’est arrivé au cours de ma vie de faire la rencontre de gens dignes d’intérêt. Or, ces personnes ont toutes ces deux points en commun : Elles proviennent de tous les milieux et partagent diverses passions aussi variées les unes que les autres. Certaines d’entre elles sont douées pour l’art culinaire, comme certaines le sont pour  les sports, alors que d’autres le sont pour le dessin ou la peinture. Grâce à leurs passions, la mosaïque de la beauté de la vie s’enrichit d’une multitude de couleurs.

C’est ainsi que j’ai eu la chance de rencontrer un artiste-peintre pour qui j’ai servi de modèle nu dans son atelier situé dans la métropole du Québec au Canada. J’y étais accompagné par la jeune et talentueuse cinéaste Marie-Pier Auger. Oui, j’ai osé poser nu pour un artiste-peintre. Mais, d’abord, j’ai posé nu devant une autre personne qui possède tout comme votre humble serviteur une âme. Vous êtes en droit de vous demander s’il s’agit d’un regard d’un artiste sur un sujet quelconque, comme on en voit dans la plupart des écoles d’art? Par l’expérience que j’en retire, il est préférable d’y voir davantage la rencontre entre deux âmes dans lesquelles on y retrouve une profondeur océanique que d’y voir qu’une simple séance de pose artistique. D’ailleurs, rappelons-nous que nos corps sont tout simplement que des véhicules pour nos âmes immortelles.

Michel T. Desroches donnant une seconde naissance à votre humble serviteur.

Je le reconnais d’emblée : avoir fait la rencontre avec Michel T. Desroches m’a profondément ému, et ce, tant par sa gentillesse que par son sens du professionnalisme. Il y a un autre élément qui est particulier à cette rencontre. En effet, il est le premier de tous les artistes rencontrés à ce jour qui a réussi à faire vibrer mes cordes sensibles. Il a été capable, et c’est tout un exploit, de me faire revivre en pensée des souvenirs qui jalonnent, telle une montagne russe, mon expérience de la vie. Oui, j’ai versé quelques larmes en me remémorant cet exercice formidable. Soyez rassurés-es! Ce sont des larmes de bonheur.

Nous sommes donc arrivés, Marie-Pier Auger et moi, vers les 18h00 à l’atelier de Michel T. Desroches. Sa belle humeur et sa simplicité m’ont plu dès l’instant où mes yeux ont rencontré les siens. Nous avons discuté afin de faire plus amples connaissances. C’est ainsi que j’ai pu constater avec aisance qu’il possède bel et bien une âme artistique. Une âme qui est prête à accueillir l’autre telle qu’elle est.

Modèle vivant

En tenu de travail approprié, c’est-à-dire en costume d’Adam

Quelques instants plus tard, et après avoir fait les présentations d’usage, vint l’heure de travailler. Je me suis dirigé vers son bureau afin d’être en tenu de travail approprié, c’est-à-dire en costume d’Adam, alors que la cinéaste montait sa caméra pour immortaliser cet événement rarissime: assister à une séance de pose nue d’un homme vivant avec un handicap physique apparent par un artiste-peintre. Un moment empreint de magie, de respect et de complicité. Il est important de souligner que Michel T.Desroches a rendu la pièce aussi accueillante que possible. D’ailleurs, je lui suis reconnaissant d’avoir eu l’amabilité d’avoir installé dans son atelier une lumière pouvant émettre une source de chaleur afin de m’éviter d’attraper un coup de froid. J’ai donc pris place en me tenant debout tout en appuyant mon avant-jambe gauche sur une chaise. Pendant ce temps, Michel T. Desroches se préparait à accueillir ce corps tel qu’il est.

Une expérience extraordinaire!

N’allez surtout pas croire que l’objectif d’un tel exercice était de rechercher une quelconque forme de sensationnalisme. Bien au contraire! Montrer ce qui doit être connu, sans pour cela verser dans la vulgarité, ni pour attiser le voyeurisme chez des individus à la recherche de sensations fortes. Montrer ce corps qui contient une âme semblable à n’importe quel autre. Une âme prête à offrir son corps à cet artiste-peintre qui, à son tour , lui donnera une seconde naissance de par sa créativité.

L’ambiance de travail a été décontractée. Oui, il a bien eu des interrogations de la part de l’artiste-peintre. Lesdites interrogations lui ont été utiles pour défricher un terrain vierge afin de dénicher le morceau sur lequel il a pu façonner sa propre créature, loin des idées préconçues sur un homme nu qui possède un physique plutôt, avouons-le, atypique. Un homme qui est, malgré les apparences, un être sexué.

Nous nous sommes ouverts l’un à l’autre sans fausse pudeur et avec un respect mutuel tout à fait remarquable. Tous les sujets ont été abordés durant la séance. Des sujets avec lesquels peu de personnes sont véritablement à l’aise, mais qui, pourtant, concernent les êtres humains dans ce qui les touche depuis la nuit des temps. Il est vrai que j’ai été secoué par notre discussion. En effet, comme je l’ai mentionné ci-dessus, il est le premier de tous les artistes rencontrés dans le cadre d’un projet formidable qui a réussi à me faire revivre des émotions refoulées depuis de nombreuses années. Des émotions qui m’ont amené, de part ma difficulté à les avoir affrontées, vers le gouffre de l’alcoolisme. Dieu merci! Oui, je suis croyant. Ma vie a pris une nouvelle tournure avec laquelle j’ai pu apprendre, grâce à des outils appropriés, à tempérer les cyclones qui dévastèrent mon intérieur allègrement.

Il y a eu bien entendu des moments qui m’ont bien fait rire. Je pense entre autre à une blague qui m’a fait revoir en pensée certaines de mes anciennes copines et de mes maîtresses avec qui j’ai eu de bons moments plutôt intimes. Une blague qui m’a donné des idées que l’on peut qualifier de « grivoises » et qui ont incité un membre précis de mon anatomie à augmenter de volume. Sentant la sève monter, je lui ai suggéré de passer à un autre sujet tout en ayant une envie de rire incroyable. Chose qui s’est empressé de faire tout en s’excusant d’avoir voulu que de mettre un peu de détente dans la soirée.

Votre humble serviteur en avant-plan. Marie-Pier Auger en arrière-plan. (miroir)

J’adore raconter cette anecdote puisqu’elle démontre sans ambiguïté l’égalité entre cet artiste-peintre et votre humble serviteur. Une égalité tout à fait normale dans un endroit précis, mais qui a eu lieu dans un contexte particulier. Une égalité avec laquelle nous devrions vivre le plus intensément possible, et ce, en dépit de nos nombreuses différences.

Il est intéressant de souligner la collaboration de Marie-Pier Auger lors de la séance. Sa présence a été à fois discrète et utile. Discrète dans l’enregistrement vidéo immortalisant ce moment inoubliable. Utile pour la prise photographique des clichés qui sont présentés dans cet article. D’ailleurs, vous pouvez l’apercevoir dans le reflet du miroir dans la photo ci-contre.

Un accord tacite conclu avec une équipe extraordinaire m’empêche  de dévoiler plus amples détails à la fois sur le déroulement de cette séance et sur le résultat final. Quoiqu’il en soit! Vous en saurez plus au moment opportun et, croyez-moi, vous allez être agréablement surpris-es.

 

Rolland St-Gelais

Québec,Québec

Canada