Archives de tags | dessins

Voici quelques explications!

Ecco Homo
Ecco Homo Modèle nu? RollandJr St-Gelais

Voici quelques explications!

RollandJr St-Gelais
RollandJr St-Gelais

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien. En ce qui me concerne, je vais merveilleusement bien. En effet, j’ai réalisé ce samedi un rêve magnifique. En effet, j’ai posé nu pour un groupe d’artistes extraordinaires ici même à Québec, et ce au sein d’une école d’arts de niveau universitaire. Cela fut réellement un honneur pour moi. Je dois tout de même avouer que je ne m’y attendais vraiment pas puisqu’au début j’y allais uniquement en tant que «spectateur», si je peux m’exprimer ainsi, mais à la suite de circonstances particulières très difficiles à vous expliquer, j’ai finalement posé nu pour un groupe d’élèves au talent formidable. Poser nu devant un tel groupe a été pour moi une très belle expérience.

Je n’ai point honte de poser nu lorsque cela est fait avec respect, avec passion et dans un cadre purement artistique. Il est plus qu’important de retenir cette information afin d’éviter toutes formes de préjudices. Enfin bref, cela m’a permis de vivre un très beau weekend surtout du fait que je ne m’y attendais pas du tout.

Un autre élément que j’aimerais ici apporter, c’est que, voyez-vous?, je n’ai pas fait de grande campagne concernant le dossier de la Thalidomide au sein des principaux réseaux sociaux sur le web et sur lesquels je suis inscrits. La raison est

Un être humain avant tout
Un être humain avant tout

simple: J’ai tellement fait dans le passé que j’en ai eu  un réel ras-le-bol à un moment donné précis de ma vie. Ce qui fait que le jour où ma mère est décédé le 16 juin 1996, j’en ai profité pour tourner la page, ou du moins si j’y reviens ce sera pour de brefs moments. J’ai bel et bien collaboré avec une certaine association,  en publiant quelques liens sur ma page Facebook mais pas plus. La raison était de ne point importuner mes nombreux amis et contacts avec qui j’entretiens de bonnes relations. De plus, je n’ai pas voulu m’immiscer davantage puisque je considère que d’un côté, j’ai fait plus que ma part dans ce dossier et que, d’autre part, je craignais, et ce, suite à des expériences douloureuses du passé qu’il y avait anguille sous roche. J’imagine que vous savez que j’ai plusieurs années d’expérience dans ce domaine et qu’ une telle expérience m’a laissé un goût très amer au plus profond de mon âme. Donc, j’avais le choix; ou bien je réalisais mes rêves un jour à la fois ou bien j’ouvrais des blessures causées par des événements  lesquels m’ont fait énormément de mal en des circonstances plus que particulières. Il va de soi que la majorité de mes souvenirs tant de mon enfance que de mon adolescence et même de ma vie en général sont plutôt très positifs. Toutefois,

Le paresseux
Le paresseux

certains éléments liés au dossier de la Thalidomide auraient été certes préférables pour moi de ne pas vivre. Je pense notamment à mon périple vécu à Philadelphie le 24 mai 1962, c’est-à-dire le jour de mon anniversaire de naissance. Voilà pourquoi j’ai choisi ce qui à mes yeux me convenait le mieux à mon bonheur et ce qui me faisait réellement vivre au plan spirituel.

Qui plus est! Pour ce qui est de mon futur, personne sait de quoi il sera fait et encore moins si je serai encore de ce monde. Il en est ainsi pour chacun et chacune d’entre vous. Bien entendu, je souhaite à tout le monde de vivre encore de nombreuses années surtout si la santé et la joie de vivre y sont présentes. Toutefois, et c’est-là mon humble opinion, si nous sommes là ici et maintenant c’est tout ce qui compte réellement.

De plus, vouloir réparer les erreurs du passé commises par d’autres à mon endroit? Je regrette mais je refuse de jouer à ce jeu. J’ai par conséquent choisi

La pose nu? Une véritable passion
La pose nu? Une véritable passion

ce qui me paraissait être le meilleur pour moi c’est-à-dire d’accomplir mes rêves aujourd’hui, de faire ce que je voulais faire, et ce sans vouloir nuire à mon prochain. Oui, je suis convaincu qu’il y a encore de bien belles choses qui s’en viennent pour moi. C’est tout ce dont je voulais dire concernant sur ce point bien particulier. Merci de votre compréhension!

Cependant, je dois terminer cet article en vous donnant certaines

Un petit chef-d'œuvre
Un petit chef-d’œuvre

explications sur ma passion en tant que modèle nu. Tout d’abord, je ne suis PAS un exhibitionniste. Bien au contraire. C’est un fait. J’adore poser nu puisque d’une part, je suis fier de mon corps et que d’autre part, je suis aussi fier de qui je suis et de comment je le suis. Ensuite, cette fierté est à la source de mon bonheur actuel et que je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour le transmettre aux artistes avec qui je travaille lors de séances de nudité artistique. Enfin est-il utile de vous rappeler que ces artistes ont réalisé des dessins et dans certains cas des photos tout à fait extraordinaires? Je donne tout de moi lors des ateliers et ils me le rendent fort bien.

En terminant cet article, je désire remercier toutes les personnes qui ont cru en moi et qui m’ont encouragé à persévérer dans cette voie tellement unique, noble et magnifique qu’est celle de la nudité artistique. Je remercie plus particulièrement toutes ces dames qui ont vu en moi l’homme que je suis. Un homme comme les autres avant toute chose. Sachez mesdames, mes chères amies, que vous avez mes respects les plus profonds. Je vous aime.

Merci de m’avoir lu!

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Diversité de poses nues
Diversité de poses nues

Merci la vie! Merci mon Dieu!

Création de madame Anne-Marie Roberge
Esquisse réalisée à l’Atelier de dessin la Fabrique à Québec

Merci la vie! Merci mon Dieu!

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon cœur que vous allez bien. De mon côté, je nage dans l’allégresse depuis samedi matin. En effet, j’ai le plaisir de vous annoncer que je suis officiellement un modèle nu de niveau universitaire. Et oui! Je suis allé à l’école des arts visuels de l’université Laval, communément appelée La Fabrique, ce samedi matin à l’heure qui était prévue pour rencontrer la responsable des modèles nus madame Anne-Marie Robert afin de discuter de l’éventualité de poser nu pour son groupe et de de prendre connaissances des modalités de  tout ce qui entoure le travail.

Une fois arrivé sur les lieux, elle m’a présenté au groupe d’artistes qui étaient présents dans la salle de dessin. Les présentations étant faites, je me suis alors dirigé vers un banc pour m’assoir afin d’attendre la modèle pour ladite séance. Or, voyant que madame Robert tardait à revenir avec la modèle, je suis allé voir ce qui ce passait dans l’entrée. Étrange? Il n’y avait personne. J’ai donc décidé de faire une blague aux élèves en leur disant que la modèle allait être absente et que c’est moi qui la remplacerais. Et bien! Croyez-le ou non, c’est exactement ce qui est arrivé. J’ai bel et bien remplacé la modèle pour ladite séance pour la simple raison qu’elle serait effectivement absente.

Le paresseux
Le paresseux

Les élèves et la responsable ont été littéralement ébahis par mon savoir-faire dans ce domaine. Il est important de souligner que je leur avais simplement recommandé de me laisser-faire pour les poses et qu’ils pouvaient me faire confiance. C’est le cas de le dire, ils ont été comblés tellement qu’ils m’ont affirmé que j’étais réellement un modèle vivant et VIVANT dans tous les sens du mot. Ils ont même eu l’amabilité de m’autoriser à photographier leurs œuvres afin de pouvoir rédiger des articles dans mon blogue artiste. D’ailleurs, les quelques dessins que vous voyez dans le présent article ont été réalisés dans le cadre de cette activité appréciée tant par les élèves que par votre humble serviteur. Je profite de l’occasion qui m’est offerte pour remercier madame Anne-Marie Robert et toute son équipe pour leur accueil si généreux à mon endroit et pour m’avoir accepté en leur sein en tant que modèle nu.

Le pèlerin
Le pèlerin

Enfin, je les ai impressionnés plus particulièrement lors de deux poses hautement symboliques dans le domaine de la nudité artistique. La première fois se rapporte au moment où j’ai pris la pose dite «contrapposto» qui est le summum pour un modèle nu, un peu comme le David de Michel-Ange. La seconde fois a été durant la pose intitulée «Le pèlerin». Ce sont-là des poses qui sont, contrairement à ce que vous pouvez imaginer assez difficile à contrôler sur une longue période de temps. La responsable et moi avons longuement discuté après le cours et elle m’a affirmé qu’un article sur le site web de La Fabrique me sera bientôt consacrée. Quel honneur et quel bonheur!

Merci de m’avoir lu et  merci pour votre fidélité!

Merci la vie!

J’oubliais le plus important:

Merci mon Dieu!

Votre humble serviteur: RollandJr St-Gelais
Votre humble serviteur: RollandJr St-Gelais

Une vérité difficile à avouer!

Une vérité difficile à avouer!

Bonjour tout le monde,

J’espère que votre début du mois de mars débute du bon pied. Pour ma part, je

reconnais que cela va à merveille. En effet, j’ai retrouvé plusieurs de mes plus belles réalisations vidéos sur la nudité artistique. Lesdites réalisations ont été faites voilà déjà quelques années. Toutefois, celle que je vous présente dans cet article a quelque chose de bien particulier. À vrai dire, j’avais longuement réfléchi sur le thème de la beauté féminine, et sur tout ce qui l’entoure, lorsque j’ai décidé de créer ce montage.

Pourquoi est-elle si importante à mes yeux? Quelle en est donc de sa véritable importance? Peut-elle être définie de manière absolue? Et, finalement, d’où vient ma passion pour la beauté féminine et, de surcroît, celle où la sensualité est mise à l’avant-plan? Voilà quelques-unes des questions auxquelles je désire répondre dans la mesure du possible. J’ai bien écrit «dans la mesure du possible» car chacune de mes réponses peuvent ne pas vous satisfaire voire même vous choquer. La raison est la suivante: Toute vérité peut être choquante pour les personnes qui la découvre surtout que nous avons tous et toutes sa définition de la vérité sur la réalité en quelques occasions. Qui plus est! La réalité des uns est souvent, pour ne pas dire toujours, différente de celle des autres. Bref, voyons maintenant ce qu’il en est!

Pourquoi la beauté féminine est-elle si importante à mes yeux? Trois événements majeurs m’ont amené à admirer la beauté féminine. Tout d’abord, le fait d’avoir passé une proportion plus que considérable de mon enfance et de mon adolescence ainsi que le début de ma jeune vie d’adulte dans les hôpitaux m’a mis en lien avec des infirmières qui eurent envers moi une bonté et un humanisme incroyables. Or, bon nombre d’entre elles étaient, et n’y voyez-là en aucun cas un manque de respect à leur endroit, réellement très jolies sans pour autant verser dans le style « sexy ». Il y a ici une nuance à retenir. Ensuite, la beauté féminine m’aide à outrepasser ma vision à l’égard de mon propre corps. Oui, je le sais trop bien. Je suis certes « différent » mais je tente par tous les moyens misent à ma disposition de voir au-delà de cette différence. Et comment cela m’a été possible? Tout simplement en admirant cette beauté même si elle est plus souvent qu’autrement inaccessible. Soyez convaincus d’une chose! Plusieurs célibataires de mon entourage vivent avec aucun handicap physique apparent. Et pourtant, …! Enfin, c’est en admirant cette beauté qui me rend heureux seulement parce qu’il m’est loisible de le faire. Un point, c’est tout.

Quelle en est donc de sa véritable importance? J’ajouterai un double volet à ma réponse. En premier lieu, c’est un fait que la beauté m’attire mais d’autres facteurs doivent être présents pour qu’elle soit reconnue à juste titre. Ici, j’y inclus des qualités aussi importantes que diversifiées chez la femme. La gentillesse, la grandeur d’âme, la bonté et l’intelligence en sont des exemples parfaits. Attention! L’ordre des qualités que je viens de nommer n’a strictement rien à voir avec une supposée hiérarchie. Chaque qualité a son importance qui lui est distincte. En second lieu, la féminité est pour moi synonyme de grâce divine. Cet élément vient en quelque sorte contrecarrer toute cette vulgarité et cette violence omniprésentes dans les médias de masse à l’égard de la femme. Autrement dit, la beauté qui m’attire se situe au diapason de ce que l’on retrouve malheureusement dans les médias plus avides à trouver une source de revenus qu’à rendre justice à la femme de tous âges, de toutes conditions sociales et des origines ethniques ou appartenances religieuses.

La beauté peut-elle être définie de manière absolue? Il va de soi que la réponse ne peut être que négative quoique nous subissons l’influence de la société dans laquelle nous

vivons et ce, selon chacune des époques de l’histoire. En effet, il est prouvé que chaque époque véhicule des critères qui ne se retrouvent pas nécessairement dans l’autre. Certaines époques vont axer sur tels ou tels aspects physiques tandis que pour d’autres il en sera autrement. Entre vous et moi, et c’est-là un jugement de valeurs bien personnel, je plains le type qui sorte du Moyen-Âge et qui décide du jour au lendemain de se balader dans les artères des centres urbains tels que New York, Montréal ou même Québec en période estivale. Il va vite vouloir retourner à son époque dont les us et coutumes sont, disons-le franchement, aux antipodes du nôtre.

Et, dernière question, d’où vient ma passion pour la beauté féminine et, de surcroît, celle où la sensualité est mise à l’avant-plan? Serait-ce des contes de la Belle aux bois dormant? Serait-ce plutôt de Blanche-Neige et les sept nains? Devrais-je plutôt me référer aux chansons sur l’amour dont certaines des plus belles proviennent de la langue de Molière? Je vous dirais qu’il y a un peu de tout. Reconnaissons-le! Qui n’a pas voulu un jour de son enfance être soit la Belle aux bois dormants ou bien être le beau prince charmant? Personnellement, je n’éprouve aucune honte à le dire: J’aurais aimé être CE beau prince charmant même si la vie en a décidé autrement.

Aurais-je du faire une croix sur la beauté féminine? Absolument pas! Je suis avant tout un homme avec toute sa masculinité, ses qualités, ses défauts, ses forces et ses faiblesses ainsi que son expérience de vie sans oublier ses rêves pour son futur. J’adore complimenter une femme sur son apparence et je le fais toujours avec diplomatie. D’ailleurs, c’est peut-être ce qui me frustre le plus de nos jours, c’est-à-dire cette incapacité que les hommes du XXIIe siècle ont à reconnaître une beauté féminine et à le lui exprimer avec courtoisie et avec tact. À cela s’ajoute une culpabilité maladive transmise par les médias de masse chez les hommes d’être tout simplement ce qu’ils sont, c’est-à-dire des hommes surtout si ces derniers sont blancs, hétérosexuels et responsables de leurs actes.

En ce qui me concerne, et pour terminer mon exposé, je préfère la beauté de la femme à toute cette laideur qui nous est présentée dans la majorité des quotidiens. J’ai choisi d’être heureux et surtout de remercier toutes les femmes qui ont rendu ma vie réellement belle. Bien entendu, il y a aussi des hauts et des bas comme tout le monde. Et si il y a une chose que la vie m’a enseigné c’est bien de ne pas m’être arrêté pour regarder mon nombril afin de me permettre d’apprécier chaque instant de petits bonheurs vécus au quotidien.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La grâce de la nudité artistique à travers les yeux d’une dessinatrice

La grâce de la nudité artistique à travers les yeux d’une dessinatrice

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui, je désire vous entretenir d’une belle découverte que j’ai réalisée en explorant l’un de mes sites artistiques préférés et qui se nomme DeviantArt. Il s’agit d’un site où des artistes, amateurs, semi-professionnels ou de métiers peuvent publier quelques-unes de leurs réalisations. On y retrouve à peu près de tout allant du dessin, des croquis, de la peinture, de la photographie et ce, sous divers sujets. Oui, j’y ai mon propre compte non seulement en tant que modèle nu mais également en tant que photographe amateur. J’adore la photographie car cela me permet de saisir l’instant présent tant dans le temps que dans l’espace.

Quoiqu’il en soit, je parcours de manière assez régulière ce site à l’affût d’y faire une découverte, un joyau digne de mention et qui m’incite à réfléchir sur la noblesse de modèle nu. Une noblesse qui repose tant  sur l’authenticité que sur la pleine et entière humanité au sein de l’être humain. En effet, qui dit être humain dit aussi droit au respect et à la dignité, et ce peu importe son âge, sa condition sociale, son origine ethnique, son appartenance linguistique et bien entendu ses croyances religieuses et ses convictions personnelles. Il va de soi qu’être modèle nu est une faculté qui n’est pas donné à tout le monde puisqu’une acceptation totale de sa personne est fondamentale pour mener à bien son offre envers un artiste. Cela est tout à fait vrai et ce, que le modèle soit un homme ou une femme. Mais, qu’en est-il de l’artiste? Comment perçoit-il ce corps nu qui s’offre à lui ou à elle?

Je ne peux pas répondre à ces questions dans ce qui suit. Bien au contraire! Je ne peux pas me mettre dans la peau d’un(e) artiste. Ici, mon intention est plutôt d’essayer d’expliquer ce que je ressens en regardant ces dessins que j’ai choisi de vous présenter dans cet article en espérant que ce même sentiment soit partagé par l’artiste. Toutefois, il est important de prendre note que j’ai demandé et obtenu la permission de cette artiste de publier lesdits dessins mais à la condition expresse de la nommer. Voilà pourquoi vous trouverez ce pseudonyme «Chlandra4U» sous chacun des dessins présentés dans cet article. Par ailleurs, un lien est mis en bas du texte afin de permettre aux personnes potentiellement intéressées de visiter sa page sur DeviantArt. Il va de soi que ceci est une question de respecter le droit d’auteur.

Auteur: Chlandra4U
Titre: reminisce Auteur: Chlandra4U

L’une des caractéristiques qui m’a le plus touché lors de mes découvertes sur ce dessin concerne bien sûr l’aisance avec laquelle le modèle féminin semble accomplir dans sa pose. Une pose à la fois simple et recherchée. Simple puisque rien est forcé, ni imposé par l’artiste. Être allongé est tout de même accessible à presque tout le monde. N’est-ce pas? Recherchée puisque rien n’est caché aux yeux des personnes qui désirent admirer, voir caresser avec leurs yeux la nudité féminine à l’état pur. On y voit tout sans pour autant être scandalisé. Bien au contraire! La finesse des lignes tracées avec soin et minutie démontre sans aucun doute d’un côté, le sérieux de l’artiste pour son travail et d’autre côté, son respect, que je qualifierais d’absolu à l’égard de son modèle.

Oui, tout y est présenté mais de manière sobre. Chaque coup de crayon est donné avec amour. Un peu, c’est du moins ce que je ressens en admirant ce petit chef d’œuvre, comme si elle voulait caresser ce corps nu, éviter d’être brusque et même rendre sa pose la plus agréable possible avec un soupçon de volupté. J’ai même l’impression que chaque instant qui lui a fallu pour faire ce dessin a été apprécié à sa juste valeur tant par l’artiste que le modèle nu. « Tu es là, c’est tout ce qui compte pour moi, ici et maintenant. » Voilà ce qui me vient à l’esprit en admirant ce dessin.

Un autre dessin qui est venu me chercher au plus profond de mon âme et qui me rejoint dans mon intimité masculine, est celui intitulé « Eyes to the

Eyes to the sky par Chlandra4U

Eyes to the sky par Chlandra4U

sky ». C’est la réalité! Je me sens vraiment interpellé puisque cela me fait penser à mon lieu de naissance et où j’y grandi. Un lieu où il m’était possible de regarder le ciel et d’y dénombrer des milliers d’étoiles qui s’offraient alors à moi. Que de beaux souvenirs! Des souvenirs qui appartiennent à une autre époque, à un autre temps disparu à jamais et pour toujours. Ne dit-on pas que « … Mélancolie de la jeunesse fait vibrer le cœur de la vieillesse à la recherche de son innocence perdue. » Et que « …Triste sort réservé aux mortels que nous sommes et qui regardent le Ciel afin d’y rechercher un tant soit peu l’immortalité? » Soyez rassurés-es! Je sais encore profiter des petits plaisirs de la vie même si la vie urbaine n’offre guère la beauté de la nature. Comme l’affirme si bien le dicton : On ne peut pas tout avoir. L’essentiel est de savoir apprécier ce que l’on a et surtout de le partager avec ceux et celles qui ont moins que nous. 

Chained by life de Chlandra4U
Chained by life de Chlandra4U

Or, une question m’est apparue à l’occasion de ma réflexion sur le sens de la vie. Devrais-je plutôt écrire « nos vies » puisque chacun de nous vivons des existences qui nous sont spécifiques et qui, par le fait même, façonnent nos personnalités lesquelles à leurs tours influenceront notre destin? Cette question repose sur le postulat suivant: La liberté existe-t-elle à proprement parler? S’agirait-il plutôt d’un concept illusoire fabriqué de toutes pièces par les hommes afin de se rassurer à la fois sur son incompréhension devant des événements qui les dépassent ou bien à l’égard des supposés choix qui s’offrent à eux? Chaque être humain est confronté tôt ou tard à ce que la société veut de lui davantage à ce que lui-même veut pour son bonheur personnel.

Je vous donne un exemple concret pour expliquer mon propos. Combien de personnes ont été dans l’obligation de se marier afin de répondre aux attentes de la famille, du clan ou bien de la société pour laquelle l’union maritale était un gage de réussite sociale? Il en est ainsi pour bien d’autres domaines. D’ailleurs, et je suis bien placé pour le savoir, les strates sociales ont de tous temps façonné les individus jusqu’au jour où ces derniers n’en pouvant plus de vivre, ou plutôt essayer de survivre, dans un carcan social oppresseur durent se révolter pour non pas se trouver une place au sein de ladite société, mais davantage pour la construire de toutes pièces.

Un postulat de base doit tout de même n’être jamais oublier pour terminer cet article. Une société se doit d’avoir des balises, des règles et des limites plus ou moins définies afin de rendre son existence possible. Pas de règles? Pas de société! C’est aussi simple que cela. Par contre, il est impératif de se souvenir que, et pour paraphraser le Christ, « la loi a été faite pour les hommes et non pas les hommes pour la loi ».

Bref, ce dernier dessin m’a réellement touché puisqu’il démontre que notre soif de liberté, et corolairement notre droit à en jouir, ne doit être aucunement entravée par des pressions sociales sauf en tenant compte que notre liberté s’arrête là où celle de l’autre commence.

Il est rare que je rédige un tel article. Et pourtant, ces trois magnifiques dessins ont réussi à me faire réfléchir sur certains aspects qui ont été jusqu’à maintenant occultés dans ce blogue artistique. J’ai voulu corriger le tir en apportant un peu de philosophie en vous présentant ce texte longuement médité, souvent retravaillé mais réalisé avec une passion qui n’a d’égale que celle que j’éprouve envers la nudité artistique.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Source des dessins choisis: http://chiandra4u.deviantart.com/

500e article

500e article

Cet article est dédié à Marie-Pier Auger.

Bonjour à vous!

C’est avec un plaisir presque indescriptible que je rédige cet article tout à fait unique dans les annales de mon blogue dédié au domaine de la nudité artistique tout en y ajoutant bien entendu d’autres sujets afin de rendre sa lecture la plus agréable qui soit pour le plus grand nombre de lecteurs potentiels. En effet, la recherche de la qualité tant sur le fond que sur le contenu a été, et le sera pour toujours, mon éthique de travail dans le cadre de mes diverses publications.

Voilà pourquoi j’ai fait tout ce qui est en mon pouvoir pour éviter une quelconque forme de vulgarité et d’obscénité à chacune de mes rédactions. Tâche qui est, croyez-moi sur parole, quelque peu ardue compte-tenu du caractère un peu spécial du thème central de ce blogue; la nudité artistique. Fort heureusement, j’ai pu compter sur la collaboration de plusieurs artistes qui travaillent dans ce domaine, et ce, tant à Québec qu’à Montréal, qu’aux États-Unis et même en Europe. C’est notamment grâce à ces gens extraordinaires que la rédaction de ce blogue a été rendue possible dans le temps et l’espace.

«Le temps arrange souvent bien les choses!» affirme un vieux dicton. Je ne peux qu’acquiescer à une telle affirmation puisque d’une part, beaucoup d’encre à couler de ma plume au fil de mes publications souvent peaufinées avant que je puisse être totalement satisfait du produit final et que d’autre part, je n’ose guère remémorer tous les lieux où j’ai eu la chance de poser nu avec ou sans l’aide de partenaires. Des partenaires qui eurent la bonté de m’enseigner leurs expertises dans ce champ culturel et d’avoir fait augmenter en moi cette passion peu commune au plan social.

Permettre à l'autre de me lire, de me découvrir...

Permettre à l’autre de me lire, de me découvrir…

Une mise-au-point doit être faite une fois pour toutes. Pourquoi avoir voulu réaliser un tel blogue sur la nudité artistique sur le web, surtout si on pense à tout ce que l’on y retrouve? Était-il nécessaire d’en réaliser un autre et en quoi serait-il différent de tout le reste? Et, surtout, quels sont les motifs qui ont incité un homme ayant un handicap physique dit « apparent » à travailler d’arrache-pied à la fois pour devenir un modèle nu et pour parfaire ce blogue unique en son genre? Ce sont-là les questions auxquelles je réponds dans cet article, et ce dans l’optique de clarifier une chose : Ce blogue n’a jamais fait, et ne le fera en aucune façon, la promotion de la pornographie.

Oui, j’y ai mentionné en quelques rares occasions certains détails sur mon second blogue qui est plutôt axé sur l’érotisme. Mais, attention! Il ne faut pas confondre l’érotisme et la pornographie. Le premier cherche à harmoniser la beauté et la grâce de la nudité, de surcroît féminine, avec la sensualité afin de provoquer l’attrait qui fait de la sexualité ce qu’elle est, ou du moins ce qu’elle devrait être, c’est-à-dire une communion à la fois spirituelle et physique entre deux êtres humains. Est-il essentiel de vous rappeler le caractère bestial présent au sein des divers sites pornographiques? Comme on dit si bien : « Une image vaut mille mots. » Il est donc vraiment superflu de vouloir en rajouter.

Pourquoi avoir voulu réaliser un tel blogue ayant pour thème la nudité artistique sur le web, surtout si on pense à tout ce que l’on y retrouve? C’est justement parce que j’ai pensé à tout ce qui s’y trouve que l’idée a germé en moi, un peu comme une graine plantée dans une terre riche, féconde et bien arrosée, de réaliser ce blogue. Loin de moi l’intention d’agir en moralisateur car, après tout, tout le monde est libre d’agir selon ses principes personnels. Or, il est plus que déplorable de constater jusqu’à tel point l’image de la nudité est galvaudée sur le web. Je ne parle pas seulement des sites pornographiques mais aussi de ce qui se passe sur l’ensemble des réseaux sociaux. Triste réalité à laquelle je me devais d’y remédier un tant soit peu. Voilà ma réponse à la première problématique.

Était-il nécessaire, deuxième problématique, d’en réaliser un autre et en quoi serait-il différent de tout le reste? C’est un fait indéniable. Rien en ce monde ne m’obligeait à entreprendre une telle réalisation et encore moins à le mener à terme, voir à l’entretenir au fil des jours, des semaines, des mois et des années. Toutefois, l’on m’a souvent conseillé qu’avoir à choisir entre la raison et la passion, il est préférable de choisir la seconde à la condition sine qua none d’être en mesure de trouver trois éléments qui démontrent le bien-fondé de ce choix. Chose des plus faciles puisque primo, rien n’a été fait sur le sujet par un québécois ayant un parcours universitaire de haut-rang tout en possédant une facilité d’écrire peu commune et que secundo, je le voulais différent de ce que l’on retrouve sur le web. Différent tant par sa qualité que par sa diversité. Qualité et diversité que l’on retrouve au sein de chacun des articles. Et, tertio, pour emprunter au Christ cette phrase qui est de « rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu », je me devais de rendre à la nudité toute sa noblesse. Une noblesse présente en chacun de nous, et, ce peu importe son appartenance ethnique, ses croyances religieuses et sa condition sociale ou physique. Ce qui m’amène à répondre à la dernière question. À vrai dire, elle est sans contredit la plus importante des trois.

Accessoires indispensables? Peignoir et serviette

Accessoires indispensables? Peignoir et serviette

Quels sont donc les motifs qui ont incité un homme ayant un handicap physique dit « apparent » à travailler d’arrache-pied à la fois pour devenir un modèle nu et pour parfaire ce blogue unique en son genre? Je vous dirais que l’intention de devenir un modèle nu est apparue à la suite de la lecture sur la propagande de la politique eugénique prônée par le gouvernement nazi dès la prise du pouvoir par Adolf Hitler en 1933. Politique véhiculée grâce notamment, mais pas de manière exclusive, par le milieu artistique allemand dont la collaboration a été facilité d’un côté, par l’internement des réfractaires à l’idéologie nazie dans les premiers camps de rééducation, qui allèrent devenir très vite des camps de la mort et, d’un autre côté, par un système totalitaire où la terreur psychologique est l’outil privilégié des instances politiques.

Sans vouloir minimiser la monstruosité de la Shoah, force est d’admettre que les premières victimes de la volonté d’exterminer les indésirables ne sont pas les Juifs, ni les tziganes et encore moins les non-aryens. Non, les toutes-premières victimes des chambres à gaz sont bel et bien les personnes atteintes de handicaps physiques et/ou intellectuels. C’est là la conséquence directe des mesures prônant à la fois la «perfection physique aryenne» selon les critères établis sous l’égide nazie et l’élimination des indignes de vivre.

Voilà pourquoi, j’ai décidé à la fois d’offrir mes services en tant que modèle nu pour les écoles d’arts, les artistes et les galeries d’arts non seulement à Québec mais là où la demande se manifeste avec respect et courtoisie. Les débuts ont été certes difficiles, mais l’aide inouïe qu’une amie au cœur d’or m’offrit a rendu possible ce rêve. Merci à Marie-Pier Auger pour sa contribution si précieuse. Je t’en serai infiniment reconnaissant.

Information intéressante à retenir concerne l’accueil plutôt froid que me fit la secrétaire de la faculté des arts visuels de l’université Laval lorsque j’y suis allé pour y offrir mes services. À cela vint s’ajouter la remarque contenue dans un email que m’expédia la directrice de cette école dans lequel elle m’a bien rappelé mon « handicap physique apparent ». Tiens donc! Comme si je ne le savais pas. lol Quoiqu’il en soit, il ne m’en fallait pas plus pour fouetter mon ardeur et y aller à fond de train.

C’est donc avec une persévérance, une ténacité et une volonté à toute épreuve que je suis devenu un modèle nu connu et reconnu d’abord à Montréal et par la suite aux États-Unis et finalement en Europe. Comme quoi le Christ avait raison d’affirmer que « nul n’est prophète en son pays ». N’est-ce pas?

chef-d'oeuvre imparfaitChose étonnante en ce qui concerne le domaine médiatique. J’ai fait la manchette dans certains médias populaires. Ce fut tout d’abord dans un magazine européen intitulé La vie au Soleil où l’on y relata une expérience vécue à Montréal en compagnie de Michel T. Desroches et de MariePier Auger. Une expérience où j’en suis sorti grandi tant au plan artistique qu’au plan humain. Peu de temps après, ce fut au tour d’un journal étudiant de l’université du Québec à Montréal, le fameux U.Q.A.M., de m’interroger sur mon expérience personnelle dans ce domaine. Enfin, une charmante journaliste d’origine française eut la gentillesse de réaliser un reportage sur votre humble serviteur dans un journal local de Québec, en l’occurrence le Québec Express. Ledit article eut un grand succès tant auprès de mes pairs que du public en général. D’ailleurs, je me souviens encore des commentaires réellement positifs que plusieurs personnes me firent non seulement dans les restaurants où j’adore prendre des repas mais aussi dans les autobus publics du R.T.C. et autres endroits communs. Bref, je n’éprouverai jamais assez de gratitude envers cette dame qui me souligna qu’un « handicap physique apparent » me caractérisait depuis ma naissance. Caractéristique, mais j’espère que ce ne soit pas la seule, qui fit de moi ce que je suis maintenant. Oui, je suis fier de ma spécificité puisqu’elle me rapproche des êtres humains aussi différents les uns des autres.

Ceux et celles qui ont parcouru mon blogue artistique depuis ses débuts ont certainement remarqué la variété des articles qui s’y trouvent. En effet, il m’était apparu fort important d’ajouter quelques-uns de mes poèmes dans ce blogue, et ce, que ce soit sur le fil des publications ou encore sur les pages prévues à cet effet. Ces poèmes ont un double objectif. En premier lieu, de rendre la lecture de mon blogue la plus agréable qui soit car, avouons-le, un peu de variété rend souvent la lecture plus légère. Et, en second lieu, faire connaitre mon talent de poète à ceux et celles qui apprécient cet art hélas de moins en moins populaire.

Il va de soi que certaines publications proviennent de sources externes. La nudité artistique était cependant le pré requis pour se retrouver au sein de mon blogue. Qui plus est! J’ai toujours pris soin, et ce dans un souci d’éthique professionnel, d’ajouter en bas de page les liens d’où sont tirés les articles retranscrits. Mes quatre formations universitaires me sont bien utiles pour donner à ce blogue tout son sérieux lui procurant ainsi une certaine notoriété. Notoriété démontrée par le nombre plus que considérable des visiteurs l’ayant parcouru depuis le tout début.

Marie-Pier Auger
Marie-Pier Auger

Je tiens, en terminant cet article, à remercier toutes les personnes qui d’une part, m’ont encouragé non seulement à réaliser ce blogue mais à réaliser mon rêve d’être un modèle nu et, d’autre part, à exprimer ma gratitude aux artistes avec qui j’ai travaillé. Mes remerciements vont en particulier à Michel T. Desroches, à Patrick Audinet et à son assistante Marie Laroque. Mes remerciements vont aussi à Guy Labrie, spécialisé dans le domaine érotique et qui a su découvrir en moi une sensualité malgré ma situation physique, disons-le en toute honnêteté, peu conventionnelle dans ce domaine. Mes remerciements vont aussi à Kenneth W. Oliver qui a eu l’amabilité d’être venu des États-Unis jusqu’à Québec pour effectuer une séance de nudité tout à fait fantastique, et ce malgré la frontière linguistique. La liste des personnes qui m’ont été d’une aide incommensurable serait encore trop longue pour être nommée sans avoir le risque d’en oublier.

Toutefois, je dois lever mon chapeau à une dame sans qui rien n’aurait été possible. Chère Marie-Pier Auger, je te serai toujours et à jamais reconnaissant pour ton aide et pour ton amitié. Merci pour tout. Voilà pourquoi cet article t’est dédié.

Enfin, je vous remercie pour votre assiduité à suivre mes publications. Oui, je vous dis 500 fois merci car sans vous ma passion pour ce blogue aurait peut-être pris fin depuis belle lurette. Rassurez-vous! J’ai bien l’intention de continuer pour encore très longtemps. Si Dieu le veut bien.

Merci de votre support.

Merci de m’avoir lu.

Sincèrement

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Quels sont les effets personnels pour un modèle nu?

Tout le matériel requis pour une séance de nudité artistique
Tout le matériel requis pour une séance de nudité artistique

 

Quels sont les effets personnels pour un modèle nu?

10006415_1543034449260993_4834802791484812440_nBonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien malgré le temps froid qui nous accable en ce mois de février. Soyez convaincus que le printemps pointera le bout de son nez annonçant ainsi le retour de la chaleur. Oui, l’hiver est une belle saison mais un peu trop longue surtout pour les personnes qui vivent dans la belle province de Québec. Et, je sais bien de quoi je parle puisque je suis québécois, comme on dit chez-nous, « 100% pure laine ». Québécois et fier de l’être!

Il va de soi que le froid hivernal a incité nos ancêtres à développer des trucs et astuces afin de faire face aux rigueurs et aux intempéries de manière la plus efficace qui soit. Est-il nécessaire de décrire, à titre d’exemple, l’évolution des vêtements qui ont permis à ceux et celles qui ont bâti ce pays, et souvent au péril de leurs vies, d’affronter les soubresauts de dame nature? Bien sûr que non!

Quel est donc le lien entre les effets personnels du modèle nu et les vêtements qui ont favorisé la survie de nos ancêtres en Amérique du nord? Tout simplement qu’il y a là une question de sécurité et de respect de son intimité. En effet, qui dit sécurité dit implicitement ne jamais accepter que l’autre puisse franchir son intégrité physique, son bien-être psychologique et ses propres valeurs. Rappelons-nous qu’être un modèle nu consiste à favoriser un reconnaissance de sa spécificité humaine dans les yeux de l’autre. Cet autre ne doit jamais toucher quelque partie que ce soit de l’anatomie du modèle nu sauf en de rares occasions et toujours avec une permission clairement exprimée et sans équivoque de sa part. Qui plus est! On ne devient pas modèle nu sans d’abord posséder un respect absolu de son intimité. On ne se montre pas n’importe comment, n’importe quand et sans avoir un modus operandi qui entre dans le créneau artistique. Bref, on ne se montre pas! On éduque l’autre dans son exploration du corps en général et de son corps en particulier. 

En ce qui me concerne, et il s’agit bien ici de mon humble opinion, être modèle nu c’est aussi donner l’occasion à l’autre

Permettre à l'autre de me lire, de me découvrir...

Permettre à l’autre de me lire, de me découvrir…

de me lire, de me découvrir, de tracer un tant soi peu une carte visuelle sur le parcours de ma vie. Une ride là, des cheveux dont la couleur trahisse un peu mon âge, des cicatrices qui relatent mes péripéties chirurgicales, un regard à la fois doux et chaleureux qui prouve une certaine sérénité, un sexe pleinement masculin qui réfute toute supposition qu’un homme vivant avec un handicap physique apparent est un être angélique dénué de tout érotisme. En résumé, poser nu requiert une acceptation totale de soi.

Doit-on alors arriver sur scène sans une préparation adéquate et nu comme un ver? En réalité, peut-on même oser envisager une telle situation? La réponse à cette interrogation est un « non » et un « non » catégorique. Tout comme n’importe quel artiste digne de ce nom, le modèle nu doit impérativement se préparer tant au plan physique que psychologique. À cela s’ajoute une révision complète des poses susceptibles d’être demandées par les personnes présentes en salle. Vous ne le savez probablement pas, mais il existe plus de 405 poses utilisées dans le domaine de la nudité artistique, et ce sous quatre rubriques qui sont; poses «assises», poses «debout», poses «couchées» et poses «sur le sol». Je me fais donc un devoir de les réviser et d’adapter certaines d’entre elles à mon physique. Chose importante à retenir! Mon souci de réaliser les poses va de pair à ce que je désire amener dans mon sac de travail. Que vais-je y mettre? Et pourquoi? C’est un peu, si je puis me permettre cette comparaison, mes outils de travail. Vous conviendrez sans aucun doute que tout artiste qui respecte son art doit posséder ce qui lui faut afin de parfaire son œuvre de la manière la plus efficace qui soit. N’est-ce pas?! Il en est ainsi du modèle nu.

Corps, âme et esprit

Corps, âme et esprit

Voici donc ce que j’apporte dans mon trousseau artistique et les raisons qui me font faire ces choix:

1. Le sac de travail: Il doit être à la fois léger et assez grand pour contenir tout ce qu’il me faut pour mon séjour. Attention de ne pas mélanger « sac de travail » et valise. Cette dernière doit être réservée pour des voyages qui n’ont rien en commun avec les séances de nudité artistique.

2. Le peignoir: Il est préférable qu’il soit de couleur vive afin d’une part, de me donner une confiance et que d’autre part, exciter les regards des artistes sur ce que je désire leur présenter. Le peignoir est en quelque le prolongement de mon corps, un peu à l’image du papillon qui vit dans son cocon sous forme de chrysalide attendant le bon moment pour éclore et manifester sa magnificence.

3. La serviette: Elle doit être de couleur blanche afin de démontrer une pureté dans mes intentions et doit être assez grande pour être nouée autour de ma taille sans pour autant gêner dans mes mouvements. Elle est retirée uniquement lorsque la flaccidité de mon phallus est totale. Le tout doit être fait sous une vision artistique et en aucune façon sous un angle pornographique. Est-ce possible d’y avoir un certain érotisme? Bien sûr que si mais en respectant des règles déjà établies de part et d’autres. Aucune ambiguïté n’est permise.

4. Le déodorant et autres effets hygiéniques: Le modèle nu doit être d’une propreté impeccable. Personnellement, j’apprécie beaucoup pouvoir me doucher quoique rapidement avant chaque séance de nudité. C’est pour moi, un signe de respect tant envers moi-même qu’envers les artistiques avec qui je travaille. Propreté et nudité vont de pairs avec respectabilité. Et pour ce qui est du rasage du pubis? Cela est laissé à la discrétion du modèle nu bien que parfois certains artistes préfèrent qu’il en soit ainsi.

5. Les sous-vêtements: Ils doivent être propres en tout temps. En ce qui me concerne, je ne remets jamais les mêmes sous-vêtements après une séance de poses artistiques pour la simple raison que je désire éviter toute odeur de transpiration. Oui, je peux être d’une grande propreté mais j’ai tout de même eu chaud à mon arrivée. Il est donc préférable de changer de sous-vêtements si ce n’est que de se sentir plus confortable. Croyez-moi! Je sais de quoi je parle. Fiez-vous à mon expérience.

Accessoires indispensables? Peignoir et serviette

Accessoires indispensables? Peignoir et serviette

Je vous ai présenté un bref aperçu de ce que j’amène avec moi lors de mes séances de nudité artistique. Lesdites séances m’ont non seulement permis de me connaître en tant qu’être humain sous un angle différent de ce que la vie m’avait jusque-là enseigné, seuls les avocats et les médecins s’étaient auparavant intéressés à mon physique, mais ce que j’avais réellement à offrir à ceux et à celles qui voulurent découvrir de réellement « différent ». Une différence à la fois belle et noble. Belle dans son humanité et noble dans sa spiritualité.

C’est un fait! J’apporte plus que mes effets personnels dans mon « coffre à outils ». J’y amène tout ce qui compose l’entièreté de mon être, c’est-à-dire mon corps, mon âme et mon esprit. Je n’existe pas sans les trois et je ne peux rien présenter si l’une des trois y est absente. Merci de m’avoir lu.

Artistiquement vôtre!

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Une image vaut mille mots.

Capture-d’écran-2015-01-07-à-14_06_22

Une image vaut mille mots.

Mes amis et amies,

Je suis un fidèle partisan pour la liberté et les droits de l’homme puisque l’un ne va pas sans l’autre. En effet, la liberté est le fondement de toute société où la  démocratie est présente, et ce en quelque pays que ce soit. En contrepartie, les droits de l’homme doivent encadrer cette liberté afin qu’elle ne soit pas utilisée à des fins de propagande et d’intolérance.

WIN_20141218_131336Je suis tout comme vous, en particuliers mes cousins et cousines de la France, bouleversé par la blessure profonde affligée à cette liberté. Aucun passionné du domaine artistique ne peut rester indifférent devant un tel événement perpétré par des êtres ignobles au nom de la … folie. Oui, j’ai bien écrit « folie » car il faut être sous son emprise pour agir de la sorte. Une « folie » qui parfois peut posséder un individu, un groupe, une nation voir un peuple. Le nazisme et le stalinisme et le maoisme sont les parfaits exemples où un peuple est aveuglé par le culte de la personnalité lequel prend un appui sur une quelconque doctrine.

Vous  savez tout comme moi que ce blogue a pour but, et ce avant toute chose, d’être un hommage à la nudité artistique tout en étant apolitique, et ne prônera jamais une idéologie et encore moins une religion. Non politique! Non idéologique! Non religieux! Voilà le créneau de ce blogue tel je l’ai voulu et tel il sera tant et aussi longtemps que je serai son maitre d’œuvre.

WP_20141019_025_thumb.jpgToutefois, ma passion de la  nudité artistique et de poser nu pour des artistes ou autres été rendue possible grâce à la liberté de pouvoir, permettez-moi cette expression, d’en « jouir ». Il va de soi que le respect de certaines normes va de soi dans mes publications. Des normes qui rendent la lecture de ce blogue agréable et où il est possible d’écrire des commentaires qu’ils soient positifs ou négatifs. J’ai le droit de publier et vous avez le droit d’aimer ou non ce  que je publies et de me le dire en des termes courtois si possibles, bien entendu.

Oui, la liberté est la pierre d’angle qui rend l’être humain pleinement humain puisqu’elle lui permet d’être à la fois conséquent de ses actes et de ses paroles, mais aussi d’en être aussi responsable devant les lois dûment votées et adoptées par un système à la fois parlementaire et démocratique. C’est pourquoi la liberté des uns se termine là où celle des autres commence. Dans le cas où des  litiges entre des parties apparaissent, c’est aux tribunaux que revient la responsabilité de faire appliquer les lois et les règlements afférents.

40281cb3Personnellement, je crois que de vouloir faire taire toute forme de liberté d’expression est la pire chose qui puisse arriver au sein d’une société puisqu’elle est garante de sa survie. En effet, aucune société n’a pu traverser le cours des siècles sans au préalable avoir su s’adapter aux soubresauts de l’histoire et en ayant la  capacité de s’enrichir de la diversité d’idées et d’opinions qui y sont véhiculées. Se faisant, refuser de le reconnaitre équivaut ni plus ni moins à vouloir retourner à l’âge de pierre.

Mais attention! Je ne vise aucune religion dans  mes propos, mais plutôt l’aveuglement causé par le fanatisme et l’intolérance qui ont souvent pour origine le désespoir économique et la manipulation des plus faibles. L’histoire moderne est malheureusement remplie d’exemples qui prouvent mes dires. Vous ne me croyez pas?! Je vous invite à consulter la bibliothèque de votre quartier et y faire une recherche sur le nazisme ou bien, pour avoir une connaissance plus générale, sur l’endoctrinement idéologique. On en reparlera.

En terminant cette missive, je vous invite à combattre toutes les formes d’intolérance qui apparaitront, c’est quasi inévitable, dans nos sociétés respectives tant au Canada qu’en Europe francophone depuis les derniers événements arrivés aux bureaux de Charlie Hebdo. Ne permettons pas à la  haine, à  l’intolérance, à  l’ignorance et aux multiples visages de l’extrémisme de gagner la partie. Que notre regard envers notre prochain soit rempli d’amour, de compassion et de respect car, ne  l’oublions jamais, nous sommes aussi « le prochain » pour l’autre.

Merci d’avoir pris le temps de me lire.

Je vous en suis reconnaissant.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada